Publié le

Jeux vidéo en streaming : Samsung s’associe avec Microsoft xCloud pour contrer Google Project Stream

Les géants de la tech se préparent pour une nouvelle guerre concurrentielle pour dominer le futur marché du jeu vidéo en streaming, grâce au cloud. Google et Microsoft sont les starting-blocks, et Samsung semble avoir choisi son partenaire.

L’événement de Samsung dédié aux développeurs continuait hier sur sa seconde journée, et la marque coréenne avait encore des annonces à faire. Après le Samsung Infinity Flex Display, qui arrive peut-être 5 ans trop tard, et l’interface Samsung One UI, la firme s’est attardée sur ses ambitions dans le jeu vidéo.

Elle a bien sûr commencé par rappeler son partenariat avec Epic Games, qui a permis aux utilisateurs de smartphone Galaxy de profiter en avant-première du jeu phénomène Fortnite, accompagné d’un skin exclusif. Samsung a ensuite fait monter une représentante de Microsoft sur scène, pour parler du cloud.

Une porte d’entrée vers une nouvelle galaxie de jeux

Samsung et Microsoft ont annoncé qu’ils étaient partenaires autour du projet xCloud de Microsoft, qui permet de jouer aux jeux Xbox sur mobile grâce au streaming depuis le cloud. Sarah Bond, en charge des partenariats Xbox, explique que « nous voulons que tous ceux qui portent un smartphone Galaxy portent en réalité un accès à nouvelle expérience de jeu ». Les deux marques n’ont pas donné plus de détails sur ce que ce partenariat signifie pour les futurs smartphones Galaxy.

On peut imaginer qu’après la sortie commerciale du projet xCloud, l’application dédiée de Microsoft soit être installée par défaut sur les appareils Galaxy, certifiés par l’éditeur comme proposant une expérience de jeu optimale.

Quoi qu’il en soit, cette annonce est un coup dur pour Google qui développe actuellement Project Stream, une solution concurrente. S’il ne fait aucun doute que les smartphones Galaxy seront également compatibles avec le service de Google, Samsung se place une nouvelle fois en rival du papa d’Android avec cette annonce.

À lire sur FrAndroid : Pour s’épanouir, les smartphones gamers ont besoin de la technologie qui les tuera

SamMobile

Source: Frandroid

Publié le

Electronic Arts (EA) annonce Project Atlas, son service de cloud gaming

Electronics Arts en dit un peu plus sur Project Atlas, son futur service de cloud-gaming. De quoi jouer à vos jeux préférés sur n’importe quel appareil… même un smartphone.

Lors de l’E3 2018, Electronic Arts (EA) annonçait travailler sur un service de cloud-gaming. L’objectif est de proposer aux joueurs une expérience identique sur les jeux de l’éditeur, quelle que soit la plateforme, qu’il s’agisse d’un ordinateur modeste, d’une bête de course, ou même d’un smartphone. Le tout moyennant un abonnement mensuel ou annuel.

Plus de quatre mois plus tard, Ken Moss, CTO d’EA, se fend d’un long poste sur Medium pour en dire plus sur ce service, désormais connu sous le nom de Project Atlas, un projet d’envergure sur lequel travaillent à temps plein plus de 1000 employés de l’entreprise, ainsi qu’une douzaine de studios à travers le monde.

Serveurs + moteur graphique + IA = Atlas

Le principe est de réunir un moteur de jeu, Frostbite Engine (Battlefield, Fifa, Need For Speed…) à des services basés sur l’intelligence artificielle sur une plateforme dédiée au cloud afin de permettre aux développeurs de créer une expérience complète, sociale et évolutive, comprenant bien sûr le jeu, mais aussi les éléments comme le matchmaking (association de joueurs pour les parties en ligne) ou le marketplace (achat d’éléments supplémentaires).

EA affirme ainsi avoir développé une plateforme permettant d’utiliser le cloud pour traiter à distance et diffuser des « blockbusters », des jeux HD multijoueurs avec la latence la plus basse possible, mais aussi profiter du cross-platform (jouer avec des joueurs utilisant d’autres plateformes). Plus encore, Ken Moss indique que leur travail sur le cloud-gaming cherche en parallèle à permettre une personnalisation profonde de la part du joueur pour obtenir des univers remplis de contenus générés par les utilisateurs eux-mêmes.

