Publié le

Test du Lego DC Comics Super Heroes Batmobile radiocommandée (76 112)

Résister à un set Lego Batman est déjà une gageure, surtout quand il s’agit de la Batmobile. Mais pensez au niveau de maîtrise nécessaire pour ne pas succomber à une Batmobile motorisée et connectée à iOS et Android. Passé l’effet « cool un Lego », nous allons donc apporter une dose de rationnel.

Fiche technique

  • Dimensions : 35,4 x 9,1 x 19.1 cm
  • Poids : 077. kg
  • Nombre de pièces : 321
  • Connectivité : Bluetooth
  • Moteur électrique : 1
  • Alimentation : 6 piles AAA
  • OS supporté : Android et iOS

Ce test a été réalisé à partir d’un set prêté par la marque

Concept et design

Alors que Warner a encore du mal à s’approprier l’univers DC Comics, Lego lui en fait une véritable manne. En jouant sur différents niveaux de lecture, le danois vise aussi bien les petits que les grands. Avec son DC Comics Super Heroes Batmobile Radiocommandée, il propose donc un kit conséquent de 321 pièces associé à un Batman et surtout un moteur électrique contrôlable via le Bluetooth. Il s’agit donc ici autant de s’amuser à construire un bel objet que d’un jouet radiocommandé.






Une fois construite, nous avons une Batmobile lourde, massive affichant de nombreuses protections. Nous sommes loin des modèles en longueur qu’évoque en général l’imaginaire populaire. Avec ses 4 lance-missiles, Batman dispose donc ici d’un véhicule au style affirmé. Toutefois, certains s’en détourneront justement pour cette raison. Pour les passionnés et les collectionneurs, la mini figurine Batman est une exclusivité inspirée du jeu vidéo Arkham Knight reconnaissable à l’habillage et surtout au casque gris.

L’assemblage

Même si la quantité ne fait pas tout, un beau set de 321 pièces fait toujours plaisir à voir. Certes, la quantité ne donne pas toujours un plus grand plaisir, mais chez Lego, cela est souvent bon signe. Le set se compose de 3 pochons numérotés, une petite boîte en carton qui contient la cape de Batman en tissu et un dernier regroupant les accessoires et décorations. Comptez, environ, 3h30 sans pause et sans se presser.





Nous n’avons rencontré aucune situation réellement complexe. Le montage est agréable, logique et nous avons apprécié la présence de pièces à l’avant et à l’arrière pensées pour amortir les chocs. Les 4 lance-projectiles à l’avant utilisent le petit système de catapulte habituel chez Lego. Le moteur nécessite 6 piles AAA, qu’il faudra acheter en même temps que la boîte. Il est relié au HUB Bluetooth via deux câbles plats. Lego a travaillé cet aspect, avec des briques « goulottes » pour passer proprement les câbles dans la voiture. La connexion se fait ensuite au dos du véhicule où une protection vient amortir les chocs et cacher les câbles.

Jouez avec ou sans apps

Une fois monté, le set Lego DC Comics Super Heroes Batman Batmobile radiocommandée est donc un objet massif et assez atypique dans l’univers du chevalier noir. Ceux qui accrocheront à son look de tank auront beaucoup de plaisir à l’exposer. Lego passe par une app générique Powered UP, qui réunit l’ensemble de ces sets connectés Bluetooth. Pour ce véhicule, le constructeur en propose deux. La première affiche une interface sur fond bleu permet de réaliser une rotation sur place, un déplacement sur les deux roues arrière (wheeling) et une marche arrière.





La seconde sur fond rouge propose un meilleur contrôle de la vitesse de déplacement, de lancer un demi-tour complet et de faire un tour à 270° avec un wheeling. Le contrôle manuel est précis, simple à appréhender après quelques minutes d’utilisation. Le jouet est rapide et permet de vraiment s’amuser. La conception très compacte et les différents amortisseurs de choc lui permettent de se cogner à un mur sans le voir exploser en pluie de briques. Inutile pourtant de tenter le diable, cela ne reste qu’un Lego, aussi solide soit-il. Déception, le son provient du smartphone et non du véhicule.

