Publié le

OnePlus 6, 5T, 5, 3T, 3 : obtenez rapidement les dernières mises à jour d’OxygenOS avec cette app

L’application Oxygen Updater permet de profiter plus rapidement des dernières mises à jour logicielles sur les OnePlus 6, 5T, 5, 3T et 3.

OnePlus est une marque qui a réussi, au fil du temps, à se forger une bonne réputation au sein de sa communauté. Le constructeur s’est nettement amélioré dans le suivi de ses produits et apporte de manière beaucoup plus régulière des mises à jour logicielles pour apporter la dernière version de son interface maison OxygenOS.

Mais malgré tous les efforts de OnePlus, il est quasi impossible que tout le monde reçoive une mise à jour OTA (over the air) parfaitement en même temps. Les utilisateurs habitant en France notamment passent généralement après d’autres marchés. Notons que si le déploiement est progressif c’est tout d’abord pour éviter de saturer bêtement les serveurs, mais aussi pour corriger les éventuels bugs plus efficacement avant qu’ils ne touchent tout le monde.

Mais malgré ces explications valables, d’aucuns se sentent frustrés de ne pas pouvoir profiter aussi rapidement des nouvelles mises à jour que leurs comparses canadiens et allemands qui constituent les marchés pilotes habituels de OnePlus. C’est pour ces impatients qu’a été créée l’application Oxygen Updater.




Comme l’explique XDA Developers, ce service non officiel agit comme une sorte de VPN et vous permet de vous connecter aux serveurs allemands ou canadiens de OnePlus pour profiter rapidement de la mise à jour. Oxygen Updater fonctionne avec les OnePlus 6, 5T, 5, 3T et 3. Lorsqu’une mise à jour commencera à être déployée, il vous suffira simplement d’ouvrir l’application qui vous proposera alors de la télécharger.

Lors de la première utilisation, vous devrez paramétrer l’application. Si vous utilisez votre smartphone normalement sans root ni bêta d’Android P, pensez à bien cocher l’option « Incremental update » quand vous devrez déterminer votre méthode de mise à jour (c’est normalement le choix par défaut). Ensuite, il ne vous reste plus qu’à vérifier si une OTA est disponible ou non.




La communauté OnePlus trouvera notamment son compte dans l’onglet « News » qui affiche un fil d’actualité concernant les dernières mises à jour. Quant au capital confiance que vous pouvez accorder à Oxygen Updater, sachez qu’elle affiche la note de 4,3 sur 5 sur le Play Store (environ 1370 votes).

De petits bandeaux de pubs peuvent apparaître en bas de l’écran et il vous faudra payer 0,99 euro pour vous en débarrasser.

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

XDA Developers

Source: Frandroid

Publié le

Le minage de cryptomonnaie s’invite sur YouTube via les publicités

Plusieurs utilisateurs de YouTube ont détecté, ces derniers jours, des ralentissements importants en visitant YouTube. En cause : des publicités qui minent de la crypto-monnaie à leur insu.

Vous avez remarqué des ralentissements importants sur votre ordinateur en visitant YouTube ces derniers jours ? Alors vous faites partie des internautes touchés par le minage de cryptomonnaie opéré par certaines publicités qui s’affichent sur la populaire plateforme vidéo de Google, comme l’ont rapporté plusieurs utilisateurs de Twitter dont Ars Technica se fait l’écho.

Un phénomène récurrent ces derniers mois, que ce soit sur certains sites (comme The Pirate Bay) ou même sur des applications Android. Dans le cas de YouTube, ces publicités en JavaScript minent du Monero en s’appuyant la plupart du temps sur des lignes de code fournies par Coinhive, une plateforme de minage décriée pour les pratiques qu’elle permet (ou encourage).

« YouTube a probablement été visé parce que ses visiteurs restent généralement présents un long moment. C’est une cible de choix pour les malwares de crypto-détournement : plus les utilisateurs minent de la cryptomonnaie, plus l’argent rentre » explique Troy Mursch, chercheur en sécurité, à Ars Technica.