L’Intelligence artificielle permettrait quant à elle de pousser les interactions entre les éléments du jeu et le joueur, pour rendre par exemple des PNJ (Personnages Non-Joueur) plus naturels, loin des réactions scriptées que l’on trouve dans les jeux actuels.

La technologie au service du jeu

Ken Moss explique que tout cela est permis par les nombreuses avancées technologiques récentes. Il cite notamment l’Ultra HD HDR, les améliorations graphiques 3D, les algorithmes neuronaux profonds côté serveur, mais aussi les améliorations du WiFi, de la 4G et de la 5G, confirmant que le service devrait être disponible sur nos smartphones.

Ces technologies sont bien sûr accessibles par tous les grands noms du domaine, ce qui explique la déferlante d’annonces de ces derniers temps, avec notamment le Project Stream de Google ou encore xCloud de Microsoft.

Une question reste toujours sans réponse pour le moment : quand est-ce que tous ces services seront officiellement disponibles pour le grand public à travers le monde ? Patience…

À lire sur FrAndroid : On a joué à Assassin’s Creed Odyssey sur Chrome grâce à Google Project Stream

Ken Moss

Source: Frandroid

Publié le

On a joué à Assassin’s Creed Odyssey sur Chrome grâce à Google Project Stream

Google a lancé Project Stream en septembre 2018. Pour prouver que sa solution de cloud-gaming fonctionne, la firme a collaboré avec Ubisoft autour du jeu Assassin’s Creed Odyssey. Nous avons eu l’opportunité de tester le tout.

L’idée de jouer à des jeux en cloud-gaming semble être un défi impossible dans la tête de beaucoup de joueurs. Avec des graphismes en haute qualité et le besoin de contrôles précis et réactifs, faire tourner un jeu avec une simple connexion Internet amène beaucoup de questions techniques.

Le dernier-né sur le marché du cloud-gaming est Google, avec le Project Stream annoncé en septembre 2018. Le projet est entré dans sa première première phase de test public, Project Stream est actuellement exclusif à quelques invités et fonctionne uniquement avec le nouvel Assassin’s Creed Odyssey. En effet, Google a travaillé main dans la main avec Ubisoft pour cette démonstration technologique.

Participer à ce projet nécessite à la fois des comptes Google et Ubisoft. Il faut également être aux États-Unis, mais nous vous expliquons notre astuce un peu plus loin dans l’article. Une fois que votre participation est validée, il ne vous reste plus qu’à ouvrir Chrome.

Un dernier test vérifie la qualité, la latence et la vitesse de votre connexion Internet. Cette vérification a lieu chaque fois que vous chargez le jeu – mais cela prend moins de 5 secondes.

Finalement, le jeu Odyssey se lance exactement comme si vous utilisiez UPlay, le client PC officiel d’Ubisoft, et vous pouvez y jouer directement depuis votre navigateur. Aucun téléchargement supplémentaire n’est requis, ni aucune installation de programme dédiée.

La première chose, et la plus surprenante, que vous remarquerez probablement lorsque le jeu se charge, c’est que… ça fonctionne. Assassin’s Creed Odyssey fonctionne aussi bien dans le cloud que si vous veniez d’installer le jeu normalement. Les mouvements sont réactifs et les combats sont fluides. Même esquiver les attaques ennemies est simple. Le jeu tourne à 60 images par seconde en Full HD, sans aucun souci apparent. Il a sûrement été optimisé par rapport à la version classique du jeu, mais impossible de s’en rendre compte.

Nous avons fait un live sur Numerama de notre session de jeu

Les options du jeu ont par contre été simplifiées, même davantage que sur une console de jeu, la plate-forme Project Stream gérant de manière dynamique tout l’aspect technique. Vous pouvez changer vos configurations de clavier et de souris, brancher une manette de jeu, modifier la langue du jeu… mais c’est tout. Le jeu fonctionne dans une configuration en qualité moyenne, l’équivalent de ce que peut faire une GeForce GTX 1060 à vue d’œil. Tous les effets visuels avancés sont activés dans le jeu et le niveau de détail est acceptable. Par contre, la compression audio semble un poil agressive, on s’en rend compte particulièrement avec la musique du jeu.

