Publié le

Chrome va calmer les sites trop lourds pour conserver vos forfaits data

Google Chrome lance une nouvelle fonctionnalité qui permet de stopper le chargement de pages trop lourdes, dans le but de conserver un maximum le forfait data.

Depuis quelque temps, Google maximise ses efforts afin de conserver un maximum de votre forfait data. L’élan est naturel : l’entreprise cherche à conquérir des marchés où les forfaits sont encore chers et où le consommateur moyen n’a pas forcément un budget smartphone illimité.

C’est en ce sens qu’aura été créée l’initiative Android Go avec sa galaxie d’applications allégées. Ceci étant, ces efforts profitent à nous également : Google Chrome ne va pas tarder à lancer une nouvelle fonctionnalité qui pourrait bien vous intéresser.

Google Chrome arrête le chargement des pages trop lourdes

Sur Chrome Canary, la version de développement du navigateur web, une nouvelle fonctionnalité baptisée « Heavy page capping » (plafonnement des pages lourdes) est actuellement en cours de test. Son principe est assez simple.

L’utilisateur peut définir au préalable un poids maximum à atteindre pour une page web, disons 1 Mo. Dès lors qu’une page chargée le surpasse, il recevra alors une alerte lui permettant de mettre en pause le chargement de la page pour éviter une surconsommation de données.

Il reste une petite faille : le site web cible se doit de supporter cette fameuse mise en pause.

Accessible pour tous

Cette fonctionnalité est testée sur presque toutes les plateformes que supporte Google Chrome, à savoir Windows, Mac, Linux, ChromeOS et Android. Ceci étant, on se doute que celle-ci sera particulièrement utile sur mobile.

Quant au « pourquoi » de ce développement, il n’est pas compliqué de le mettre en lien avec les efforts d’expansion du secteur vers le marché indien. Celui-ci a la spécificité d’avoir de nombreux consommateurs, sans que ceux-ci ne soient pour autant fortunés : une telle fonctionnalité les aidera particulièrement à faire attention à leur consommation de données… tout en faisant briller Google aux yeux des utilisateurs bien sûr.

À lire sur FrAndroid : Google Chrome devient plus gourmand en ressources, mais c’est pour votre bien

Source: Frandroid

Publié le

Google Now renaît de ses cendres grâce à Google Assistant

Google Now semble aujourd’hui sortir de sa tombe grâce à Google Assistant. L’interface de l’onglet « Mise à jour » de Google a été revue et nous rappelle en effet celle de Google Now.

La disparition de Google Now au profit de Google Feed — dont la nouvelle interface peine à convaincre — a fait bien des malheureux et nombreux sont ceux qui regrettent encore aujourd’hui cette disparition. Bonne nouvelle, Google Now semble aujourd’hui renaître de ses cendres, enfin presque. Tout ça grâce à une refonte du menu « Mise à jour » et à une intégration Google Assistant.

Google Now ?

Pour rappel, Google Now proposait différentes informations dans un seul et même endroit : rappels, événements, tickets, etc. Bref, ces informations vous aidaient à être organisé et à savoir de quoi sa journée allait être faite.

Ce menu était très apprécié des utilisateurs mais Google l’a remplacé par Google Feed, l’interface qui vous propose différents articles sous forme de cartes. En fait, les informations du feu Google Now se retrouvaient plus ou moins dans l’onglet « Mise à jour » de l’application Google.

L’interface actuelle de l’onglet censé remplacé Google Now

Aujourd’hui, cet onglet se refait une beauté et ressemble bien plus à l’ancien Google Now. Voilà qui devrait faire des heureux. Soyons clairs, la nouvelle interface n’est pas déployée en tant que « Nouveau Google Now » mais les cartes et l’aspect visuel rappellent fortement l’interface de Google Now.

Dans Google Assistant

Désormais, l’icône « Mise à jour » est aussi accessible depuis Google Assistant : si vous appelez ce dernier, vous trouverez le nouveau bouton en haut à droite, à côté de « Explorer ». Voilà, vous êtes sur la nouvelle interface.

Justement, voyons un peu à quoi ressemble cette dernière. Elle comprend vos prochains rendez-vous, rappels, vols, tickets, dernières commandes et autres informations de navigation, le tout avec un beau Material Theming. Voici quelques captures d’écran de la nouvelle interface en question que j’ai reçue sur mon téléphone.



Google promet aussi de prochaines intégrations avec Keep, Any.do, Bring! et Todoist mais aussi une nouvelle section « Découverte » avec des activités proches de votre emplacement, des rappels du lieu où vous avez garé votre voiture et autres recommandations de podcasts et de musiques.

De même, l’assistant est capable de nous envoyer des notifications sur des événements importants : vol retardé, colis livré et autres.

Cette nouvelle interface intervient après l’annonce d’une nouvelle expérience visuelle de Google Assistant présentée lors de la Google I/O 2018 et sera déployée sur tous les téléphones Android mais aussi iOS comportant Google Assistant.

Il s’agit d’une mise à jour server-side : rien ne sert d’aller chercher une mise à jour dans le Play Store. Certains diront qu’il est trop long d’accéder à cette nouvelle interface et regretteront toujours l’ancien Google Now, mais il est compliqué de ne pas apprécier un tel retour.

À lire sur FrAndroid : Dites au revoir au widget « Fil d’actu » de l’app Google, il ne servait plus à rien de toute façon

Google Blog

Source: Frandroid

Publié le

Comment précommander moins cher Hearthstone : Projet Armageboum avec Amazon ?

Hearthstone, le célèbre jeu de cartes de Blizzard, s’offre une nouvelle extension : Projet Armageboum. Quelles sont ses nouveautés et comment la précommander moins cher ? On vous dit tout !

