Publié le

Qualité audio : comment ça marche et comment améliorer le son sur son smartphone

Tout le monde écoute de la musique et encore plus facilement depuis l’avènement des services de streaming comme Deezer, Spotify, Apple Music ou encore Qobuz. Pour autant, l’expérience varie pour tout le monde en fonction du matériel dont il dispose, à commencer par le smartphone et le casque/ la paire d’écouteurs utilisé(e). Afin de profiter de votre musique au mieux dans le cadre d’une utilisation nomade, il y a des petites choses à vérifier ou des éléments à changer pour améliorer qualitativement vos musiques. Un confort d’écoute sans avoir à débourser des milles et des cents à portée de tous.

DAC ou pas DAC?

Premièrement, il faut comprendre comment un smartphone est capable de faire sortir du bruit de votre casque. Le téléphone a besoin d’utiliser un DAC (Digital Analog Converter) pour cela. Son but est de convertir les données numériques (les petits 0 et 1 qui se suivent) en flux analogique. Il sert en quelque sorte de pont entre vos sources audio et les notes qui vont sortir de votre casque. Cet élément indispensable se trouve dans tout un tas d’appareils que vous connaissez comme les lecteurs CD. D’ailleurs, vous remarquerez que certaines chaîne hi-fi sont composés de deux blocs (un pour le lecteur, l’autre pour le DAC).

Le son qui sortira de votre smartphone dépendra en partie du DAC qu’il embarque. Des constructeurs font d’importants efforts sur le sujet comme LG qui a notamment équipé son V30 d’un quadruple DAC Sabre ES9218P. Côté logiciel, le constructeur coréen n’a pas hésité à ajouter un égaliseur très personnalisable dans son smartphone. Ce qui permet à aux utilisateurs d’appliquer la teinte qu’ils préfèrent à leurs titres favoris (nous verrons tout ça plus bas lors de la partie sur l’égaliseur).

Le LG V30 embarque un quadruple DAC.

L’idée d’intégrer un DAC haut de gamme est plutôt bonne idée de la part de LG. En effet, certains audiophiles trouvent que la qualité sonore est négligée par la plupart des constructeurs de smartphones. Pour pallier à ce problème, certains n’hésitent pas à rajouter un DAC externe (les produits FiiO par exemple à retrouver sur Amazon) afin d’améliorer le son de leurs smartphones. Ces appareils portables ont cependant des inconvénients : ils fonctionnent sur batterie, pèsent un certain poids et nécessitent des branchements supplémentaires pour fonctionner (smartphone -> DAC externe -> casque/écouteur). Voilà pourquoi une solution comme celle que propose LG est sans doute plus pertinente dans le monde du mobile.

Ça ne tient qu’à un fil

La prise jack commence malheureusement à disparaître petit à petit de nos smartphones. Une nouveauté importante car en l’absence de celui-ci, le DAC des smartphones ainsi que le DSP (la puce gérant le signal sonore) ont été déplacés dans les écouteurs, les casques USB-C et dans les petits adaptateurs jack vers USB-C fournis avec les nouveaux smartphones qu’on utilise pour brancher un appareil en filaire. Qu’est-ce que cela change ? Et bien qu’à présent, ce seront aux fabricants de ces nouveaux casques/écouteurs de prendre le soin d’en installer.

 

Les audiophiles les plus acharnés vous diront tous qu’un casque filaire de bonne facture sera meilleur que n’importe quels casques Bluetooth. La liaison sans fils compresse en effet le son et l’on perd de facto en qualité. Pour la majorité des utilisateurs, cette transition n’est pas si grave car il existe aujourd’hui de très bons appareils sans fil compatibles avec l’Apt-X de Qualcomm. Ce codec garantit une restitution sonore au moins digne d’un CD (16 bits / 44 kHz). Des méthodes d’encodage, on en trouve plusieurs comme le SBC, l’AAC d’Apple ou encore le LDAC de Sony qui est la Rolls-Royce dans le genre. Notez que pour que tout cela fonctionne, les puces Bluetooth du smartphone et du casque doivent évidemment être compatibles.

Le Bluetooth 5.0 pour sa part est arrivé en premier lieu sur le Samsung Galaxy S8 avant de progressivement conquérir plusieurs modèles. Cette technologie permet d’envoyer des informations avec un débit plus élevé que le Bluetooth 4.2 ainsi qu’à une plus grande distance. Sur le papier, il est donc possible de profiter de morceaux plus détaillés avec les casques compatibles.

Mais que l’on parle de casques filaires ou de casque sans fil, une chose est sûre : il est important pour l’utilisateur de se diriger vers un appareil avec une signature sonore qui lui plait. Car vous l’aurez sans doute remarqué, certaines marques ont des particularités comme Bose et Sony qui sont connus pour leurs casques avec beaucoup de basses. L’autre élément à ne pas négliger est la puissance de la réduction de bruit active (et même passive). La première à la fâcheuse tendance d’altérer le rendu sonore en plus de déranger certains utilisateurs (la sensation peut être oppressante et même causer des maux de tête si utiliser dans des endroits calmes).