De ce que j’ai pu lire sur des forums, il arrive parfois que Project Stream affiche une notification en bas de l’écran, vous indiquant que votre connexion est trop lente. Lorsque cela se produit, la qualité vidéo baisse d’un cran et devient un peu floue. Lors de notre session de jeu, ça n’est jamais arrivé.

Contrairement à ce que j’ai pu lire, c’est la version complète de Assassin’s Creed: Odyssey avec les fonctionnalités en ligne d’Ubisoft et (malheureusement) également les microtransactions. Cette version contient tout de même 1 000 crédits Helix, ce qui est suffisant pour acheter l’extension XP boost.

C’est juste un test de Project Stream, mais ce test est déjà étonnamment solide. Nous ne connaissons ni le modèle économique ni le modèle de distribution du Stream Project à l’avenir, mais ce projet est encourageant. Project Stream n’est pas non plus si impressionnant : Blade Shadow et Nvidia GeForce Now sont encore plus impressionnants, pouvant faire tourner de la 4K ou encore du Full HD en 144 Hz. La prouesse de Google est de ne pas nécessiter de client dédié, Project Stream s’exécute simplement dans Chrome.

Google utilise probablement Project Stream comme test pour Project Yeti, qui fonctionnera avec des appareils tels que Chromecast. Ce projet reste très mystérieux malgré quelques indiscrétions.

Comment a-t-on pu jouer à Project Stream depuis Paris ?

Bonne question ! Première chose, nous avons triché sur notre localisation lors de l’inscription. Nous nous sommes inscrits à travers un VPN en entrant une adresse américaine. Quand notre compte a été activé, après plusieurs jours d’attente, nous avons tenté une connexion derrière le même VPN. Problème… la qualité de connexion était médiocre et insuffisante pour faire tourner Project Stream.

Nous avons trouvé une autre solution pour ne pas avoir à voyager aux États-Unis (quoique ça aurait été sympathique comme ̶v̶a̶c̶a̶n̶c̶e̶s̶… voyage professionnel). Nous avons pu utiliser la version américaine de Shadow sur leurs serveurs de la côte est, grâce à nos contacts avec la marque.

Si vous n’avez pas suivi : nous avons fait du cloud-gaming sur du cloud-gaming. C’est un peu l’inception du cloud-gaming.

Le premier avantage de cette configuration est que les serveurs de la côte est américaine de Shadow ont une très bonne connexion comme vous pouvez le voir ci-dessus. D’ailleurs, bien que Project Stream suggère 25 Mbps, un débit de 15 Mbits suffit selon les premiers testeurs. Avec notre connexion à 760 Mbits, aucun souci. Nous avions également besoin d’un ping inférieur à 40 ms et d’une perte de paquet inférieure à 5 %. Notre ping était de 1 ms.

À Paris, nous étions équipés d’un MacBook Pro sous macOS connecté en WiFi à une box fibrée. C’est loin d’être la meilleure configuration pour ce type de test. Notre connexion avec les serveurs de Shadow était tout de même relativement bonne malgré la distance (l’océan Atlantique) qui nous sépare. Cela s’explique par le fait que la connexion entre Paris et New York est directe. Une fois Shadow lancé sur notre MacBook, tout était fluide. Nous avons mesuré 57 ms de latence entre les locaux d’Humanoid et les serveurs de Shadow aux États-Unis. Nous étions prêts pour lancer Project Stream… qui a parfaitement démarré. Évidemment, notre configuration a altéré l’expérience de jeu, mais finalement bien moins que ce que nous avions prévu.

Test d’Assassin’s Creed Odyssey : Ubisoft poursuit son ambitieuse épopée

 

Ulrich Rozier, co-fondateur d’Humanoid, est actionnaire du groupe Blade (Shadow)

Source: Frandroid

Publié le

Microsoft répond à Google Project Stream et veut nous faire jouer à la Xbox sur smartphone

Microsoft annonce à son tour Project xCloud, son ambition pour nous faire jouer aux jeux Xbox grâce au cloud sur tout type d’appareil : une console de jeu, un PC ou un smartphone sous Android.

Historiquement, l’industrie du jeu vidéo se divisait entre trois mondes : la console de jeu dans le salon, le PC dans le bureau et les appareils mobiles dans les transports. En juin, à l’E3, Microsoft a annoncé son ambition d’unir ses trois univers grâce au cloud gaming. L’idée ? Faire tourner les jeux sur des serveurs distants, pour que les performances de l’appareil ne rentrent plus en compte lors du choix d’un jeu. En d’autres termes, pouvoir jouer aux jeux les plus sophistiqués sur smartphone grâce au streaming.