Hearthstone, le célèbre jeu de cartes de Blizzard, s’offre une neuvième extension : Projet Armageboum. Celle-ci met en scène Dr Boum, un personnage de l’univers de Warcraft qui s’est fait particulièrement connaître lors de la première extension d’Hearthstone où il était présent sous la forme d’une carte légendaire particulièrement puissante, qui nous présentera le fruit de ses expériences : 135 nouvelles cartes et de nouvelles mécaniques de jeu.

Quelles sont les nouveautés de l’extension ?

Chaque extension d’Hearthstone apporte son lot de nouvelles cartes accompagnées de nouvelles mécaniques afin de renouveler le gameplay du jeu et le métagame. Parmi les nouveautés, l’une des plus importantes est l’apparition d’un nouveau mot-clé : Magnétisme. Celui-ci permet aux serviteurs disposant de cette caractéristique de fusionner avec une carte Méca s’il est placé à gauche de celui-ci. Cela permettra aux cartes de combiner leurs caractéristiques et leurs mots-clés.




Deux nouveaux types de cartes sont également introduits avec cette nouvelle extension. Le premier, les cartes Oméga confèrent des effets puissants lorsqu’elles sont jouées à 10 points de mana. Le second, les cartes Projet, confèrent de puissants bonus aux deux joueurs, à utiliser avec précaution !

Enfin, après les quêtes, les héros légendaires et les armes légendaires, la prochaine extension d’Hearthstone introduira les sorts légendaires. Comme leur nom l’indique, il s’agit de sorts particulièrement puissants qui ne pourront être ajoutés qu’en un seul exemplaire par deck. Le premier sort légendaire à avoir été annoncé est l’élément instable de Myra, qui offre la possibilité pour 5 cristaux de Mana de piocher l’intégralité de son deck.

Hearthstone : Projet Armageboum sortira le mardi 7 août 2018 sur toutes les plateformes sur lesquelles le jeu est disponible (PC, Mac, Android et iOS).

Comment commander l’extension moins chère sur l’Amazon Appstore ?

Vous pouvez dès à présent préacheter un pack comprenant 50 boosters de Hearthstone : Projet Armageboum, une carte légendaire dorée (de l’extension) et le dos de carte Méca-Jaraxxus au prix de 49,99 euros. Pour rappel, les paquets de cartes sont disponibles habituellement à 2,99 euros pour deux paquets, soit 1,49 euro par paquet. Ce pack permet de profiter des paquets de cartes à 1 euro l’unité, ce qui vous permettra de faire belles économies.

Mais vous pouvez encore économiser plus sur ce pack avec les Amazon Coins. Le coin est la monnaie virtuelle d’Amazon qui peut être utilisée pour réaliser des achats in app dans les applications disponibles sur le store d’Amazon, dont Hearthstone. Les réductions sont croissantes en fonction du nombre de coins achetés et ils sont utilisables exclusivement pour les jeux téléchargés depuis l’Amazon Appstore.

Comment utiliser Amazon Coins ?

Vous n’avez jamais utilisé Amazon Coins

À l’occasion de la sortie de la nouvelle extension d’Hearthstone, Amazon propose une offre pour les nouveaux utilisateurs de l’App Store Amazon : 5 000 Amazon Coins (= 50 euros) pour 35 euros. Cette offre permet de précommander la nouvelle extension d’Hearthstone en profitant d’une économie de 15 euros, c’est aujourd’hui le seul moyen de l’acquérir moins cher.

5 000 Amazon Coins pour 35 euros

Vous utilisez déjà Amazon Coins

Si vous utilisez déjà l’App Store d’Amazon et que vous avez précédemment effectué un achat en coins sur celui-ci, vous pouvez profiter d’une autre offre vous permettant de précommander la prochaine extension d’Hearthstone pour moins cher : 5 000 Amazon Coins (= 50 euros) pour 41 euros. Comme la première offre, celle-ci permet de précommander Projet Armageboum moins cher.

5 000 Amazon Coins pour 41 euros

Le Mégapack du Projet Armageboum

Pour cette nouvelle extension, Blizzard propose un second pack de précommande au doux nom de Mégapack. Celui-ci, plus complet, comprend : 80 boosters, une carte légendaire dorée de l’extension, le dos de carte Méca-Jaraxxus et le nouveau héros alternatif Démoniste : Méca-Jaraxxus. Celui-ci est disponible à 79,99 euros et Amazon propose également une offre pour l’acheter moins cher : 10 000 Amazon Coins (= 100 euros) pour 65 euros.

10 000 Amazon Coins pour 65 euros

Bien entendu, les coins restant pourront être utilisés dans Hearthstone pour acheter des boosters ou une future extension, et également dans les nombreux jeux disponibles sur l’Amazon Appstore.

Comment installer l’Amazon Appstore ?

Afin de pouvoir profiter des remises des Coins pour vos achats intégrés de Hearthstone, vous devez dans un premier temps installer l’Amazon Appstore. L’installation est très simple et se déroule en 3 étapes :

Téléchargez l’application sur ce lien ou rentrez cette adresse sur le navigateur internet de votre smartphone : https://www.amazon.fr/appstore (vous pouvez également la trouver très facilement en recherchant Amazon Appstore sur Google).

Ouvrez ensuite l’application Téléchargements grâce à la notification ou dans votre menu d’applications, puis choisissez le fichier Amazon_App.apk et appuyez sur installer. Pour installer un fichier .APK, suivez notre tutoriel.

Vous n’avez plus qu’à lancer l’application Amazon Appstore et vous authentifier sur votre compte Amazon. Les applications se situent dans le menu de gauche sur la catégorie Appstore Amazon. Afin d’installer Hearthstone, vous pouvez simplement rechercher l’application dans la barre de recherche, puis l’installer.

