Publié le

Google+ ferme 4 mois plus tôt après une nouvelle fuite de données des utilisateurs

Suite à la découverte d’une nouvelle faille dans son réseau social fantôme, Google a décidé d’en avancer la fermeture. Google+ fermera en avril.

Décidément, le réseau social Google+ n’a pas le droit à une fin de vie paisible. En octobre dernier, la découverte d’une fuite géante avait poussée Google à annoncer la fermeture complète du réseau social d’ici août 2019.

Fermeture de Google+ en avril 2019

Après un patch en novembre, c’est une nouvelle faille de sécurité qui a été découverte par les équipes de Google. La firme a donc pris la décision de fermer définitivement l’accès aux API de Google+ dans les 90 jours, et de mettre fin à Google+ dès avril 2019, 4 mois avant la fermeture prévue à l’origine.

52,5 millions d’utilisateurs touchés

La nouvelle faille découverte concerne une nouvelle fois l’API de Google+. C’est 52,5 millions d’utilisateurs qui sont concernés par ce bug, d’après Google. Avec cette faille, il était possible d’obtenir des informations de l’utilisateur pourtant réglées sur « privé ».

Cependant d’après Google, aucun tiers n’a utilisé cette faille avant sa découverte par la firme, et elle ne donnait pas l’accès aux informations les plus sensibles tel que les mots de passe, ou des informations financières. Les utilisateurs, professionnels ou non, qui ont été touchés par cette faille seront contactés par Google.

Le réseau social de Google continuera donc de fonctionner pendant 4 mois, au lieu de 8, avant de fermer définitivement ses portes.

9To5Google

Source: Frandroid

Publié le

Google passe son moteur de recherche au nouveau design Material Theming

Après avoir basculé nombre de ses applications vers le nouveau design Material Theming, Google s’occupe de son produit le plus important : son moteur de recherche.

L’arrivée du Material Theming était l’une des tendances de l’année, en tous cas quand on regarde ce qui se passe chez Google. La firme s’est en effet employé à mettre à jour toutes ses applications vers ce nouveau design language, que l’on reconnait notamment à son iconographie trait plein, et ses formes arrondies.

Après avoir mis à jour ses applications mobiles comme Google Photos, Drive, ou Gmail, Google passe à ce qui est sans doute le plus important à ses yeux, le moteur de recherche.

Mise à jour partielle

La firme déploie actuellement une nouvelle version de la page de résultat sur le site de Google. L’intégralité du moteur de recherche n’a pas encore été mise à jour, et par exemple la page d’accueil conserve pour le moment son ancien design.


Parmi les changements esthétiques, on peut remarquer la forme du champ de recherche, beaucoup plus arrondis qu’auparavant. Ce changement est aussi appliqué aux suggestions de recherche.

Les résultats de recherches affichent désormais parfois une série de vignettes concernant un sujet, comme ici « Vidéos » et « Dernières actualités de frandroid.com ». Enfin, la barre de recherche ainsi que le compte utilisateur restent ancrés en haut de la page, même après avoir défilé dans les résultats.

À lire sur FrAndroid : Thème sombre : les meilleures applications Android pour préserver vos yeux avec le mode nuit

9To5Google

Source: Frandroid

Publié le

Google Maps : vous pouvez désormais ajouter des hashtags pour catégoriser vos endroits préférés

Une nouvelle fonctionnalité implémentée par Google vous permet désormais d’ajouter un hashtag à vos avis ajoutés sur Google Maps. L’idée étant d’aider les utilisateurs à mieux se retrouver sur le service de navigation du géant américain.

#food, #love, #beautiful : loin de nous l’idée de partir dans les clichés les plus courants, mais Instagram tout particulièrement regorge de hashtags en tout genre ajoutés par ses millions d’utilisateurs quotidiens. Des mots-dièse dont on peut parfois douter de leur utilité tant les internautes en abusent. Cet usage, Google souhaite visiblement le transformer par le biais d’une nouvelle mise à jour lancée sur son service de navigation Google Maps.

Aider les utilisateurs à catégoriser leurs préférences

Les propriétaires d’un téléphone Android uniquement peuvent en effet ajouter un mot-clé précédé du fameux croisillon à la fin d’un avis, donné à un lieu référencé par Google Maps, nous apprend TechCrunch. Ici, l’idée n’est pas d’écrire un hashtag pour écrire un hashtag, mais bien d’intégrer une fonctionnalité utile susceptible d’aider les internautes à mieux catégoriser leurs préférences.

