Publié le

J’ai pris un VTC autonome dans les rues de Las Vegas

L’équipementier Aptiv s’est associé avec Lyft, le grand rival d’Uber aux USA pour offrir des démonstrations de conduite autonome dans les rues de Las Vegas en plein CES. Nous y avons joué les passagers.

« J’ai roulé à peu près partout aux États-Unis, mais la conduite à Las Vegas est la moins civilisée que je connaisse » : voilà un préambule peu rassurant que m’a offert un local peu de temps avant que je me rende au rendez-vous fixé pour prendre mon VTC autonome.

En même temps, c’est la promesse d’un défi encore plus intéressant pour le système préparé par Aptiv, la toute nouvelle branche dédiée au high tech chez l’équipementier Delphi. Ils se sont associés avec Lyft, le réseau de VTC concurrent d’Uber et très répandu aux USA qui se reconnaît avec son logo rose derrière le pare-brise des voitures travaillant avec ce réseau, souvent en parallèle avec Uber d’ailleurs.

Dans l’appli Lyft, nous sélectionnons un trajet vers l’hôtel Ceasar Palace et notre auto aux couleurs de l’équipementier arrive. Pour les besoins de la démonstration, un technicien est derrière le volant, sécurité oblige, et nous sommes suivis par une voiture d’accompagnement qui évite à un conducteur distrait qui nous suivrait et réagirait tard de détruire les précieux capteurs de ce prototype. Des capteurs au nombre de 21, qui parsèment la carrosserie de l’auto, une BMW série 5 en l’occurrence : 10 radars, 2 caméras et 9 lidars (radars lasers enregistrant en 3D l’environnement autour de la voiture).

La voiture se débrouille de manière très dynamique

Nous voilà partis et il est assez fascinant de voir comment la voiture se débrouille de manière très dynamique dans le trafic de la ville du Nevada. Changements de file, accélérations, freinages, tout cela est géré de manière très sure, voire dynamique (presque trop pour ce type de service mais ce n’est qu’une question de réglage) tandis que l’écran central nous permet de visualiser tout ce que l’auto repère autour d’elle : autres véhicules, piétons, murets, lignes blanches, feux (directement via une caméra et via les informations communiquées directement par les feux à l’auto via les émetteurs du programme Las Vegas smart city).


Ce qui est amusant, c’est d’essayer de comprendre ses réactions, de suivre en temps réel la manière dont l’auto se joue de ce trafic dense, certes, mais bien plus sage tout de même que ce que l’on peut voir en France et notamment, à Paris.

Après une quinzaine de minutes nous sommes à bon port, l’occasion de tirer les conclusions de cette expérience avec le responsable recherche et développement dans ce domaine chez Aptiv. Sa vision est que les premières applications de ce type seront dans un premier temps limitées aux déplacements des premiers et derniers kilomètres, par exemple autour d’une station de bus ou de train pour de petits trajets et ce, à l’horizon 2019.

Pour une prestation de conduite autonome de niveau 4 dans le classement international de référence comme c’était le cas de cette démonstration fort convaincante, il faudra se montrer encore un peu plus patient. Le temps de préparer les esprits à se laisser conduire de cette manière et sans chauffeur derrière le volant pour parer à toute éventualité.

À lire sur FrAndroid : Pour le patron d’Alphabet, les voitures autonomes, c’est demain

Source: Frandroid

Publié le

Waze enfin disponible sur Android Auto

La célèbre application de guidage communautaire Waze arrive enfin sur Android Auto.

Mise à jour du 26/07/2017 : Waze pour Android Auto est désormais finalisé et accessible à tous

C’est à l’I/O 2016 que Google, qui a racheté Waze en 2013, avait annoncé le lancement « dans les prochains mois » de Waze sur Android Auto. Plus d’un an plus tard, Google vient finalement d’en lancer le beta test, auprès d’une sélection d’utilisateurs.

Enfin une alternative à Google Maps sur Android Auto

Pour rappel, Android Auto est une interface simplifiée pour la conduite, qui permet de déporter sur l’écran d’une voiture compatible les applications installées sur un smartphone Android, ou depuis peu de les afficher directement sur l’écran du smartphone.