Vous pouvez ainsi installer Hearthstone et utiliser les coins que vous avez précédemment obtenus pour précommander l’extension Projet Armageboum directement sur le jeu, la boutique est liée à votre compte Amazon.

Article sponsorisé par Amazon

Cet article a été réalisé en collaboration avec Amazon. Il s’agit d’un contenu crée par des rédacteurs indépendants au sein de l’entité Humanoid Content, l’équipe éditoriale de FrAndroid n’a pas participé à sa création. Nous nous imposons les mêmes critères pour vous proposer un contenu unique et de qualité.

Source: Frandroid

Publié le

YouTube Music : toutes les nouvelles fonctionnalités à venir

YouTube Music a été lancé il y a peu par Google, mais n’est pas encore tout à fait finalisé : il manque des fonctionnalités importantes. Le développeur nous a listé celles à venir rapidement.

Après des années avec Google Play Musique, le développeur a décidé de profiter de la puissance colossale de YouTube pour tenter de frapper à nouveau un grand coup sur les services de streaming de musique.

YouTube Music a été lancé il y a peu, et avec lui une nouvelle politique tarifaire liée à la plateforme YouTube. Ceci étant, l’application est encore loin d’être parfaite : de nouvelles fonctionnalités arriveront sous peu.

YouTube Music travaille sur de nouvelles fonctionnalités

C’est Google qui nous prévient par le biais de ses forums. Une liste de fonctionnalités à venir nous a été fournie, dont le déploiement est prévu progressivement au cours des prochains mois. Voici ce que vous êtes en droit d’attendre :

Le transfert de Play Musique à YouTube Music est en route

L’une des fonctionnalités majeures de Google Play Musique a toujours été de pouvoir téléverser sa propre musique sur les serveurs de Google. Ce dernier avait déjà promis que cela serait aussi le cas pour YouTube Music.

L’équipe de développement réitère aujourd’hui cet engagement : la possibilité de transférer sa musique de Play Musique à YouTube Music est bien en cours de développement, mais celle-ci « pourrait prendre un peu de temps ».

YouTube promet également des fonctionnalités surprises à venir, et engage la communauté à remonter le moindre problème et la moindre envie pour les inspirer. Vous savez ce qu’il vous reste à faire.

À lire sur FrAndroid : YouTube Music Premium : comment le nouveau service de Google m’a conquis

YouTube Music

Source: Frandroid

Publié le

Alto’s Odyssey a sa date de sortie sur Android, préinscrivez-vous sur le Play Store

Alto’s Adventure est sans doute l’un des meilleurs runners sur mobile. La bonne nouvelle, c’est qu’une suite est prévue par le studio Snowman, portant le nom d’Alto’s Odyssey. Et on connait maintenant la date de sortie de ce deuxième opus sur Android.

altos-odyssey-840x526

Mise à jour du 18 juillet 2018 : 

Les responsables d’Alto’s Odyssey avaient annoncé sur Twitter que le jeu serait disponible sur Android dès le mois de juillet. Chose promise, chose due : le deuxième volet de ce runner sera téléchargeable depuis le Play Store dès le 26 juillet 2018. Pour patienter sereinement, vous pouvez d’ores et déjà vous préinscrire. Rappelons que le jeu coûte 5,49 euros sur iOS où il est déjà disponible.

Lien YouTube

Mise à jour du 15 juin 2017 : Lors de l’E3, les développeurs du jeu en ont montré un peu plus, avec du gameplay montrant des pentes ensablées, une technique de « wall-riding » pour s’envoler plus haut encore et ont dévoilé une période de sortie : cet été !

Lien YouTube

Article original du 8 décembre 2016 par Camille Suard :

Alors que le studio Snowman a annoncé la création d’un nouveau titre inédit et onirique intitulé Distant, la suite du très apprécié Alto’s Adventure vient d’être teasée ! Dans Alto’s Odyssey, vous retrouverez très certainement le même principe de runner, mais dans un tout autre décor.

Alto’s Adventure 2

La direction artistique de l’épisode original était minimaliste, mais sublime et cette première image nous rassure quant au traitement qui sera réservé à ce second titre de la licence Alto. Si nous n’avons pas plus d’information que cette image, on peut déjà remarquer que le paysage, bien que toujours tortueux, ne sera pas le même puisque le nouvel opus semble se jouer dans un pays au climat plus chaud. On aperçoit sur cette illustration des montgolfières, des pics de montagne escarpés et quelques bâtiments fantaisistes.

Nous ne savons pas quel sera le gameplay exact d’Alto’s Odyssey, mais il y a fort à parier qu’il reprendra celui de son grand frère. Le runner est prévu pour une sortie en 2017 sur tablettes et mobiles Android. En attendant, vous pouvez retrouver Alto’s Adventure sur le Google Play Store.

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Source: Frandroid

Publié le

Chrome sur Android : enfin une vraie gestion des téléchargements

Chrome sur Android prépare une refonte de son système de téléchargement. Au programme : une interface plus claire, et enfin la possibilité de choisir le dossier de destination.

Chrome sur Android est le navigateur web installé par défaut sur la plupart des smartphones Android, et donc naturellement l’un des plus utilisés. Ceci étant, il n’est pas exempt de défauts.

L’un des points peut-être un peu trop simplistes de cette application est à voir du côté de sa gestion des téléchargements. À l’heure actuelle, l’utilisateur n’a que pour seule action possible d’accepter le téléchargement et… c’est tout. Cela va bientôt changer.

Refonte du téléchargement sur Chrome Android

L’équipe de XDA Developers a en effet repéré des changements sur la gestion des téléchargements pour Chrome 69 sur Android, un point sur lequel l’équipe Chromium aurait apparemment fort travaillé au cours des derniers mois.