Prenez donc le temps de trouver un casque qui plaira à vos oreilles, que ce soit sans fil ou avec un câble jack.

La source de tous les plaisirs

Jusqu’ici, ce dossier apporte des éclairages sur les solutions matérielles. Mais pour les exploiter au mieux, il faut les associer avec les meilleures sources audio possibles. Les lossless sont des fichiers numérisés sans pertes d’informations à l’inverse du MP3, qui est un format de compression destructeur. Ce dernier a l’avantage de peser moins lourds, mais se permet en contrepartie d’écraser les fréquences, et donc, d’être moins détaillé.

Les fichiers non compressés profitent ainsi d’un échantillonnage plus grand que les MP3 et sont donc censés offrir une meilleure reconstitution sonore. Les premiers fichiers HD sont ainsi en 16 bits / 44 kHz, ce qui correspond à la qualité du CD. Il est possible de trouver des fichiers encore plus détaillés, allant même au-delà des 24 bits / 96 kHz. C’est ce qu’on appelle des fichiers High Res qui sont identiques à ce qui a pu être enregistré dans le studio d’enregistrement. Ces fichiers sont souvent en FLAC, ALAC (les rares formats compressés mais non destructeurs) ou même en WAV.

Il y a de nombreux débats sur le réel intérêt de ces fichiers High Res. De nombreuses personnes s’accordent à dire que la qualité CD est amplement suffisante pour apprécier sa musique car personne ne distinguerait la différence au-delà et que l’oreille humaine est incapable d’entendre les fréquences comprises en 20 Hz et 20 000 Hz. Mais avoir un fichier non bridé permettrait néanmoins de profiter d’un son plus naturel, plus ample et d’une scène plus précise. Toujours est-il que qui peut le plus peut le moins. Donc, privilégions les fichiers les plus détaillés aux fichiers compressés quand on le peut.

Si l’idée de récupérer des musiques “à l’ancienne” vous rebute, il existe des services de streaming spécialisé dans le High Res comme Qobuz qui propose moyennant un abonnement à 24,99 euros/ mois d’accéder à des titres en qualité studio. D’autres services comme Deezer propose même de la qualité CD (à choisir dans les options de l’application). Pour de plus amples informations, nous vous invitons à regarder notre guide des meilleurs services de streaming et pouvoir ensuite comparer les offres.

Sur Qobuz, il est possible de récupérer des albums en qualité studio (24 bits / 192 kHz)

Permettons-nous ici une petite parenthèse : malgré toutes les choses énoncées en amont, il est important de souligner que le rendu final d’un album dépend énormément du mastering et du mixage final. Vous pouvez d’ailleurs vous amuser à comparer les sonorités différentes entre des albums originaux et des remastered (au hasard, ceux de Pink Floyd ou encore de Led Zeppelin). Certains albums seront donc beaucoup plus surprenants et maîtrisés quand d’autres seront justes saturés. Je vous invite chaudement à écouter l’album Thriller de Michael Jackson en 24 bits / 192 kHz, notamment disponible chez Qobuz, pour vous faire une idée de ce qu’est un bon album. Fin de la parenthèse.

Il faut ajuster le tir

Les smartphones permettent de télécharger des applications, et notamment des égaliseurs. Ces logiciels donnent accès à une table de mixage virtuelle ainsi qu’à tout un tas d’effets (rock, métal, extra bass, folk et j’en passe). Ils permettent d’ajuster le son en fonction de ses goûts et de combler certaines lacunes des casques. On trouve par exemple, sur le Google Play Store, l’application Equalizer FX,. Celle-ci est sobre et complète fonctionnant avec certains services de streaming. Les personnes cherchant un lecteur audio avec énormément d’options pourront se tourner vers Poweramp. Il a la particularité d’accepter les FLAC et d’avoir quelques fonctionnalités sympathiques (fondu sonore, téléchargement automatique des pochettes, ajouts des paroles…).

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Il existe évidemment d’innombrables solutions alternatives, mais la rédaction de FrAndroid vous suggère ces deux-là.

Quand la musique est bonne

Les solutions logicielles peuvent améliorer le rendu sonore de vos musiques, mais elles ne pourront en aucun cas faire des miracles si la partie matérielle ne suit pas. Il est donc important d’investir un tant soit peu dans un bon casque audio et d’utiliser des morceaux de bonne qualité. Avoir une médiathèque en qualité CD semble à la portée de tout le monde aujourd’hui, surtout avec la démocratisation des offres des plateformes de streaming.

Et pour celles et ceux qui souhaitent passer au niveau supérieur, elles devront se tourner vers des baladeurs audiophiles (nous avions testé le Pioner XP-100R dans nos colonnes) ou vers des installations Hi Fi sédentaires. Et surtout, ne ratez jamais une chance d’explorer de nouveaux horizons musicaux. Parce que quand la musique est bonne…

À lire sur FrAndroid : Quel service de musique en streaming choisir en 2018 (Spotify, Deezer, YouTube Musique, Apple Music, Amazon Music) ?