Mais seules quelques applications sont compatibles. Ainsi Android Auto proposait jusqu’à présent quelques applications musicales, telles que Spotify ou Deezer en plus de Google Play Musique, mais aucune autre application de guidage que Google Maps.

Google Maps + communautaire = Waze

Par rapport à Google Maps, Waze ajoute une dimension communautaire, notamment avec une fonction d’alerte d’accidents et de radars.

Waze prévient néanmoins que de nombreuses fonctions ont intentionnellement été exclues de l’interface simplifiée pour Android Auto. On ne comprend pas bien selon quelle logique une application qu’on utilise de toute manière au volant serait plus riche sur le petit écran d’un smartphone que sur le grand écran ergonomique d’une voiture. Tant qu’on la manipule à l’arrêt, n’est-ce pas tout ce qui compte ?

Après un mois et demi de beta privée, l’application Waze pour Android Auto est désormais finalisée et accessible à tous… exclusivement sur l’écran d’une voiture compatible. L’intégration à l’interface Android Auto directement sur smartphone est encore en développement.

Publication initiale le 07/06/2017.

 

À lire sur FrAndroid : Waze s’invite sur le GPS des Ford, Peugeot, Toyota… – MWC 2017

Waze Blog

Source: Frandroid

Publié le

Coyote 10.5 : le meilleur des radars et du guidage avec Here

Le meilleur du guidage combiné au meilleur avertisseur de radars. C’est en substance ce que propose désormais Coyote, avec une mise à jour majeure de son application Android et iOS.

En janvier 2016, Coyote prenait un nouveau départ sur mobile avec iCoyote 10. Son application d’ »aide à la conduite » (autrement dit d’avertisseur de radar) se dotait de fonctionnalités de guidage et d’information trafic, et rivalisait ainsi avec l’application tout-en-un Waze.

Malheureusement le guidage n’était pas à la hauteur d’autres applications, et iCoyote n’avait pas détrôné Waze pour la majorité des conducteurs.

Here à la manœuvre

Conscient de ces lacunes, la société française a revu sa copie. Elle lance ainsi Coyote 10.5, une mise à jour majeure qui corrige, du moins sur le papier, la majorité des défauts de la version précédente.

En effet, Coyote 10.5 n’utilise plus seulement la cartographie Here, désormais elle exploite aussi son « algorithme performant de navigation ».

Here est moins populaire que Waze mais tout aussi réputé. Descendant de Navteq, racheté par Nokia, ce spécialiste de la cartographie et éditeur de services dérivés a été racheté en 2015 par un consortium réunissant les constructeurs Volkswagen (Audi), Daimler (Mercedes) et BMW.

C’est donc la technologie éprouvée de Here qui calcule dorénavant les itinéraires. En outre, les conducteurs sont automatiquement reroutés en fonction du trafic. La recherche d’une destination et le calcul de l’heure d’arrivée sont plus précis. Enfin, la carte passe en 3D et se pare de la fonction « Lane Assist », qui indique quelles files emprunter aux abords des bifurcations.

Un service payant, gage de fiabilité

Le guidage et l’information trafic sont gratuits. Autrement l’application n’aurait aucune chance face à Waze. Si ce n’est qu’en plus elle est dépourvue de publicité.

Mais le point différenciant de Coyote c’est sa fonction redoutable d’avertisseur de radar. Il faut payer pour en profiter, 12 euros pour un mois, 50 euros pour un an (soit 4,20 euros/mois) ou encore 90 euros pour deux ans (soit 3,75 euros/mois). Les abonnements d’un et deux ans sont actuellement en promotion pour respectivement 30 et 50 euros, soit 2,50 et 2 euros/mois.

Des tarifs non négligeables, mais d’une certaine manière c’est l’atout de Coyote, puisque ces abonnements garantissent l’assiduité de ses 5 millions de membres. Aucun radar ou presque n’échappe à la vigilance de ses 5 millions de membres.