Désormais, il est possible lors d’un téléchargement de renommer le fichier, mais aussi de choisir son dossier de destination. Un réflexe classique pour un utilisateur PC, qui sera enfin intégré sur l’utilisation mobile.



Déploiement à venir

Ce changement n’est toutefois pas pour tout de suite. Actuellement, il n’est déployé que sur la version développeur et la version canary de Chrome. Ceci étant, c’est preuve qu’il est destiné à atteindre tous les utilisateurs par la suite.

À lire sur FrAndroid : Comment Google gagne-t-il de l’argent avec Android ?

XDA Developers

Source: Frandroid

Publié le

Google Feed : une interface qui peine à convaincre, mais déployée quand même

Ces derniers temps, Google œuvre à trouver une interface convaincante pour son fil d’actualités, avec de nombreux changements. La dernière mise à jour en date montre une interface à base de bulles qui a bien du mal à convaincre. Dommage, car elle commence à être déployée pour de plus en plus d’utilisateurs.

 

Mise à jour du 17 juillet 2018 :

Google ne semble pas avoir entendu (ou écouté) les nombreuses critiques : la nouvelle interface commence à être déployée selon les sites 9to5Google et Android Police. Ainsi, on peut noter trois majeures différences avec l’interface actuelle : la nouvelle disposition des cartes, la disparition du bouton « Partager » et le drôle d’emplacement du menu à trois points.


Disparition du bouton de partage (nouvelle interface à droite) – Crédit image : Android Police

Désormais, chaque carte d’article a droit à son sujet encadré dans une petite pilule. Cette dernière prend de la place, beaucoup de place : seulement deux cartes sont disponibles sans scroller. On peut au moins dire que l’interface est aérée.


La nouvelle interface – Crédit image : 9to5Google

Cette nouvelle interface n’est pas encore disponible sur nos téléphones — même avec le programme bêta de l’application Google — mais elle semble se déployer globalement via une mise à jour server-side.

Article original du 19 avril 2018 :

Avec des mises à jour d’interface tous les mois voire toutes les semaines, Google cherche perpétuellement à améliorer Feed, son fil d’actualités personnalisé. Ce n’est en tout cas pas avec la récente tentative que les utilisateurs seront satisfaits, à en croire les réactions de la rédaction d’Android Police ou encore de Beebom.

Un design … particulier

Il faut bien avouer que les captures d’écrans de l’interface actuellement en train d’être testée ont de quoi rendre perplexe. Beaucoup de vide, un surtitre dissocié de la carte de l’article en question et des options qui ont disparu, comme la possibilité de se déclarer « Pas intéressé par le sujet ». Les cartes ne peuvent apparemment être cachées qu’en choisissant de se désabonner de la source.

Chaque carte est entourée par un dégradé de couleurs (violet et jaune sur la capture de droite ci-dessous). C’est un détail, certes, mais difficile de comprendre Google dans ce choix tant l’esthétique de la chose est contestable.

Ce nouveau design va-t-il néanmoins passer l’épreuve de la phase de test ou Google décidera-t-il de conserver l’ancien qui, à défaut d’être génial, restait convenable ?


Capture d’écran avant-après de Feed sur l’application Google. Source : Android Police

À lire sur FrAndroid : L’application Google s’apprête à changer de visage pour le Material Design 2

Android Police

Source: Frandroid

Publié le

Nvidia Shield TV et GeForce Now : nous avons joué à Fortnite, PUBG, Overwatch en cloud gaming

Le cloud gaming est-il l’avenir du jeu vidéo ? Impossible de le certifier aujourd’hui. Néanmoins, nous avons testé une des solutions les plus abouties : GeForce Now sur une Shield TV. Une solution 100 % Nvidia.

Si vous êtes propriétaire d’une Shield TV, vous avez sans doute pu appliquer la dernière mise à jour. Cette mise à jour a apporté Google Assistant, mais aussi le nouveau service GeForce Now. C’est ce dernier qui nous intéresse. Il s’agit du service qui est disponible depuis le mois de janvier 2018 en beta-test sur Windows et OS X.

Le streaming en ligne n’est pas nouveau : le service OnLive, désormais disparu, a été le premier à le faire en 2010. Gaikai est venu rapidement ensuite, et a rapidement été englouti par Sony qui utilise désormais cette technologie pour PlayStation Now. En France, nous avons également pu découvrir Shadow dès décembre 2016. Face à tous ces concurrents, nous avons eu la possibilité de tester GeForce Now sur une Shield TV (2017)

GeForce Now : attention à la confusion

Nvidia GeForce Now version 2015

Nvidia proposait déjà du cloud gaming sur sa Shield TV, et même sa tablette Android et sa drôle de console de jeu, dans un service de jeux vidéo à la demande : GeForce Now. À travers un abonnement mensuel d’environ 10 euros par mois, on pouvait accéder à un catalogue de jeux plutôt réduit. Le bémol de cette plate-forme : nous étions limités aux jeux proposés par Nvidia. Cette offre ressemble donc à ce que propose Netflix : le service manquait cruellement de jeux récents.

Nvidia GeForce Now version 2018

C’est là où peut naître la confusion, car le service GeForce Now que nous venons de tester est très différent du précédent. À l’image de Shadow, Nvidia GeForce Now propose d’accéder à une puissance graphique distante pour faire tourner des jeux très gourmands. Le service vous permet d’accéder à Steam ou encore la plate-forme Epic pour lancer les jeux que vous avez déjà dans votre catalogue. C’est là où se trouve la différence : il faut posséder le jeu pour pouvoir le lancer. Nvidia se charge d’effectuer tous les calculs nécessaires dans leurs centres de données, en Allemagne pendant nos tests, et d’envoyer le flux vidéo encodé comme il faut sur le client (Windows, OS X ou la Shield TV).