Google a présenté en fanfare son Project Stream qui reprend le même principe, et promet de faire tourner Assassin’s Creed Odyssey dans une simple fenêtre Chrome. Microsoft a visiblement souhaité y réagir en précisant ses propres plans avec Project xCloud.

Écran tactile ou manette Xbox Bluetooth

Dans un annonce sur son site officiel, Microsoft annonce vouloir faire du jeu vidéo quelque chose d’aussi accessible que la musique, avec Spotify, ou la vidéo, avec Netflix, grâce au streaming. Pour cela, il faudra d’abord adapter le gameplay des jeux consoles aux appareils mobiles et tactiles.

Lien YouTube

Deux solutions seront proposées. La première, et la plus ergonomique, sera de connecter une manette Xbox en Bluetooth à son appareil Android. La seconde sera d’utiliser les commandes tactiles disponibles à l’écran. Autant vous dire que ce ne sera pas avec cette méthode que vous enchaînerez les frags sur le dernier FPS à la mode.

Transformer Azure en ferme de Xbox

La firme explique avoir désossé ses consoles Xbox One X pour les transformer en serveurs de calculs graphiques. Ces machines seront installées petit à petit dans les 54 groupes de datacenters Azure qui devraient permettre de faire du jeu à l’échelle mondiale. C’est justement l’une des problématiques du cloud gaming.

Lien YouTube

Pour Microsoft, le principal objectif est de réduire au maximum la latence qui sera l’élément le plus important à prendre en compte pour des jeux vidéo qui sont par définition interactifs. La latence importe peu pour regarder une vidéo sur YouTube ou Netflix, tant que la vidéo est fluide, mais avec un jeu vidéo, elle pourrait rendre l’expérience très frustrante. Le papa de Xbox veut en plus que son service soit accessible en 4G et 5G, des réseaux sensibles aux perturbations et dont le nombre d’utilisateurs locaux peut facilement impacter la qualité d’une connexion.

Les premiers tests publics de la technologie sont attendus pour l’année prochaine, alors que ceux de Google ont déjà démarré.

Microsoft

Source: Frandroid

Publié le

Shadow : lancement le 20 avril du cloud gaming à la française

Après plusieurs mois de beta-test, Shadow va être lancé officiellement le 20 avril.

Boitier final de Shadow

Tout n’est pas encore prêt, mais Shadow fonctionne : l’équipe française a relevé de nombreux défis depuis un premier lancement en décembre auprès de quelques centaines de beta-testeurs, puis dernièrement avec 3 000 pré-ventes. Le client Android est prêt, nous l’avons testé, mais les clients Linux, Windows, iOS et macOS sont toujours en cours de développement. Par contre, le boitier fonctionne désormais, l’expérience est au rendez-vous après plusieurs mises à jour.

À lire sur FrAndroid : Nous avons testé Shadow sur Android, la puissance d’une GeForce 1070 sur mon smartphone

Pour rappel, Shadow est une offre de cloud-gaming : aujourd’hui réservé aux abonnés fibrés, Shadow permet d’accéder à un PC distant sous Windows 10, équipé d’une Geforce 1070 de Nvidia, d’un processeur Intel Xeon avec 6 threads utilisables, de 12 Go de RAM et d’un disque dur SSD de 256 Go permettant de stocker vos jeux chez Shadow, sans avoir à les télécharger jusqu’à chez vous. Shadow promet ainsi une latence très faible, imperceptible selon eux. Vous pouvez y accéder depuis le boitier fourni, mais aussi depuis un client (disponible pour le moment sur Android).

Nous avons testé Shadow à plusieurs reprises, retrouvez notre avis sur la beta-test à cette adresse. Le site officiel de Shadow est disponible à cette adresse, les inscriptions seront ouvertes le 20 avril prochain. L’abonnement est à moins de 30 euros par mois si vous vous engagez sur 12 mois, la location du boitier est comprise dans l’offre.

À lire sur FrAndroid : Notre avis sur Shadow, l’ordinateur du cloud pour jouer à The Witcher sur Android

Source: Frandroid