Source: Frandroid

Publié le

L’app de la semaine : je ne rate jamais mes concerts favoris et en découvre de nouveaux régulièrement

Bandsintown est une application pour Android et iOS qui permet liste pour vous les prochains concerts de vos artistes préférés à venir. Le parfait substitut à Facebook puisqu’il est complet et permet même de faire des découvertes musicales.

Crédit Image : While She Sleeps (Instagram)

Récemment, je me suis rendu compte j’utilisais principalement Facebook pour une seule chose : me tenir informé des concerts à venir à Paris. Le réseau social est vraiment pratique pour cet usage puisqu’on y trouve à la fois les dates des événements, mais aussi des liens vers les diverses billetteries. Sans oublier la possibilité d’échanger avec les fans et les organisateurs sur les pages publiques. Sauf qu’il faut passer par le service de Marc Zuckerberg pour accéder à tout cela et que tout le monde n’a pas (ou plus) envie de s’en servir, comme votre humble serviteur. Et la solution que j’ai trouvée pour m’en passer s’appelle Bandsintown.

Bandsintown a un objectif simple : dresser une liste des concerts à venir près de chez vous, en fonction de vos goûts musicaux, mais aussi des artistes que vous aimez plus particulièrement. Pour ce faire, vous pourrez vous connecter avec votre compte Facebook (notez l’ironie…) pour que l’application récupère automatiquement des informations sur vos préférences musicales. Ensuite, vous aurez tout le loisir d’ajouter ou enlever manuellement les groupes de votre liste d’abonnement.


 

Comment ça marche ?

La page principale de Bandsintown permet d’accéder à des listes de concerts triées selon leurs genres musicaux : rock, électro, pop, punk, jazz ou encore hip-hop. Il est aussi possible d’opter directement pour une liste créée selon votre géolocalisation. Mais je passe le plus clair de mon temps dans l’onglet Recommandés. C’est une timeline affichant les dates des prochains concerts à venir de vos groupes préférés, mais aussi de celles de groupes qui pourraient vous intéresser. Les suggestions sont basées sur ce que vous aimez et cela permet de faire des découvertes plutôt sympathiques. Pour ma part, j’ai assisté de cette manière au concert de The Story So Far au Petit Bain, car j’étais abonné à Citizen, un autre groupe de Pop Punk qui passait en première partie.

Si l’on est intéressé par un show (au hasard, le concert d’Alice in Chains à l’Olympia Bruno Coquatrix), il suffit d’appuyer sur l’événement  pour accéder à des informations complémentaires (voir les photos ci-dessus). Il est possible depuis cet endroit d’ajouter directement l’événement à votre agenda, de signaler si l’on est intéressé, si l’on compte y aller, d’inviter ses amis et même d’accéder à une billetterie. Un espace tout-en-un pour organiser ses prochaines sorties ! À noter qu’il existe un petit esprit communautaire puisqu’il est possible de noter les shows et de les commenter.



Pour terminer, j’aimerais préciser que l’application envoie des notifications quand les artistes partagent des posts ou des photos. Il m’est même arrivé d’être parmi les premiers informés sur le lancement de nouvelles tournées françaises. Et quand on est un grand fan de certains groupes, c’est vraiment le pied. J’ai récemment utilisé l’application pour prendre ma place pour While She Sleeps (dont le chanteur Lawrence Taylor est en image à la une). Je vous invite chaudement à découvrir ce groupe avec leur dernière musique, Anti-Social, si vous êtes amateur de metal-core. À bientôt dans les mosh-pits !



Bandsintown



Bandsintown

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Source: Frandroid

Publié le

Jeux vidéo en streaming : Samsung s’associe avec Microsoft xCloud pour contrer Google Project Stream

Les géants de la tech se préparent pour une nouvelle guerre concurrentielle pour dominer le futur marché du jeu vidéo en streaming, grâce au cloud. Google et Microsoft sont les starting-blocks, et Samsung semble avoir choisi son partenaire.

L’événement de Samsung dédié aux développeurs continuait hier sur sa seconde journée, et la marque coréenne avait encore des annonces à faire. Après le Samsung Infinity Flex Display, qui arrive peut-être 5 ans trop tard, et l’interface Samsung One UI, la firme s’est attardée sur ses ambitions dans le jeu vidéo.

Elle a bien sûr commencé par rappeler son partenariat avec Epic Games, qui a permis aux utilisateurs de smartphone Galaxy de profiter en avant-première du jeu phénomène Fortnite, accompagné d’un skin exclusif. Samsung a ensuite fait monter une représentante de Microsoft sur scène, pour parler du cloud.