5 choses à savoir sur GeForce Now avant de débuter notre prise en main

C’est loin d’être simple à expliquer, voici donc 5 choses à savoir sur le service GeForce Now :

  • C’est du cloud-gaming, dans le sens où les calculs graphiques sont effectués dans un centre de données. La puissance de calcul est déportée, cela permet de réaliser des économies d’échelle en énergie et en matériels. C’est également un moyen de bénéficier des dernières technologies sans avoir à investir de somme importante.
  • Les jeux proposés restent tout de même limités aux plate-formes les plus populaires, comme Steam, Epic, Uplay et Battle.net… au total plus de 250 jeux sont proposés parmi les plus demandés sur PC. On notera tout de même l’absence d’acteurs comme GoG, par exemple.
  • Les jeux ne sont pas inclus dans le service : il faut posséder les jeux pour pouvoir les lancer.
  • Évidemment, la qualité de la connexion est très importante pour garantir une bonne expérience de jeu. Latence réduite et bons débits sont nécessaires, en plus d’un bon réseau Ethernet ou d’un routeur WiFi performant.
  • Enfin, le service est actuellement en beta-test ! Nvidia proposera un abonnement mensuel pour accéder à cette puissance déportée, mais nous ne connaissons pas encore les tarifs ni la date de disponibilité de la version commerciale. Pour le moment, le service est disponible gratuitement en beta-test (pour quelques chanceux).

Découverte de GeForce Now sur la Shield TV

Après avoir effectué la dernière mise à jour de la Shield TV, il faut se rendre dans l’application NVIDIA Games pour retrouver GeForce Now. Encore une fois, celle-ci n’est pas si simple à appréhender car elle propose des jeux Android gratuits et payants du Play Store, les jeux GameStream ainsi que les jeux du service GeForce Now. C’est une application pratique car on retrouve ses jeux sur une seule et même interface, mais les jeux proviennent de trois sources très différentes ce qui peut prêter à confusion.

Une fois le compte GeForce créé, la machine va lancer une analyse du réseau. En 30 secondes, vous avez une idée précise de l’expérience attendue. Dans notre exemple, la qualité du réseau WiFi était insuffisante pour garantir une bonne expérience avec une latence mesurée de 52 ms, pourtant, les débits étaient suffisants (supérieurs à 50 Mbits). Ce test va également permettre d’appréhender la stabilité du réseau en envoyant des paquets de données par intermittance et en comparant le ping (le temps mis pour recevoir une réponse, appelé le temps aller-retour).

Nous avons donc décidé de brancher la Shield TV en Ethernet, l’analyse du réseau était cette fois-ci OK. Nous conseillons une connexion fibre optique en privilégiant une connexion filaire avec votre routeur, même si d’autres technologies peuvent certainement permettre au service de fonctionner correctement.

Une fois connecté, nous avons lancé PUBG (Steam) pour commencer. C’est un jeu qui nécessite pas mal de puissance graphique mais surtout peu de latence car c’est un jeu multijoueur. Évidemment, comme tous les FPS, il faut également une faible latence pour ne pas perdre l’avantage face à l’adversaire.

Contrairement à la technologie de Shadow, qui vous donne accès à un PC complet et à son stockage dédié, Nvidia propose d’accéder à des partitions où sont déjà stockés les jeux. Lorsque vous lancez un jeu sur GeForce Now, la plate-forme vous redirige donc vers la partition où est stockée le jeu en question. Le lancement prend donc une vingtaine de secondes, le temps d’amorcer la machine virtuelle, et le jeu se lance normalement ensuite (si vous possédez le jeu, sinon vous avez la possibilité de l’acheter).

Au préalable, il faudra vous connecter à la plateforme cible (Steam, Battle.net, Uplay, etc.). Notez que cela n’est demandé qu’une seule fois si vous avez décidé de sauvegarder vos accès, il est d’ailleurs possible d’enregistrer plusieurs comptes.

Beta-test oblige, certains bugs donnent accès des fonctions intéressantes. En effet, si vous lancez un jeu que vous ne possédez pas, vous êtes bloqués sur l’interface de Steam et vous pouvez installer de nouveaux jeux : cette fois-ci, c’est votre catalogue entier qui est disponible. La partition fait environ 150 Go et nous avons ainsi pu nous amuser à visualiser le matériel présent sur la machine déportée. Ce sont des cartes Nvidia Tesla P40 avec 3 Go de mémoire vive partagée.

Les Tesla P40 sont des cartes graphiques de la génération Pascal utilisées exclusivement pour les centres de données et qui affichent des scores impressionnants : 3840 coeurs CUDA et 24 Go de mémoire vive, pour atteindre une puissance d’environ 12 TFLOPS. Évidemment, dans le cadre de GeForce Now, cette puissance graphique est partagée entre les utilisateurs. D’ailleurs, on peut estimer qu’une Tesla P40 est partagée entre 4 et 8 utilisateurs, attendez-vous donc à des performances équivalentes à une GeForce 1070 à 1080. Pour information, une P40 se négocie autour de 7000 euros.

Pour le CPU, il s’agit certainement d’un CPU Intel dédié aux serveurs, encore une fois partagé entre les utilisateurs. Nous avons mesuré 8 cœurs et 8 threads pour une fréquence d’horloge de 2,30 GHz. Enfin, 15 Go de mémoire vive sont alloués à chaque utilisateur. On peut estimer cette puissance de calcul équivalente à un PC à 1 500 euros environ.