Capture d’écran : Diego Betto

Google assure avoir été réactif

L’antivirus Trend Micro confirme cette hausse de détections sur YouTube, où il est difficile d’échapper au minage puisque changer de navigateur ne résout en rien le problème.

Le porte-parole de Google qui s’est exprimé sur le sujet se veut rassurant : « Miner de la cryptomonnaie grâce à des publicités représente une nouvelle forme de violation de notre règlement, et nous la suivons de près. […] Dans ce cas précis, les publicités ont été bloquées en moins de 2 heures et leurs [créateurs malveillants] supprimés de notre plateforme. »

Source: Frandroid

Publié le

Spotify, leader fragile du streaming musical ?

Spotify règne en maître sur le streaming musical, au moins en nombre d’abonnés. Mais cette position de leader n’est pas si solide qu’on pourrait le penser et Amazon ou Apple inquiètent par leur position dominante.

Une concurrence qui fait des victimes

Le streaming musical est l’avenir de l’industrie du disque, c’est un fait. Même Apple s’apprêterait à amorcer une transition vers le tout streaming en abandonnant, d’ici fin 2019, les téléchargements payants sur iTunes. C’est aussi un marché où les acteurs sont nombreux, et pour la plupart beaucoup plus fragiles qu’on ne le pense. On apprend la fin possible de Tidal, le service racheté par Jay Z. Le mari de Beyoncé avait su fédérer autour de lui de nombreux artistes persuadés qu’une offre qui leur garantirait une meilleure rémunération ferait suivre leur public grâce à des exclusivités. Perdu : Tidal aurait moins de 6 mois de réserves de cash avant de mettre la clé sous la porte.

On a également vu récemment la fin d’offres telles que Microsoft Groove Music. Pas plus motivé que ça pour soutenir son offre, pourtant parmi les pionniers du genre (souvenez vous, le Zune Pass…), Microsoft a jeté l’éponge et passé le témoin à Spotify. Le suédois est actuellement le leader de la catégorie, et de très loin. Avec plus de 140 millions d’utilisateurs, dont 60 millions d’abonnements payants, Spotify bénéficie d’une avance considérable sur Apple Music, les autres ne se partageant que les miettes.

Il est toutefois intéressant de constater que cette position de leader est loin d’être aussi stable qu’elle en a l’air. La réussite de Spotify est remarquable. En 10 ans, le service a su s’imposer sur de multiples plateformes : smartphones, tablettes, consoles de jeu, TV, amplis et enceintes connectées. Plus récemment, il a su innover avec des playlists personnalisées impressionnantes par leur pertinence. Qu’est-ce qui peut bien clocher alors ?

Spotify face aux mastodontes Apple et Amazon

En soi rien. Juste le fait qu’en face, les concurrents restants s’appellent Amazon, Apple et Google. En deux ans d’existence, Apple Music a réussi à générer 30 millions d’abonnés. Ce n’est que la moitié des utilisateurs payants de Spotify, mais Apple Music a su partir du bon pied avec des débuts gratuits et naturellement une intégration sans pareil à iOS et MacOS. Quel que soit l’appareil Apple que l’on utilise, Apple Music est juste au bout de l’icône Musique ou iTunes. Et pour une entreprise comme Apple ou Amazon, un service de streaming musical n’est qu’un rouage dans une offre matérielle ou de services. Pour Spotify, c’est absolument tout.

Le cas de Google, pris entre son Play Music et une refonte à venir de YouTube, est un peu plus flou, mais là encore, on a une entreprise qui commercialise un service de streaming au sein d’une offre plus globale, qui inclut également du matériel. Les enceintes Google Home n’excluent pas Spotify, au contraire, Google l’utilise même dans certaines démos. Ça ne les empêchera évidemment pas de mettre davantage en avant le nouveau YouTube « remix ».