Une porte d’entrée vers une nouvelle galaxie de jeux

Samsung et Microsoft ont annoncé qu’ils étaient partenaires autour du projet xCloud de Microsoft, qui permet de jouer aux jeux Xbox sur mobile grâce au streaming depuis le cloud. Sarah Bond, en charge des partenariats Xbox, explique que « nous voulons que tous ceux qui portent un smartphone Galaxy portent en réalité un accès à nouvelle expérience de jeu ». Les deux marques n’ont pas donné plus de détails sur ce que ce partenariat signifie pour les futurs smartphones Galaxy.

On peut imaginer qu’après la sortie commerciale du projet xCloud, l’application dédiée de Microsoft soit être installée par défaut sur les appareils Galaxy, certifiés par l’éditeur comme proposant une expérience de jeu optimale.

Quoi qu’il en soit, cette annonce est un coup dur pour Google qui développe actuellement Project Stream, une solution concurrente. S’il ne fait aucun doute que les smartphones Galaxy seront également compatibles avec le service de Google, Samsung se place une nouvelle fois en rival du papa d’Android avec cette annonce.

À lire sur FrAndroid : Pour s’épanouir, les smartphones gamers ont besoin de la technologie qui les tuera

SamMobile

Source: Frandroid

Publié le

Blizzard insiste sur les jeux mobiles malgré la réception désastreuse de Diablo Immortal

Malgré la débâcle de l’annonce de Diablo Immortal, Blizzard ne semble pas vouloir freiner ses ambitions en termes de jeux mobiles. Le studio a annoncé travailler sur plusieurs licences qui seront portées sur smartphone.

Le week-end dernier, la ville californienne d’Anheim accueillait la Blizzcon, la convention annuelle organisée par Blizzard, grand raout annuel où l’éditeur annonce ses nouveautés à venir pour les prochains mois. En guise de clôture de la conférence d’ouverture, c’est un nouveau jeu qui a été annoncé : Diablo Immortal.

Seulement, il y a un hic. Le jeu est en fait une adaptation de la franchise Diablo sur smartphone, développée en partenariat avec le studio chinois NetEase. Surtout, l’annonce n’était accompagnée d’aucune nouveauté pour les joueurs PC, qui attendaient pourtant de pied ferme la présentation d’un Diablo 4. Résultat des courses, une bande-annonce publiée sur YouTube avec 96 % de dislikes et un cours de l’action Blizzard en baisse de 7%.

Lien YouTube

Seulement, il semblerait que ces réactions pour le moins négatives ne freinent pas Blizzard. Au contraire, l’éditeur a annoncé dans les colonnes de Mashable vouloir continuer d’explorer les jeux mobiles. « Nous sommes excités à l’idée d’imaginer porter toutes nos licences sur ce marché et de les proposer à une audience bien plus large », explique Allen Adham, l’un des cofondateurs du studio, en charge de l’incubation. On notera toutefois que l’interview a été réalisée le week-end dernier, durant la Blizzcon, à un moment où les dirigeants de Blizzard n’étaient pas nécessairement au fait du nombre de réactions négatives.

Je pense que dans certains cas il s’agira de jeux entièrement nouveaux. Vous pouvez déjà le voir avec Hearthstone, — une réinterprétation d’un tout nouveau genre de jeu utilisant la licence Warcraft. Dans certains cas, il pourra s’agir — comme avec Diablo Immortal — d’un jeu similaire, mais différent et décorrélé des jeux majeurs de la franchise.

Allen Adham n’a cependant pas annoncé quelles franchises seraient portées sur mobile, mais il se veut particulièrement optimiste sur l’avenir du jeu sur smartphone : « Dans les premiers temps, il y avait ls Amiga et Commodore 64, puis les Super Nintendo et Sega Megadrive. Nous le voyons comme une autre plateforme avec ses propres particularités ».

Diablo Immortal sera le second jeu de Blizzard à être disponible sur mobile. Hearthstone, d’abord lancé sur PC, est arrivé sur iPad en décembre 2014, puis sur smartphones Android et iPhone en avril 2015. Pour l’heure, aucune date de lancement n’a été annoncée pour Diablo Immortal.

À lire sur FrAndroid : Blizzard vient d’annoncer Diablo Immortal sur Android et iOS : préinscrivez-vous sur le Play Store

Mashable

Source: Frandroid

Publié le

Bird incite ses utilisateurs à signaler les trottinettes mal garées

Bird compte ajouter une nouvelle fonctionnalité permettant à ses utilisateurs de signaler si des trottinettes sont endommagées ou mal stationnées. L’objectif de l’entreprise est de rendre l’usage de ses appareils plus sûr, mais aussi de sensibiliser les usagers de trottinettes.

Si vous habitez dans une grande ville comme Paris, vous avez sans doute remarqué l’arrivée des trottinettes électriques en libre service. Malheureusement, ces véhicules sont parfois stationnés n’importe comment et gênent à la fois les utilisateurs et les riverains. Pour lutter contre ce fléau, Bird compte sur l’implication de ses clients.