Comme je l’expliquais plus haut, GeForce Now ne donne pas accès à un PC complet sous Windows 10. Il met à disposition des ressources à travers des machines virtuelles dédiées exclusivement aux jeux.

Revenons à notre Shield TV. Nous venons de lancer notre premier jeu, PUBG. C’est un jeu qui nécessite des ressources assez importantes, et nous n’avons pas hésité un seul moment à lancer notre première partie en solo. Dans les paramètres, il est possible de monter la définition du jeu jusqu’à de la 4K. Inutile sur mon moniteur QHD, j’ai donc opté pour du 1440p.

Par défaut, les niveaux de qualité et de détails étaient configurés en moyen, j’ai opté pour une configuration haute manuellement. Si vous voulez réaliser un TOP1, nous vous conseillons tout de même de ne pas monter ces paramètres trop hauts. D’ailleurs, les joueurs professionnels les laissent plutôt bas pour garantir l’expérience la plus fluide possible. Dans tous les cas, pour notre test, l’idée était de pousser la machine à fond.

Nous avons décidé de brancher un clavier et une souris USB à la Nvidia Shield pour retrouver une expérience de jeu similaire à celle d’un vrai PC. Les accessoires sont reconnus directement, néanmoins le clavier était reconnu comme un clavier QWERTY alors que c’est un clavier AZERTY. Il faut passer au préalable par les configurations de touches pour corriger ce souci.

Autant le dire tout de suite, la compression de l’image renvoyée depuis les serveurs de Nvidia est visible et peut varier en fonction de la charge des serveurs. Néanmoins, elle ne l’est uniquement pour certains d’entre nous. Au bureau, nous étions peu à voir la différence. L’aspect visuel du jeu n’est pas dégradé. Sur cette première partie, nous avons tout de même observé de micro-lags, le mouvement n’était pas si fluide. De temps en temps, une icône apparaissait en haut à droite pour nous expliquer qu’il y avait de fortes pertes de paquets.

Bizarrement, c’est uniquement lors de cette première session de jeu que nous avons vu apparaître ce message. Nous avons ensuite lancé Dragon Ball FighterZ. C’est un jeu qui nécessite une extrême réactivité, et c’est Maxime Lancelin-Golbery (le spécialiste du jeu) qui s’est attelé à cette tâche. Il a utilisé le gamepad de la Shield TV.

Je vous partage directement son avis après quelques minutes passées à la manette :

En prenant en main Dragon Ball FighterZ sur GeForce Now, je dois bien avouer qu’il m’a été plus qu’impossible de ressentir la moindre différence avec ma version habituelle tournant en local sur ma PS4. Les seules difficultés que j’ai pu rencontrer ont bien plus à voir avec la manette qu’avec le jeu, qui tournait de manière fluide et sans artefacts vidéo notables : comme à la maison, en somme. Reste toujours pour moi à tester tout ça dans mes conditions habituelles, en ligne et avec mon fidèle stick arcade, mais ce premier aperçu a plus que piqué ma curiosité.

Ensuite, c’était au tour de Maxime Faragalla de tester Project CARS. Un jeu de course qui a permis de pousser les performances graphiques à fond. Encore une fois, voici son avis après quelques minutes de jeu :

J’ai été plutôt surpris que GeForce Now puisse gérer Project Cars en Ultra sans que je ne puisse discerner la moindre chute de framerate ou latence. Autre petit point que j’ai pu apprécier : les vibrations de la manette qui sont bien prises en charge et retranscrivent bien les contacts avec l’Apex. Le tout avec une qualité d’image qui donne une illusion parfaite de jeu hors-ligne.

J’ai continué à tester le service, et j’ai été agréablement surpris par sa fiabilité et sa qualité. Il reste encore quelques glitchs par-ci, par-là, un ou deux moments où le lag se ressent, mais l’expérience globale est très réussie. Je dois avouer que c’est encourageant pour la suite, Blade Shadow a un concurrent de taille. Contrairement à ce que propose l’entreprise française, GeForce Now n’est pas limité en quantité de stockage mais il est limité par le nombre de jeux compatibles avec la plateforme. Autre différence de taille : GeForce Now est exclusivement dédié aux jeux vidéo, alors que vous pouvez faire ce que vous voulez sur votre PC Shadow. Deux philosophies différentes.

Même si la marge de progression est encore là, GeForce Now fait partie de ces services qui permettent d’entrevoir un avenir glorieux pour le cloud-gaming. L’idée d’être complètement libéré d’un PC local puissant est quelque chose qui m’a déjà séduit, je suis depuis longtemps un fervent fan de cette technologie. J’attends donc de voir en détails l’offre commerciale de GeForce Now : nous ne connaissons, pour le moment, ni le prix du service, la forme de l’abonnement, ni sa date de disponibilité.

Pour rappel, Shadow propose un abonnement entre 30 et 45 euros (en fonction de l’engagement) pour un accès illimité à sa machine. Nvidia devra donc se positionner sur ces tarifs pour espérer convaincre les joueurs d’adopter GeForce Now.

Contrairement à ce que l’on peut penser, la bataille du cloud-gaming ne fait que commencer : tous les acteurs de l’industrie sont sur le pont : Microsoft, Amazon, Sony, Google et pourquoi pas Apple. Les prochains mois vont être excitants pour les gamers prêts à passer à la dématérialisation.

Par souci de transparence, et quand bien même cela n’a pas influencé l’article, nous tenons à rappeler qu’Ulrich Rozier est actionnaire du groupe Blade (Shadow).

Source: Frandroid

Publié le

Dites au revoir au widget « Fil d’actu » de l’app Google, il ne servait plus à rien de toute façon

Le widget « Fil d’actu » de l’application Google sur Android serait en passe de disparaître et d’être remplacé par le widget « At a glance ». C’est ce que laissent penser quelques lignes de codes disséminées dans la dernière version de l’application.