Le verdict

Design et concept

Lego sait encore une fois nous charmer avec le set et le concept connecté. Par contre, difficile de reconnaître une Batmobile avec ce design très massif. La figurine inspirée d’un jeu vidéo est un petit plus appréciable.

Apps

Les deux apps sont très proches, mais surtout au final un peu décevantes. En tant que télécommande, rien à redire, elles font le job. Ce sont les figures préprogrammées proposées qui sont bien trop peu nombreuses.

Jouer avec

En tant que jouet, il se révèle très amusant et solide pour un Lego. Toutefois, les fonctions connectées sont limitées et comme souvent il finira exposé sur une étagère, à condition bien sûr d’être réceptif à son charme.

Source: Frandroid

Publié le

Le Joujou du Week-End : laissez place à votre créativité

Partons d’un postulat simple : vous aimez comme celui qui écrit ces lignes, aussi bien les robots que les Lego. Une passion que je partage avec ma progéniture, mais rassurez-vous, il est inutile d’être parent en plus pour jouer avec le kit Lego Boost.

Amateur de robots devant l’éternel, je n’ose pas vous décrire ce à quoi peut ressembler ma collection. Quasi l’intégralité des produits Wowwee, je ne parle pas des Sphero Star Wars, du Meccanoïd et même de l’antique Spykee ! Les connaisseurs ont sûrement tilté sur les deux derniers, qu’il faut intégralement monter !

Quoi de plus satisfaisant pour l’estime de soi que de fabriquer de ses mains ? D’où mon amour des Lego qui est tempéré par un manque d’espace et une compagne peu réceptive aux créations en brique. Heureusement que j’ai une petite fille qui les aime autant que moi et me sert de couverture. Je m’applique donc à monter des Lego bien mièvres comme les Friends ou des Disney Princesse, heureusement pour ma santé mentale elle aime les Star Wars !

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Une activité commune plaisante, mais régulièrement elle lorgne en plus sur mes robots. Difficile de lui expliquer que l’on ne joue pas avec les jouets de papa. Je suis donc parti en quête d’un robot qui pourrait plaire à une petite fille. Elle adore les sabres laser, les avions, les motos tout en étant totalement girly avec le rose, les paillettes et les licornes qui vont avec. En général, les robots pour les enfants sont pensés pour plaire surtout aux goûts des garçons.

Comment résister ?

En déambulant avec ma princesse dans un magasin de jouets, nous tombons sur une boîte Lego Boost. La promesse, réaliser des robots différents en Lego et de les programmer. Nous regardons tous les deux la boîte, en plus du classique modèle pseudo humanoïde, nous pouvons réaliser une usine de voiture, une guitare, un véhicule et surtout un petit chat ! Comment résister au regard de Chat Potté de ma fille en le découvrant… sa validation a été plus que rapide…

804 nuances de Lego

En arrivant à la maison, je laisse la petite ouvrir la boîte et sortir les différents sachets. Le temps de préparer un goûter commun, nous voici devant une dizaine de pochettes qui alignent au total 804 pièces. Je commence à la gronder en lui demandant où elle a rangé le manuel réunissant les instructions de montage. Je retourne la pièce, rien. Je continue à pester et en profite pour installer l’appli sur mon iPad. Je découvre en la lançant qu’il n’y a pas de manuel dans la boîte, toutes les indications se trouvent uniquement sur la tablette, ou le smartphone si vous arrivez à l’utiliser sur petit écran… Je dois me confondre en excuses après mes accusations mal venues et promettre de regarder pour la énième fois l’intégrale des Miraculous Saison 1.





Au lancement, je découvre une appli très colorée, épurée malgré un look un peu enfantin. Je laisse princesse naviguer en premier, si elle a besoin d’aide c’est que c’est mal foutu, non ? L’écran d’accueil laisse apparaître une sorte d’atelier où sont affichés les différents modèles à monter. Sans surprise, nous voici lancés dans un montage du Lego minou nommé officiellement Franklin.

Plus besoin de tenir le manuel

L’appli va alors afficher chaque étape très clairement et cela se révèle beaucoup plus lisible que la version papier. Plus besoin de tenir le manuel pour éviter que les pages se tournent tout en cherchant des pièces. Il nous aura fallu environ 3 heures pour terminer le félin de briques.