La société a dévoilé une prochaine fonctionnalité de son application appelée Community Mode. Elle permet aux usagers de signaler à Bird via un formulaire si des trottinettes sont mal garées ou endommagées. La société enverra alors des personnes vérifier l’état des trottinettes aux positions signalées. Elles devront s’occuper de remettre les trottinettes là où il faut, mais aussi de les réparer si besoin. Les individus mobilisés seraient soit des « chargeurs » (lire l’enquête de Numerama), soit des mécaniciens habitués à travailler avec Bird.

Une question de savoir vivre

Une fois l’opération de maintenance effectuée, les personnes en charge d’avoir retapé la trottinette devront envoyer une photo afin de prouver qu’elle est bien stationnée ou réparée. Une notification sera envoyée au dernier utilisateur si Bird pense qu’il a volontairement mal positionné l’appareil électrique.

À Paris, on retrouve donc Bird, mais aussi Lime, Bolt (par Txfy) ainsi que Wind. Cela représenterait plus de 750 appareils disponibles dans la capitale. Il est donc normal que ces services cherchent à rendre l’usage de leurs trottinettes plus accommodant, surtout quand des débats autour de la législation ont lieu en ce moment.



Bird



Bird Rides, Inc.

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

À lire sur FrAndroid : Comment choisir sa trottinette électrique en 2018 ?

Cnet

Source: Frandroid

Publié le

Byte : le successeur de Vine arrivera en début d’année prochaine

Deux ans après la fin de Vine, l’un de ses fondateurs, Dom Hofman, a annoncé l’arrivée prochaine d’une nouvelle application du même type, baptisée Byte. Celle-ci sera lancée au printemps 2019.

Aujourd’hui, on se souvient de Vine comme d’une source inépuisable dans laquelle les youtubeurs ont puisé afin de monter des compilations de boucles plus drôles les unes que les autres. Mais jusqu’à fin 2016, il s’agissait d’un véritable réseau social, lancé par Dom Hofman et Rus Yusupov et racheté par Twitter en 2012. Face au faible nombre d’utilisateurs et à la difficulté de monétiser cette audience, le réseau social a fini par fermer ses portes en janvier 2017.

Néanmoins, il semblerait que l’idée derrière Vine perdure de son côté. L’an dernier, Dom Hofman, l’un des deux cofondateurs, avait annoncé qu’il travaillait sur une nouvelle application surnommée « Vine 2.0 ». Une manière sans équivoque de rappeler aux utilisateurs de l’ancien réseau social que ses principaux attraits seront de la partie. Ce jeudi, Dom Hofman a finalement donné une date, ou plutôt une période, à laquelle serait lancé ce successeur de Vine. Baptisée Byte, la nouvelle application verra le jour au « printemps 2019 ».

Pour l’heure, on ignore encore quelles seront les fonctionnalités de cette nouvelle application. Dans son tweet, Dom Hofman précise néanmoins qu’il s’agira à nouveau d’une « application de boucles vidéo ». On devrait en savoir plus au cours du second trimestre 2019.

Twitter

Source: Frandroid

Publié le

Disney+ : le véritable concurrent de Netflix arrive avec des séries Star Wars et Marvel

Disney+, c’est le nom du service de séries et de films en streaming que lancera Disney en 2019, pour concurrencer Netflix.

Oubliez Salto (ha ? c’était déjà fait ?), le véritable concurrent de Netflix dans les années à venir devrait être développé par Disney, le titan de l’audiovisuel. En marge de ses résultats financiers, la firme a annoncé qu’elle serait prête à lancer son service de streaming en 2019 avec du contenu exclusif. Ce service a désormais un nom : Disney+.

Des séries Star Wars et Marvel

S’il veut rattraper Netflix, Disney+ va devoir miser sur du contenu exclusif fort, et pour cela, la firme peut compter sur ses valeurs sûres : Star Wars et Marvel.

Plusieurs projets sont déjà en cours, le premier d’entre eux est une série Star Wars qui suivra les aventures du rebelle Cassian Andor avant les événements de Rogue One: A Star Wars Story. Disney ne s’avance pas sur une date de sortie pour la sortie, ce qui signifie qu’elle pourrait ne pas être disponible au lancement. Diego Luna reprendra le rôle de Cassian Andor dans la série.

Tom Hiddleston va lui aussi reprendre son rôle de Loki, pour une série se plaçant cette fois dans l’univers Marvel. Difficile toutefois de savoir si la série sera intégrée au Marvel Cinematic Universe d’une quelconque façon, ou si ce sera un simple spin off laissé sur le côté comme l’ont été les séries Marvel Netflix, ou celles de ABC.

D’autres contenus sont aussi en développement comme une série basée dans l’univers du film Pixar Monstres et Cie.

Un lancement aux États-Unis et un site en français

Disney+ sera lancé d’abord aux États-Unis à la fin de l’année 2019. Il est plus que probable que le lancement en Europe, et plus précisément en France, soit déjà prévu puisque le site officiel propose déjà une page en français.

Disney

Source: Frandroid

Publié le

Comment précommander moins cher Hearthstone : Les jeux de Rastakhan avec Amazon ?