Actuellement, l’application Google sur Android propose 3 ou 4 widgets en fonction des versions ou du launcher. On compte parmi elles le widget « Fil d’actu » censé afficher quelques informations comme la météo et autres cartes. « Censé » car il ne marche pas du tout. En effet, il affiche pour la plupart du temps seulement la température, mais avec quelques heures de retard. 

En réalité, ce widget est un descendant de Google Now et fonctionnait correctement avec d’anciennes versions d’Android. Bref, il ne manquera à personne s’il venait à disparaître.

Justement, selon le site Android Police, ce widget pourrait bien être supprimé dans une prochaine version de l’application Google. Dans un de ses « APK Teardown », le site a remarqué deux lignes de codes dans la version 8.12.

Ces dernières mentionnent le message « Ce widget ne sera plus disponible » puis la phrase  » Vous cherchez la météo, l’agenda et autres ? Utilisez le widget At a glance »

Le widget « At a glance »

Le widget « Fil d’actu » n’est pas clairement mentionné, mais c’est le seul qui correspond à la description. En tout cas, Google va pousser les utilisateurs à utiliser le widget « At a glance » qui affiche la date, la météo, et le prochain événement de votre agenda. Ce dernier n’est pas encore disponible sur tous les téléphones Android, mais vous pouvez en profiter en passant par Nova Launcher par exemple.

Nous devrions donc, dans une prochaine version de l’application Google, ne plus voir le widget « Fil d’actu ».  Mais qui parmi vous s’en rendra compte ?

Android Police

Source: Frandroid

Publié le

Feux d’artifice : nos conseils pour réussir vos photos avec un smartphone

Les feux d’artifice nous en mettent tellement plein les yeux que l’on a souvent envie d’immortaliser la scène avec son smartphone pour la partager par la suite. Ne nous mentons pas, il est assez rare de réussir à capturer le moment tel qu’on l’a vécu, surtout avec un simple smartphone. Voici nos conseils pour réussir à prendre de belles photos du feu d’artifice pour la Fête nationale du 14 juillet !

artifice eiffel

Le 14 juillet est synonyme de feux d’artifice un peu partout en France et certains d’entre vous seront peut-être tentés d’en garder un souvenir. Vous souhaitez réaliser de belles photos des feux d’artifice qui se préparent avec pour unique instrument votre téléphone ? On vous prévient tout de suite : c’est presque mission impossible, mais voici nos conseils.

Avec un trépied et une bonne gestion des paramètres photo, il est possible de se rapprocher — mais pas égaler — du résultat de la photo présente en Une de l’article. Essayons de faire la liste des éléments à prendre en compte pour une photo réussie — en plus d’un peu de patience, de technique et surtout de persévérance.

Avant de déballer nos différents conseils, une petite explication toute bête est de mise : pourquoi est-il si compliqué de prendre une belle photo de feux d’artifice ? Tout simplement car ces derniers ont lieu la nuit. Il n’y a donc pas assez de lumière et le capteur photo doit alors prendre plus de temps pour en attraper. Pendant cette période, un tout petit mouvement et hop, la photo est floue. Pas de chance. Le plus souvent, soit la photo est toute sombre, soit trop exposée et donc trop claire ou alors complètement floue.

L’emplacement

L’emplacement est un élément si ce n’est l’élément primordial à prendre en compte. Il faut une vue bien dégagée, de la place pour installer le trépied (on va y venir) et être sûr que personne ne viendra s’installer devant. Plus vous êtes proche de l’action, plus l’APN captera de la lumière et meilleure sera la photo. Inutile de préciser que plus vous êtes proche de l’action, plus il y aura de monde. Il sera alors difficile de se trouver un coin calme pour éviter de faire trembler le smartphone.

Le mieux est d’être positionné avec le vent dans le dos — comme sur le Tour de France — et surtout de ne pas être près d’une autre source lumineuse comme un lampadaire. Bref, il faut s’y prendre à l’avance. N’hésitez pas à partir en repérage quelques heures avant le débit du spectacle.

Une très bonne stabilité

Prendre en photo des feux d’artifice n’est déjà pas une mince affaire avec un appareil photo, alors imaginez le résultat avec un smartphone. Retenez que l’utilisation d’un trépied est fortement recommandée. En effet, il faut que le téléphone soit le plus stable possible, et ne pensez pas que vous savez garder vos mains immobiles le temps d’une photo : vous allez forcément bouger de quelques millimètres.

Nous savons que si vous prenez la peine d’apporter un trépied, c’est que vous avez sûrement un appareil photo. Vous allez sûrement nous dire que se trimballer un trépied pendant une soirée fait perdre l’aspect pratique d’un téléphone portable, et vous n’aurez pas tort. Enfin, vous êtes prévenus : un trépied vous évitera d’avoir des photos floues. Voici tout de même nos conseils pour prendre de belles photos sans un équipement de professionnel :

  • Collez vos coudes contre votre corps
  • Trouvez un muret ou tout autre support pour poser votre téléphone
  • Évitez d’être trop proches de vos voisins photographes
  • Achetez un petit trépied

Eh oui, même s’ils ne seront pas aussi efficaces que des grands et vrais trépieds, on peut trouver des mini trépieds abordables et très pratiques qui feront l’affaire. Citons par exemple le GorillaPod de Joby à 24 euros ou le trépied Fotopro à 20 euros qui ont la particularité d’être très flexibles et modulaires et d’intégrer directement l’adaptateur pour fixer le smartphone aux trépieds. Il est possible, pour le même prix, d’acheter un trépied bien plus haut, pour passer au-dessus la foule comme les trépieds Amazon Basics de 127, 152, 157 ou 170 cm. On pourra aussi conseiller un monopode comme le Manfrotto à 24 euros. Attention tout de même, le monopode est plus facile à manipuler, mais est bien moins stable.

mon-trepied-photo
Les GorillaPod sont compatibles avec des smartphones, mais aussi des appareils photo

Les paramètres

Pour réaliser des photos nettes et lumineuses des feux d’artifice, il faut absolument gérer manuellement de nombreux réglages comme la durée d’exposition, la sensibilité des ISO, la mise au point et idéalement le support de l’enregistrement en RAW.