Et c’est là le danger pour un service d’excellente qualité, mais qui n’a pas grand-chose d’autre à offrir que des fonctionnalités qui ne se démarquent pas franchement de la concurrence. Je continue à penser que les playlists personnalisées de Spotify sont de loin les plus pertinentes et correspondant le mieux à mes goûts parmi les services que j’ai pu tester. Mais combien de temps avant qu’Amazon ou Apple, qui n’ont sans doute pas dit leur dernier mot en matière d’exploitation de données, ne s’alignent ? Le récent rachat de Shazam par Apple pourrait aller dans ce sens. Il faudra sans doute plus qu’une refonte légère de l’interface.

L’Union européenne appelée à la rescousse

C’est sans doute la raison qui pousse Spotify à aller frapper à la porte de l’Union européenne. Selon Digital Music News et le Financial Times, après avoir fondé une alliance avec Deezer et Soundcloud, le suédois a fait part de ses inquiétudes dans une lettre à Jean-Claude Juncker. Car si Spotify est présent sur iOS, il doit pour cela reverser 30 % des revenus générés par les abonnements depuis l’App Store. Ceci est un exemple cité par l’alliance dans sa lettre. Et derrière Spotify, confortablement assis sur sa place de leader malgré tout, il faut aussi voir les plus petits, les Qobuz, Deezer ou Soundcloud, plus directement affectés par cette concurrence acharnée. Ou Tidal qui, quoique l’on pense de son propriétaire, a le mérite de militer pour un streaming haute résolution.

Source: Frandroid

Publié le

Nintendo sur mobile : de Mario Run à la Switch, succès et échecs

Il y a un an, Nintendo annonçait son arrivée sur mobile. Mais aujourd’hui, il semblerait que ce soit surtout grâce à la Switch que le géant du divertissement japonais soit revenu sur le devant de la scène.

Il y a un an, un certain constructeur à la pomme ouvrait sa conférence de rentrée par une démo de jeu mobile, par un cadre de son éditeur. Mais pas n’importe quel jeu, pas n’importe quel cadre, et pas n’importe quel éditeur. Shigeru Miyamoto himself venait présenter Super Mario Run, le premier « vrai » jeu mobile de Nintendo, quelques semaines après le phénomène Pokémon GO. On se disait alors que l’avenir de la firme de Kyoto pourrait passer en partie par le smartphone. Un an après, Nintendo est effectivement revenu au premier plan. Mais le jeu sur Android et iOS n’y a contribué que de façon marginale.

De Pokémon Go à Super Mario

Il est même étrange de se rappeler de la situation de Nintendo en septembre 2016 : un gros échec sur les consoles de salon avec la Wii U, un succès mitigé avec la 3DS, et une hypothétique « NX » dont on ne savait encore pas grand-chose, puisque la Nintendo Switch a été dévoilée un mois et demi plus tard. L’été de Pokémon Go venait de déferler, mais il faut rappeler que le succès du phénomène estival de Niantic profitait surtout à The Pokemon Company, dont le créateur de Mario n’est pas le seul actionnaire.
Pour une première tentative de Nintendo sur iOS puis Android, Super Mario Run coulait de source. Quoi de plus emblématique pour lancer Nintendo dans les jeux mobiles qu’un Mario, et quoi de plus facile à exécuter, grâce à un genre déjà éprouvé : le runner, variante du jeu de plateforme aux contrôles simplifiés et automatiques, idéale pour rendre le jeu le plus accessible possible.

 

Super Mario Run : pas assez de pièces ?

Super Mario Run a toutefois aussi exposé un certain malaise de Nintendo vis-à-vis du jeu mobile. La logique aurait voulu que ce soit un « free to play » avec achats intégrés, ou un jeu payant. Il y avait bien un achat intégré : la quasi-totalité des niveaux, débloqués au prix de 9,99 euros. Un ticket d’entrée trop élevé pour certains, et une approche trop timide pour d’autres qui auraient volontiers payé davantage pour des packs de niveaux supplémentaires. L’autre polémique provenait de la nécessité d’une connexion permanente, une limitation un peu bête qui empêchait tout bonnement de jouer au jeu dans le métro.