Une histoire d’algorithme et de dessins

Une fois le chat monté, nous allons enfin pouvoir commencer à lui donner vie. En effet, en plus des centaines de briques, Lego propose des modules inhabituels. Une sorte de HUB qui intègre le processeur central, les moteurs électriques, le Bluetooth, un accéléromètre et une caméra pour la reconnaissance de mouvement ou de couleurs. Que faire avec un robot chaton ? L’interface de l’appli est très attrayante, presque chatoyante.



Nous avons un concept de programmation par objet. Chacun est doté d’une fonction précise, émettre un son, avancer, réagir à un mouvement. Il suffit donc d’aligner les « objets » pour programmer des actions. Ils sont illustrés sous forme de pièces d’un puzzle horizontal. Chaque pièce correspond à un bloc de commande. Un adulte comprend rapidement le concept et un enfant encore plus vite. J’ai donc laissé la petite programmer une série de réactions sans oublier de nombreuses pauses miaulement.

Plaisirs et déception

Ma princesse a adoré le montage et il a fallu gérer son excitation. Même après une heure, elle a gardé son attention. En bon inspecteur des travaux finis, elle tenait à valider chaque organe monté. Elle a été efficace et repéré 5 belles erreurs de ma part. Toujours est-il que plus j’avance, plus elle est impatiente de jouer avec. « C’est mon chaton, il fait ce que je veux », me dira-t-elle après avoir programmé ses premières commandes.

« Mais pourquoi il n’y a pas de son ? » demande ma fille avec une grande tristesse dans la voix. Je me rends alors compte que Lego Boost n’a pas de haut-parleur. Les sons proviennent de la tablette. Le chat devant, le son décalé sur le côté c’est gênant et je ne comprends pas pourquoi ce choix.

Autre point : ayez une tablette haut de gamme, l’appli est lourde et la consommation en énergie est importante. Idem avec le Lego Boost, les 6 piles non fournies se vident en une demi-journée en cas d’usage intensif. Ce qui fait que j’ai dû sortir de chez moi deux fois dans la journée, une première fois après avoir ouvert la boîte et découvert les besoins en énergie et en fin de journée pour prendre du stock.

Des dragons, des Rovers et des Usines

Après deux semaines, ma fille me demande si elle peut avoir un nouveau Lego. Je lui réponds qu’elle en a déjà un, le Lego Boost que l’on peut démonter. Petits grognements, mais, au final, en lui proposant de le démonter le plus vite possible, elle accepte. Il a fallu 3 mois pour tester chacun des robots.

Après le chat, voici Vernie le robot humanoïde sur chenilles. Ses 27 cm de hauteur font bonne figure et il a un petit côté Wall-E irrésistible. De plus, il peut interagir avec votre voix et il affiche des mimiques qui expriment son humeur. La guitare a été la plus décevante, c’est sympa, mais ce n’est pas vraiment un robot. Ma fille a insisté pour monter l’AutoConstructor à la venue de son petit cousin. Il s’agit en fait d’une mini-chaîne de production de voiture Lego. Cela reste limité et pourtant follement amusant.

Après 3 mois je pensais avoir fait le tour, mais que nenni. Lego a eu la bonne idée d’ajouter de nouveau modèle, le véhicule à chenilles d’exploration avec chariot élévateur est une très bonne excuse pour chercher les petits jouets perdus dans une chambre d’enfant par exemple. Le M.T.R.4 (Multi-Tooled Rover LEGO® BOOST) est un gros véhicule à chenilles qui est certes bien fait, mais se révèle un peu moins drôle à mon goût. J’ai gardé le meilleur pour la fin, Stormbringer le dragon ! Très bien foutu, il a une classe folle. En plus de son look, il affiche une démarche reptilienne et sa gueule crache non pas des flammes, mais un petit projectile.

Dans l’absolue nous pouvons créer ce que nous voulons et il est arrivé des après-midi de juste monter des trucs pour programmer des actions, le reste est histoire d’imagination.

Bilan du dimanche soir

Le chat a monopolisé le week-end entier. Après le plaisir du montage vient celui de la programmation et du jeu. J’ai beaucoup aimé la mise en avant de l’algorithme. De plus, ludique et simplissime, un enfant de 6 ans peut presque tout faire seul, mais c’est tout de même plus amusant à plusieurs.