Début décembre, Hearthstone revient avec la dernière extension de 2018 : Les jeux de Rastakhan. Quelles sont les nouveautés du jeu de cartes de Blizzard ? Comment précommander l’extension à moindre coût ? Retrouvez tous les détails !

L’année 2018 a déjà accueillie deux extensions pour le jeu de cartes Hearthstone : Le Bois Maudit et Le Projet Armageboum. Quelques semaines avant Noël, les fans de la licence pourront alors profiter d’une nouvelle extension, Les Jeux de Rastakhan, qui promet d’apporter son lot de nouveautés.

Quelles sont les nouveautés de l’extension ?

La troisième et dernière extension de la saison de Hearthstone part cette fois-ci chez les trolls, du côté de l’empire zandalari. Comme d’habitude, cette extension contiendra 135 nouvelles cartes, un nouveau plateau, mais aussi une nouvelle aventure solo, les Jeux trolls. On passe rapidement sur cette dernière — une déclinaison de l’arène en version solo pour faire simple — pour se concentrer sur les nouvelles cartes.


Pour l’instant, seulement 17 des 135 cartes ont été révélées. Elles permettent toutefois de découvrir un nouveau mot-clé, brutalité. Son principe est simple : quand une carte inflige des dégâts supérieurs au nombre de points de vie d’un monstre, elle lui confère un effet spécial supplémentaire. Par exemple, l’arme Sul’Thraze autorise un joueur à attaquer une fois de plus s’il a tué un monstre adverse avec l’épée.

Pour les curieux, sachez que nous avons écrit un article récapitulatif complet sur les jeux de Rastakhan, faisant le point aussi bien sur les nouvelles cartes que sur le nouveau mode solo.

Hearthstone : Les Jeux de Rastakhan sera disponible le mardi 4 décembre 2018 sur toutes les plateformes sur lesquelles le jeu est disponible (PC, Mac, Android et iOS).

Comment commander l’extension moins chère sur l’Amazon Appstore ?

Vous pouvez dès à présent préacheter un pack comprenant 50 boosters de Hearthstone : Les Jeux de Rastakhan, le nouveau héros chaman, le Roi de Rastakhan, et le dos de carte « Ça va cogner ! » au prix de 49,99 euros.

Pour rappel, les paquets de cartes sont disponibles habituellement à 2,99 euros pour deux paquets, soit 1,49 euro par paquet. Ce pack permet de profiter des paquets de cartes à 1 euro l’unité, ce qui vous permettra de faire belles économies.

Mais vous pouvez encore économiser plus sur ce pack avec les Amazon Coins. Le coin est la monnaie virtuelle d’Amazon qui peut être utilisée pour réaliser des achats in app dans les applications disponibles sur le store d’Amazon, dont Hearthstone. Les réductions sont croissantes en fonction du nombre de coins achetés et ils sont utilisables exclusivement pour les jeux téléchargés depuis l’Amazon Appstore.

Comment utiliser Amazon Coins ?

Vous n’avez jamais utilisé Amazon Coins ? À l’occasion de la sortie de la nouvelle extension d’Hearthstone, Amazon propose une offre pour les nouveaux utilisateurs de l’App Store Amazon : 5 000 Amazon Coins (= 50 euros) pour 35 euros.

Cette offre permet de précommander la nouvelle extension d’Hearthstone en profitant d’une économie de 15 euros. C’est aujourd’hui le seul moyen de l’acquérir moins cher.

5 000 Amazon Coins pour 35 euros

Vous utilisez déjà Amazon Coins ? Si vous utilisez déjà l’App Store d’Amazon et que vous avez précédemment effectué un achat en coins sur celui-ci, vous pouvez profiter d’une autre offre vous permettant de précommander la prochaine extension d’Hearthstone pour moins cher : 5 000 Amazon Coins (= 50 euros) pour 39,99 euros.

Comme la première offre, celle-ci permet de précommander l’extension Les Jeux de Rastakhan moins cher.

5 000 Amazon Coins pour 39,99 euros

Comment installer l’Amazon Appstore ?

Afin de pouvoir profiter des remises des Coins pour vos achats intégrés de Hearthstone, vous devez dans un premier temps installer l’Amazon Appstore. L’installation est très simple et se déroule en 3 étapes :

Téléchargez l’application sur ce lien ou rentrez cette adresse sur le navigateur internet de votre smartphone : https://www.amazon.fr/appstore (vous pouvez également la trouver très facilement en recherchant Amazon Appstore sur Google).

Ouvrez ensuite l’application Téléchargements grâce à la notification ou dans votre menu d’applications, puis choisissez le fichier Amazon_App.apk et appuyez sur installer. Pour installer un fichier .APK, suivez notre tutoriel.

Vous n’avez plus qu’à lancer l’application Amazon Appstore et vous authentifier sur votre compte Amazon. Les applications se situent dans le menu de gauche sur la catégorie Appstore Amazon. Afin d’installer Hearthstone, vous pouvez simplement rechercher l’application dans la barre de recherche, puis l’installer.