Franchement, malgré ses qualités et son gameplay méticuleux, on ne peut pas dire que Super Mario Run ait été autre qu’un produit d’appel sympa rappelant Nintendo au bon souvenir des utilisateurs de smartphones. Et le taux de transformation décevant de la version payante atteste de l’inéluctable conclusion : Mario a fait Pschitt sur iOS et Android.

Nintendo Switch : la mobilité selon le big N

La bonne nouvelle, pour Nintendo, c’est que ce demi échec n’a absolument aucune importance depuis le lancement de la Switch qui a prouvé une fois de plus que le constructeur n’est jamais aussi bon que lorsqu’il revient sur le devant de la scène avec un concept de console qui fait mouche. Apprenant des erreurs de l’ère Wii U et 3DS, Nintendo a enfin retrouvé l’esprit de simplicité et de fun collectif qui a fait ses grandes heures. Et là, les chiffres, en tous cas depuis sa sortie en mars dernier, lui donnent raison.

Nintendo Switch

La Switch n’est pas un monstre de technologie, mais une application, réfléchie dans les moindres détails, d’une idée toute simple : la console que l’on peut emmener et brancher partout, et qui permet, dans sa plus simple expression, de jouer à deux sans ajouter quoique ce soit. Un petit bout de Zelda dans un avion, un Mario Kart improvisé sur un coin de table, et voilà la mobilité à la sauce Nintendo qui marche : drôle, accessible et avec une maîtrise totale du matériel qui génère des expériences sur mesure.

Cela ne signifie pas la fin de l’aventure de Nintendo sur smartphone. Après tout, Fire Emblem Heroes, malgré un fonctionnement freemium avec lequel l’entreprise n’est pas tout à fait confortable, est un joli succès, et si le PDG de Nintendo, Tastumi Kimishima, déplorait les résultats « en dessous des attentes » de Super Mario Run, il affirmait également que son modèle économique gardait leur préférence. On ne sera donc pas étonné si Mariokart, Animal Crossing ou même Zelda débarquent sur nos écrans de smartphone sous une forme ou une autre, d’autant plus que Nintendo mise sur une app mobile pour mettre en relation les joueurs sur Switch. La réalité augmentée pourrait également être un domaine intéressant : au delà d’un Pokémon Go amélioré, pourquoi pas un Mario Tennis sur une table de salon ?

Source: Frandroid

Publié le

La beta de VLC apporte plusieurs nouveautés comme le support de vidéos en 360°

VLC met à jour sa version beta et apporte quelques fonctionnalités qui seront disponibles dans la future mise à jour majeure de l’application comme la lecture de vidéos à 360° ou une refonte partielle du design.

VLC est installé dans le paysage des logiciels de lecture multimédia depuis plusieurs années. Le logiciel libre profitant d’une compatibilité avec presque tous les systèmes d’exploitation possibles (Windows, Mac OS, Linux, Android, iOS), dévoile aujourd’hui une nouvelle version de son application Android en beta. En effet grâce à Geoffrey Métais, développeur Android chez VLC, on apprend que sa prochaine version majeure amènera plusieurs améliorations dans différents domaines et que la dernière beta de l’application nous en donne un avant-goût.

L’interface

Pour cette nouvelle version, les miniatures des vidéos ont été améliorées, elles affichent maintenant plus d’informations concernant la vidéo comme son titre, sa durée ou encore sa résolution.

Pour l’audio le lecteur a reçu un changement d’interface avec à présent l’affichage en fond de la couverture de l’album que l’on écoute avec un effet de flou.

Concernant l’interface, le scrolling a été un tout petit peu modifié, la barre d’action s’effaçant à la fin du scroll, alors qu’elle était habituée à rester avant cette mise à jour. L’affichage d’albums et de playlists est également revu avec un côté plus « material design ».