C’est tout de même plus amusant à plusieurs

Un peu excité, je voulais tester dès le dimanche matin d’autres modèles, mais impossible. Veto de ma fille qui exige de garder le chat. Nous avons donc continué à explorer ses possibilités toute la journée, sans nous ennuyer.

Bilan d’un semestre

Lego Boost est ludique, instructif et fun. Reste qu’à 159 euros, il reste un très beau cadeau qui devrait garantir des réactions enthousiastes. La vie d’un Lego est simple, on le monte, on joue, on l’expose et il reste ainsi ou sera démonté pour faire autre chose. Idem ici, avec en plus l’aspect robotique et programmation. Parfois, il sera oublié, mais un regard posé sur lui une journée un peu grise et il donnera envie de jouer avec.

Lego semble assurer un certain suivi à ce produit en proposant régulièrement de nouveaux modèles à monter et de nouvelles « briques » de programmation. Cela est une chose encore trop rare dans le monde du jouet et mérite d’être salué. En attendant la prochaine frénésie robotique, le chaton se repose entre un R2D et un masque de Predator.

Source: Frandroid

Publié le

CES 2018 : cet objet veut vous éviter de gaspiller votre nourriture

Le petit gadget Ovie Smarterware est un objet permettant d’éviter le gaspillage alimentaire. L’appareil se place en effet sur les aliments que l’on met dans le frigo et incite l’utilisateur à les consommer quand leur fraîcheur commence à décliner.

« Vous gaspillez sans doute 40 % de la nourriture que vous achetez, et plus de la moitié du temps, cela est simplement dû au fait que vous l’oubliez ». C’est ce qu’écrit l’entreprise Ovie sur son site web. S’il est difficile de vérifier la véracité de la statistique avancée, il faut bien admettre que le gaspillage alimentaire est une problématique extrêmement importante et prend de plus en plus d’ampleur récemment.

Pour éviter le gaspillage de la nourriture, Ovie a conçu un produit dont le concept est assez simple à comprendre et qu’elle a présenté au CES 2018. La startup a en effet développé Smarterware, un objet de forme ronde qui indique l’état de fraîcheur des aliments que nous mettons dans le frigo.

Lien Youtube

Par exemple, quand on achète des carottes, il suffit de les mettre dans le réfrigérateur, de placer ce fameux gadget dessus et d’appuyer sur le gros bouton qu’il y a dessus. Une lumière verte va illuminer l’appareil. Il faut ensuite préciser à l’application mobile Ovie qu’il s’agit de carottes et cette dernière va se charger de vous indiquer pendant combien de temps ces légumes resteront comestibles.

Compatible Google Assistant

Ce service est d’ailleurs compatible avec Google Assistant et Amazon Alexa. Autrement dit, dans l’idée, il suffira d’appuyer sur le bouton du Ovie Smarterware et de demander, par le biais d’une commande vocale, à son assistant virtuel de se rappeler de suivre l’état de fraîcheur de la nourriture.

La lumière verte devient jaune quand il devient urgent de consommer l’aliment avant qu’il ne se gâte. Si la lumière est rouge, c’est trop tard et il faut le jeter à la poubelle. L’application envoie une alerte dès qu’elle commence à s’inquiéter de l’état d’un légume ou d’un fruit en particulier et vous fournira même quelques recettes culinaires pour en faire un bon petit repas. Un tableau de bord permet aussi d’avoir une meilleure vision sur ses habitudes alimentaires afin de pouvoir les améliorer.

La batterie du Smarterware est conçue pour durer au moins un an et demi, sans recharge. Une fois qu’elle arrive à plat, Ovie propose de remplacer l’appareil. Le gadget est étanche, mais ne résiste aux pics de chaleur.

Campagne Kickstarter

Ovie compte lancer une campagne Kickstarter de financement participatif d’ici un mois ou deux afin de collecter des fonds. L’entreprise n’a annoncé aucune date de sortie ni de prix, mais indique tout de même vouloir vendre Smarterware dans le monde entier. Sur son stand au CES, elle a exposé son produit avec quelques accessoires dont une pince pour attacher son produit à des légumes ou encore une ceinture pour le fixer autour d’une carafe par exemple.

Source: Frandroid