Ce qu’il ne faut pas faire

Avant toute chose, désactiver les options suivantes :

  • Le flash
  • Le mode HDR
  • Le zoom
  • L’autofocus

Le flash est inutile tout comme le mode HDR et le fait de zoomer avant de prendre en photo va détruire la qualité de cette dernière, mais vous pourrez toujours la recadrer par la suite. Enfin, si certains profitent des premiers tirs pour réaliser la mise au point puis la bloquer, nous vous déconseillons une telle manœuvre : l’autofocus risque d’être dépassé et la photo sera floue.

 Ce qu’il faut faire

Si beaucoup de téléphones haut de gamme proposent un mode pro, quelques smartphones vous laissent gérer ces paramètres directement depuis la première interface de l’application appareil photo.

Le mode Pro du OnePlus 6

Il faut absolument régler le couple vitesse d’obturation (shutter speed) et sensibilité des ISO. Vous pouvez commencer à régler les ISO entre 100 et 200 puis la durée d’exposition comprise entre 3 et 10 secondes si vous souhaitez avoir toute la trace et les gerbes. Du coup, il faudra prendre la photo — comprenez appuyer sur le bouton — dès que la fusée partira. Il est évident que vous devrez rester immobile pendant le temps de pose (d’où l’utilité d’un trépied).


Réglage des ISO à gauche et du shutter speed à droite

Si c’est trop lumineux, réduisez le temps d’exposition en conséquence. Si c’est sous-exposé (trop foncé), faites l’inverse : augmentez le temps d’exposition. Il ne faut toutefois pas spécifier une valeur trop élevée sous peine d’avoir une photo qui commence à être floue ou brouillonne à cause des retombées des éléments incandescents. Si la photo est trop sombre et que vous ne pouvez plus jouer avec la durée d’exposition, vous pouvez toujours monter les ISO. Mais attention au bruit numérique généré sur la photo sous forme d’artefacts.

Enfin, l’idéal est de réaliser les clichés au format RAW contrairement au format classique en JPEG. Tous les smartphones ne sont pas compatibles, mais le format RAW permet une plus grande latitude lors du processus de développement et retouche. Ce format enregistre beaucoup plus d’informations en provenance du capteur, avec peu ou pas de compression. Il est ensuite possible, avec des logiciels spécialisés comme Lightroom, de rattraper de nombreux réglages sans perte de qualité : balance des blancs, exposition, ombres, hautes lumières, etc. Pratique pour assombrir le ciel tout en faisant ressortir le feu d’artifice.

Si l’application appareil photo de votre téléphone ne propose pas de tels réglages, vous pouvez toujours vous rabattre sur des applications disponibles sur le Play Store, certaines font un très beau travail. Notre choix se portera sur l’excellent Camera FV-5, une application payante (2,99 euros), mais très complète. Une version lite gratuite existe et permet de profiter de toutes les fonctionnalités, mais ne permet pas d’exporter les photos dans une définition supérieure à 640 x 480 pixels. N’hésitez pas à lire la documentation de Camera FV-5 qui est extrêmement complète et qui détaille bien toutes les possibilités offertes par l’application.

Télécharger pour 2,99 € sur Google Play | Télécharger

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

On peut également citer SnapCamera HDR à 2,14 euros spécialisé dans la prise de photos HDR, mais qui peut également réaliser des poses longues.



Snap Camera HDR



Marginz Software

Télécharger pour 2,14 € sur Google Play | Télécharger

Nos astuces

Premièrement, faites en sorte de prendre un maximum de photos au début du spectacle, avant que la fumée se propage partout dans le ciel. Si votre téléphone propose un mode nuit ou feux d’artifice, n’hésitez pas l’utiliser : il a été créé par le constructeur pour ce genre d’occasion. Enfin, si vous utilisez un trépied, je vous conseille d’utiliser un retardateur pour lancer la prise de la photo. De cette façon, vous éviterez de faire trembler l’installation. Régler ainsi votre retardateur sur quelques secondes.

Si vous n’avez pas de trépied, vous aurez du mal à réaliser des photos nettes à cause du temps d’exposition plus long que la normale. Essayez donc d’augmenter le plus possible les ISO et de réduire sensiblement la durée d’exposition. La qualité de l’image en prendra un coup, mais vous pourrez peut-être réussir à réaliser quelques clichés potables.

Enfin, si vous en avez marre, vous pouvez toujours filmer la scène avec la plus haute définition proposée par votre téléphone — 4K plus que conseillée. Vous pourrez par la suite extraire des photos de la vidéo qui seront peut-être aussi jolies que vos photos durement capturées.

Un peu de créativité

Envie de tester quelque chose qui sort de l’ordinaire ? Essayez donc la technique de la carte noire (black card). Il s’agit de laisser ouvert le capteur de manière très longue (par exemple 30 secondes) afin d’avoir sur une même photo deux effets pyrotechniques différents (un peu à la manière du light painting). Entre chaque tir, il faudra boucher l’objectif avec un objet comme un chapeau ou une carte noire, d’où le nom de la technique. N’hésitez pas à nous partager les photos que vous réaliserez lors des feux d’artifice !

Source: Frandroid