Vous pouvez ainsi installer Hearthstone et utiliser les coins que vous avez précédemment obtenus pour précommander l’extension Les Jeux de Rastakhan directement sur le jeu, la boutique est liée à votre compte Amazon.

À lire sur FrAndroid : Hearthstone : tout savoir sur les jeux de Rastakhan, la nouvelle extension du jeu Blizzard

Article sponsorisé par Amazon

Cet article a été réalisé en collaboration avec Amazon. Il s’agit d’un contenu crée par des rédacteurs indépendants au sein de l’entité Humanoid Content, l’équipe éditoriale de FrAndroid n’a pas participé à sa création. Nous nous imposons les mêmes critères pour vous proposer un contenu unique et de qualité.

Source: Frandroid

Publié le

Hearthstone : tout savoir sur les jeux de Rastakhan, la nouvelle extension du jeu Blizzard

Le 4 décembre prochain sortiront Les jeux de Rastakhan, la troisième extension de Hearthstone en 2018. Alors que Blizzard a déjà dévoilé certaines cartes du jeu, on fait le point sur tout ce qu’apportera cette dernière extension de l’année du corbeau.

Après Le Bois Maudit, puis le Projet Armageboum, Blizzard l’a annoncé, Les jeux de Rastakhan seront la troisième et dernière extension Hearhstone pour 2018, l’année du Corbeau. Mais que nous réserve-t-elle ? On fait le point sur toutes les nouveautés attendues dès le mois prochain.

Histoire de l’extension

Troisième et dernière extension Hearthstone de cette année, Les jeux de Rastakhan mettra en avant les différentes tribus trolls, la vallée de Strangleronce et le roi Rastakhan de l’empire zandalari. Comme chaque dernière extension annuelle, il s’agira également de celle ayant la plus courte durée de vie.

Les cartes proposées passeront en effet dans le mode libre lors de la sortie de la première extension de 2020, et ne resteront donc dans le mode standard que pendant 16 mois. Généralement, cette ultime extension annuelle est donc l’occasion pour Blizzard de proposer des cartes légèrement plus puissantes que les deux autres, puisqu’elles influeront moins sur le meta-game.

Le dirigeant du grand empire troll, le roi Rastakhan, appelle tous les Trolls d’Azeroth à participer au plus incroyable tournoi de gladiateurs que ce monde ait jamais connu. Vous allez devoir recourir à votre meilleur deck et à vos tactiques les plus audacieuses pour vous sortir de la mêlée. Le vainqueur rafle tout. Le perdant ? Il est fini.

Lien YouTube

L’extension a été dévoilée officiellement à l’ouverture de la Blizzcon 2018, le vendredi 2 novembre. Seule une poignée de cartes ont pour l’instant été dévoilées. Au cours des semaines jusqu’à la sortie, Blizzard devrait en annoncer davantage, jusqu’à ce que l’on connaisse les 135 cartes prévues.

À lire sur FrAndroid : Les meilleurs jeux gratuits sur Android en 2018

Nouveautés de l’extension

Comme chaque extension de Hearthstone, Les jeux de Rastakhan permettront d’introduire 135 nouvelles cartes dans le jeu de Blizzard. Ça sera également l’occasion pour les développeurs de proposer un nouveau terrain de jeu avec son lot d’interactions.

Le terrain de l’extension Les jeux de Rastakhan

Chacune des neuf classes de Hearthstone pourra bénéficier de deux nouvelles cartes légendaires. Contrairement à la précédente extension, il ne s’agira cependant que de serviteurs.

Loas et esprits

Ainsi, chaque classe aura droit à un serviteur troll et à un Loas, une divinité prenant la forme d’un animal. Le Loa paladin, Shirvallah, prendra ainsi l’apparence d’un tigre quand celui du démoniste, Hi’reek, aura une apparence de chauve-souris.


Par ailleurs, chaque classe profitera également d’un esprit rare, un serviteur 0 point d’attaque et 3 points de vie avec camouflage le tour où vous le jouez. Les esprits devraient fonctionner de manière à mettre en avant la puissance des Loas sur le terrain, en totale synergie. Puisqu’il s’agit de cartes rares, et non pas légendaires, les joueurs pourront en inclure deux dans leur deck.


Brutalité

Un seul mot-clé devrait être introduit avec l’extension Les jeux de Rastakhan : Brutalité. Lorsqu’il est intégré à un sort, une arme ou un serviteur, ce mot-clé permet de profiter d’un avantage si le joueur parvient à infliger davantage de dégâts que nécessaire pour éliminer une créature. Une bonne manière d’inciter les joueurs à effectuer des trade qui ne sembleraient de prime abord pas nécessairement favorables. Pour l’heure, seules deux cartes avec ce mot-clé ont été présentées : Flèche alléchante et Sul’thraze.