Coyote



Coyote System

Gratuit sur l’App Store | Télécharger
Gratuit sur Google Play | Télécharger

Source: Frandroid

Publié le

Conduisez sereinement : Waze et Spotify s’intègrent mutuellement

Waze et Spotify, deux des services les plus populaires dans leurs domaines respectifs, ont annoncé mardi que les deux applications s’interconnectent désormais mutuellement.

En voiture, les conducteurs ont essentiellement deux besoins : se faire guider jusqu’à leur destination et écouter de la musique pour faire passer le temps. En plus d’une application de guidage telle que Waze, on utilise donc souvent une application de musique telle que Spotify.

Jusqu’à présent, gérer ces deux applications à bout de bras sur le petit écran d’un smartphone fixé à la planche de bord n’était pas évident. Au feu rouge, dans la hâte, on s’emmêlait parfois les pinceaux et on redémarrait sans avoir rétabli Waze ou bien sans avoir lancé la musique. Et une fois en route, il était très difficile et dangereux d’effectuer les manipulations.

Waze et Spotify ne font plus qu’un

Mais Waze et Spotify apportent enfin « une expérience de conduite sans interruption » en permettant aux utilisateurs d’accéder à leurs playlists Spotify depuis Waze, et inversement de garder un œil sur le guidage à partir de Spotify.

Concrètement, une icône Spotify apparait dans Waze si les deux applications sont installées. L’utilisateur accède alors à un lecteur miniature, duquel il peut choisir une playlist, lancer la lecture, changer de piste, ajouter un morceau à sa bibliothèque ou basculer sur Spotify.

À l’inverse, un bandeau peut désormais s’afficher dans l’interface de Spotify avec les instructions de guidage sous forme de distances et de pictogrammes.

Cette intégration n’est « pour l’instant » disponible que sur Android, ce qui sous-entend qu’elle le sera prochainement sur iOS, bien qu’on se demande comment les deux applications passeront outre les mesures de cloisonnement imposées par Apple.

Waze démontre son indépendance

Notons pour conclure qu’il est amusant de noter que Waze s’est associé à Spotify, alors qu’il a été racheté par Google en 2013 et que ce dernier édite un service de musique à la demande concurrent, Google Play Musique.

Dans le même ordre d’idée, la dernière refonte de Waze est restée une exclusivité d’iOS pendant quelques mois.

Waze Blog

Source: Frandroid

Publié le

Waze s’invite sur le GPS des Ford, Peugeot, Toyota… – MWC 2017

Ford et les autres adhérents de sa plateforme open source Smart Device Link vont pouvoir afficher Waze sur leurs écrans.

Pour beaucoup, Waze est le système de navigation le plus efficace. Son fonctionnement communautaire et son algorithme uniques permettent d’esquiver, dans la mesure du possible, les bouchons. Et quand ça roule, les radars (sous forme de zones de danger) sont indiqués avec acuité. Bref, c’est devenu une aide indispensable mais, problème, Android Auto ne l’inclut pas encore dans son offre aujourd’hui (c’est prévu cette année) et donc, il n’est pas possible de projeter ses informations sur l’écran de bord de votre voiture.

Pourtant, la start-up israélienne a été rachetée par Google il y a maintenant 4 ans et elle compte pas moins de 75 millions d’utilisateurs actifs par mois. Mais tous lisent ses infos sur l’écran forcément limité de leur smartphone. 

Waze chez Ford, Peugeot, Citroën, Toyota…

Cela va changer sous peu : le consortium Smart Device Link — initié par Ford et adopté par Toyota, Mazda, Subaru, PSA et Suzuki — va l’intégrer parmi ses applications compatibles, suite à un accord annoncé lors du Mobile World Congress. Reste à s’armer d’encore un peu de patience avant l’arrivée effective de l’appli compatible. Du moins pour les heureux propriétaires d’un véhicule équipable, comme les Ford pourvues du système Sync 1 ou 3.

Les voitures en circulation pourvues du Sync 2 ne pourront recevoir Waze. La raison est que la fonction AppLink, qui permet la compatibilité avec les applications Smart Device Link, n’y est pas intégrée. Etonnamment, il est dans la première génération, mais Waze s’y affichera sous forme de pictogrammes, sans carte.