Android TV a eu le droit aussi à quelques améliorations design comme un changement des couleurs. Adieu le noir et bonjour le bleu ! On se réjouit aussi de l’arrivée du PiP dans l’application, vous pourrez donc naviguer dans votre bibliothèque multimédia tout en continuant de regarder votre film ou votre série.

Vidéos en 360°

VLC peut maintenant lire des vidéos en 360° ! Une fonctionnalité bien pratique qui aurait pu être encore mieux intégrée si l’on pouvait se déplacer à l’aide de nos mouvements comme les vidéos 360° de YouTube ou Facebook plutôt qu’en swipant sur l’écran. Cependant il est indiqué que cette fonctionnalité arrivera bientôt.

Recherche de médias

Pour la recherche de fichiers dans votre bibliothèque, lorsque vous cliquez sur l’icône de recherche, il recherche uniquement dans la catégorie de médias où vous vous trouvez (musique ou vidéos) et ensuite il vous propose de cliquer sur « Rechercher dans toute la bibliothèque média » pour que l’application vous offre tous les résultats disponibles.

Autre fonctionnalité très intéressante, VLC est maintenant compatible avec la recherche vocale de Google Now. Il suffit de dire « Recherche *nom de ce que vous recherchez* dans VLC » et il sera capable de vous l’afficher !

Quoi d’autre ?

En plus de ces fonctionnalités, cette version beta apporte également la compatibilité avec Android Auto, l’activation du mode nuit automatique selon l’heure ou encore le support du nouveau ratio d’écran 18:9 des smartphones comme le LG G6.

Comment la télécharger ?

Si vous êtes impatients de découvrir ces nouvelles fonctionnalités, il suffit d’obtenir la version beta sur le Play Store en devenant beta testeur de l’application, pour cela rien de plus simple il suffit juste de cliquer sur ce lien et d’activer le mode beta testeur, le Play Store vous proposera immédiatement une mise à jour pour l’application et vous serez ensuite sur la version beta !

Gratuit sur l’App Store | Télécharger
Gratuit sur Google Play | Télécharger

À lire sur FrAndroid : 4 lecteurs vidéo incontournables sur Android

Github de Geoffrey Métais

Source: Frandroid

Publié le

Les jeux mobiles Yôkai Watch Gerapo Rhythm et The Snack World sont repoussés

Attendus sur mobile, la sortie des jeux Yôkai Watch Gerapo Rhythm et The Snack World a été repoussée.

Chaque année, Level-5 tient une conférence lors de l’évènement Level-5 Vision qui permet à la société japonaise de présenter ses jeux à venir et surtout dater ces derniers. Malheureusement, encore une fois, le studio a du mal à tenir les délais puisque les jeux mobiles Yôkai Watch Gerapo Rhythm et The Snack World sont retardés.

Level 5 en retard

Si le premier est un jeu exclusivement smartphone et reprend la licence éponyme, le second est une licence de jeu de rôle inédite qui vous demande de collectionner des porte-clés, qui sortira sur les mobiles et la Nintendo 3DS.

Le titre de la franchise Yôkai Watch est passé de mars 2017 à l’année 2017 sans plus de précision que cela. Quant à The Snack World, prévu initialement en mars également, se voit décalé au mois de décembre prochain. C’est bien dommage puisqu’il devait accompagner la sortie de la série animée. La version sur la console portable de Nintendo est quant à lui prévu au mois de juillet de cette année. Notons que d’autres jeux portés disparus sont attendus sur mobile comme Fantasty Life online ou encore Lady Layton.

En attendant, vous pouvez toujours profiter du très sympathique jeu d’énigmes Layton Brothers Mystery Room sur le Play Store.

Gratuit sur l’App Store | Télécharger
Gratuit sur Google Play | Télécharger

À lire sur FrAndroid : Les meilleurs RPG sur smartphones et tablettes Android

Source: Frandroid