Nouvelle aventure : les Jeux trolls

Comme à chaque nouvelle extension, Blizzard profitera de l’arrivée des Jeux de Rasatakhan pour dévoiler une nouvelle aventure : les Jeux trolls. Il s’agira, comme d’habitude, d’un mode solo gratuit, accessible directement depuis l’option « aventures » dans le menu principal. Si le Projet Armageboum intégrait une série de défis avec des cartes et des decks préconstruits, les Jeux trolls devrait davantage ressembler à ce que les joueurs ont connu avec la Chasse aux monstres (Le Bois Maudit) et la Virée en donjon (Kobolds et catacombes).

Les joueurs choisiront donc une classe parmi les trois proposées, comme en arène, et devront enchaîner huit boss aléatoires, correspondant à chacune des autres classes. Régulièrement, il sera possible d’enrichir son deck avec de nouvelles cartes.

Particularité des Jeux troll, chaque classe commencera la partie avec un sanctuaire directement sur le plateau. Au début de l’aventure, les joueurs pourront choisir parmi trois sanctuaires proposés. Ce serviteur avec 0 point d’attaque ajoute un avantage différent en fonction de la classe. Par ailleurs, une fois le sanctuaire détruit par votre adversaire, il revient automatiquement à la vie après trois tours. Attention, les boss adverses ont eux aussi un sanctuaire à disposition, il faudra donc parvenir à le gérer régulièrement.

Lien YouTube

Le mode aventure des Jeux de Rastakhan ne sera pas disponible dès la sortie de l’extension, mais quelques jours plus tard, dès le 9 décembre.

Date de sortie et prix des packs

La nouvelle extension Hearthstone Les jeux de Rastakhan sera disponible à partir du 4 décembre. D’ici là, les joueurs peuvent précommander l’extension avec deux offres disponibles :

  • 19,99 euros pour 17 paquets de cartes (au lieu de 15)
  • 49,99 euros pour 50 paquets de cartes (au lieu de 40)

Dans les deux cas, la précommande donne accès à un nouveau dos de carte : Ça va cogner ! Par ailleurs, la précommande de 50 paquets permet également de profiter d’un skin pour le héros chaman avec Rastakhan prenant la place de Thrall. Notez également que la précommande de la nouvelle extension d’Hearthstone est également disponible pour moins cher sur l’Amazon Appstore.

Comment précommander moins cher Hearthstone : Les jeux de Rastakhan avec Amazon ? :
Comment précommander moins cher Hearthstone : Les jeux de…

Nouvelles cartes

Au total, 135 nouvelles cartes seront introduites par l’extension. Pour l’heure, Blizzard n’en a dévoilé que 17. Les 118 autres seront révélées au fur et à mesure durant les prochaines semaines, par Blizzard ou par des membres influents de la communauté (streameurs, sites spécialisés, joueurs pro) en partenariat avec l’éditeur.

Nous rajouterons les nouvelles cartes dévoilées au fur et à mesure jusqu’à la sortie.

Lien YouTube

Lien YouTube

Cartes neutres

Cartes chaman

Cartes chasseur


Cartes démoniste



Cartes druide

Cartes guerrier

Cartes mage


Cartes paladin



Cartes prêtre

Cartes voleur


 

Source: Frandroid

Publié le

Facebook Messenger va vous permettre d’annuler l’envoi d’un message

Déjà présente sur Whatsapp, la fonction de suppression de message va arriver prochainement sur Facebook Messenger comme l’ont indiqué les développeurs sur les notes de version de l’application.

Facebook Messenger vous permet déjà de supprimer un message dans une conversation, c’est vrai. Mais gare à vous si vous tentez d’utiliser cette fonctionnalité pour effacer un message gênant. La suppression n’est pas synchrone et ne concerne en fait que votre fil de discussion. Votre interlocuteur, lui, verra toujours le message. En tout cas jusqu’à présent.

Une arrivée plus que probable sur Android

Sur les notes de la version 191.0 de l’application iOS, Facebook Messenger a en effet indiqué une mise à jour prochaine de ses conditions de suppression, comme l’ont remarqué nos confrères de Next INpact :

Supprimer un message envoyé d’un fil de discussion. Si vous envoyez accidentellement la mauvaise photo ou une information incorrecte ou si vous écrivez dans la mauvaise conversation, vous pouvez corriger facilement votre message en le supprimant dans les 10 minutes après l’avoir envoyé.

Le laps de temps de 10 minutes peut sembler court, mais il devrait vous permettre d’annuler un message que vous avez envoyé au mauvais destinataire ou dont vous savez instantanément que vous le regretterez.



Messenger



Facebook

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Pour l’heure, seul l’App Store d’Apple fait mention de cette nouveauté à venir. Facebook n’a pas mentionné l’arrivée de la suppression sur Android. Cependant, puisqu’il s’agit d’un effacement pour tous les interlocuteurs, il serait logique que la version Android de Facebook Messenger permette également de supprimer des messages.

À lire sur FrAndroid : Comment supprimer un message sur WhatsApp après l’avoir envoyé

Next INpact

Source: Frandroid