Par ailleurs, Renault avait aussi annoncé son intégration dans R-Link 2, mais c’était en fait via Android Auto, donc on attend toujours sa concrétisation.

Qui sera le premier ?

On ne sait pas encore quel sera le premier à proposer cette solution, mais une chose est sûre, 2017 devrait être l’année du déploiement de Waze tous azimuts dans les écrans de bord en 7 ou 8 pouces.

Lisibilité, commandes vocales, intégration dans la planche de bord rendront l’usage du complice de guidage de nombre d’entre nous bien plus agréable et ergonomique. Une bonne nouvelle pour les fans de cette appli de navigation qui pourrait aussi bénéficier de nouvelles fonctionnalités, comme le guidage vers une station service en cas de détection de niveau d’essence sur la réserve, grâce à la communication de l’appli avec le véhicule. En revanche, les plus réfractaires au partage de leurs données personnelles risquent de se montrer plus réticents.

À lire sur FrAndroid : 10 annonces incontournables du MWC 2017

Source: Frandroid

Publié le

La nouvelle application Tesla remplace la clé par l’empreinte digitale

Enfin ! Tesla a publié vendredi dernier la mise à jour tant attendue de son application mobile, sur Android et sur iOS. Elle « a été entièrement refaite ».

Pour commencer, cette nouvelle version 3.0 apporte essentiellement une refonte bienvenue de l’interface. L’interface qu’elle remplace avait quatre ans, avec des codes esthétiques dépassés, datant de l’ère pré-Material design et pré-iOS 7.0. L’application de Tesla jurait sur un smartphone récent, un comble pour l’application d’une voiture à plus ou moins 100 000 euros ! La nouvelle application adopte ainsi une esthétique plus minimaliste, plus sombre aussi.

La nouvelle application apporte principalement deux nouveautés.

Déverrouiller et démarrer la voiture avec son empreinte digitale

On peut désormais s’authentifier au moyen du capteur d’empreinte digitale et de Touch ID, plutôt qu’avec un mot de passe alphanumérique, ce qui facilite considérablement l’utilisation de la fonction de clé virtuelle. L’application permet pour rappel de verrouiller/déverrouiller la voiture et même de la démarrer, autrement dit de l’utiliser sans la clé.

L’application s’accompagne aussi et surtout de widgets, qui permettent de consulter l’état de la voiture et d’activer certaines fonctions directement depuis l’écran d’accueil (sur Android) ou depuis le panneau des widgets (sur iOS), sans même avoir à lancer l’application.

D’une manière générale, l’application facilite l’accès à ses fonctions, dont voici la liste :

  • Consulter la progression de la recharge et la démarrer ou l’arrêter
  • Activer la climatisation à distance
  • Verrouiller ou déverrouiller le véhicule à distance
  • Localiser son véhicule ou suivre ses déplacements
  • Activer le klaxon ou faire clignoter les phares pour localiser le véhicule dans un parking
  • Entrouvrir ou fermer le toit panoramique
  • Utiliser la Sortie auto pour faire sortir votre véhicule de votre garage ou d’une place de stationnement étroite (si équipé de l’Autopilot)

Une application toujours connectée

Malheureusement, chacune de ces fonctions passe exclusivement par internet, il faut donc que la voiture Tesla Model S ou Model X (réseau Orange en France) et le téléphone captent tous les deux. Il serait plus pertinent de pouvoir recourir au Bluetooth ou au Wi-Fi, donc directement entre le smartphone et la voiture, pour utiliser des fonctions comme la Sortie auto dans d’étroits parkings souterrains.

.gallery-container {
text-align: center;
}
.gallery-item {
display: inline-block;
margin: 10px;
vertical-align: middle;
}



Tesla Motors



Tesla Motors, Inc.

Gratuit sur l’App Store | Télécharger
Gratuit sur Google Play | Télécharger

À lire sur FrAndroid : Tesla Model S P100D : 1,4 G et 0 à 60 mph en 2,28 s, nouveaux records mondiaux

 

Source: Frandroid