Ainsi, les hashtags classiques comme #food risquent de ne pas être pris en compte par la firme de Mountain View. A contrario de #vegan, qui donne ici une indication précise sur le régime alimentaire d’un restaurant. L’occasion pour un visiteur de cliquer dessus pour retrouver l’ensemble des points de restauration à même de proposer un tel régime, à condition qu’un avis constitué de ce même hashtag ait également été donné. Plutôt pratique pour en consulter une liste plus ou complète en fonction de sa géolocalisation.

Google Maps, une application de plus en plus sociale

Cette nouveauté ne s’applique pas qu’aux commerces : les spots idéaux pour regarder un coucher ou lever de soleil peuvent aussi bénéficier d’un tel hashtag — #sunsetviews, pour reprendre l’exemple de TechCrunch. Déployée depuis plus d’une semaine pour la communauté Local Guides, cette mise à jour devrait progressivement débarquer sur vos smartphones Android d’ici les prochaines semaines.

Cette fonctionnalité s’inscrit dans une démarche plus globale : celle de rendre plus sociale l’application de navigation Google Maps, dont les lieux géolocalisés par le service peuvent désormais être « Follow », et ce depuis une récente mise à jour lancée par la firme californienne. Un moyen comme un autre de se tenir informé des événements, offres promotionnelles et autres activités de l’enseigne ajoutée dans vos favoris.

À lire sur FrAndroid : GPS sans connexion Internet : notre sélection des meilleures applications Android

TechCrunch

Source: Frandroid

Publié le

Google Duplex : l’IA qui appelle à votre place est disponible sur certains smartphones Pixel

Google Duplex, l‘intelligence artificielle capable de passer des appels à la place des utilisateurs tout en imitant le langage naturel, commence à se déployer sur certains smartphones Pixel.

Ça y est le futur frappe à nos portes ! Enfin, disons plutôt qu’il s’agit d’une certaine vision du futur qui terrifie certains tout en enthousiasmant d’autres. Google Duplex commence à se déployer sur certains smartphones Pixel. Mais peut-être faut-il un petit rappel de ce dont il s’agit.

Une IA qui passe des appels à votre place

Il y a plusieurs mois, Google présentait Duplex : une intelligence artificielle capable de passer des appels à la place de l’utilisateur. La démonstration sur scène de la firme de Mountain View avait fait sensation. L’IA en question se montrait en effet capable de très bien imiter le langage naturel en marquant des pauses ou des hésitations.

Pour Google, cet outil sophistiqué sera ainsi en mesure de réserver des tables dans des restaurants ou de prendre rendez-vous chez le coiffeur de manière autonome. L’utilisateur n’aura qu’à lancer la requête sur Google Assistant et l’IA se chargera de tout le reste.

Début du déploiement

Après une première phase de test menée cet été, Google Duplex débarque maintenant sur certains Google Pixel. La fonctionnalité n’est cependant disponible que pour un petit groupe d’utilisateurs et uniquement dans des villes sélectionnées. C’est ce qu’a affirmé Google à VentureBeat.

Le média américain a cependant eu la chance de voir ses Google Pixel 3 et Pixel 3 XL faire partie du lot de smartphones concernés par ce déploiement. Dans la vidéo ci-dessous, on peut par exemple voir Google Assistant affirmer qu’il va passer un appel pour réserver un restaurant.

Lien YouTube

Mais VentureBeat a également pu filmer une conversation du point de vue de la responsable d’un restaurant à San Francisco. Dans la vidéo qui suit, on peut donc voir cette dernière discuter assez naturellement avec l’intelligence artificielle qui passe l’appel. Même si on pourrait pinailler en pointant du doigt la voix un peu métallique de Google Duplex, il faut bien admettre que la technologie impressionne.

Lien YouTube

Éthique

Dans la foulée de sa présentation, Google Duplex avait suscité plusieurs inquiétudes concernant l’aspect éthique de cette technologie. Le géant aux quatre couleurs avait tenté de rassurer les gens en promettant que son outil allait rester transparent et que l’IA allait toujours préciser à ses interlocuteurs qu’elle n’était pas un être humain afin d’éviter de les duper.

À lire sur FrAndroid : Google Duplex pourrait remplacer certains employés dans les call centers

VentureBeat

Source: Frandroid

Publié le

Nous avons testé le mode nuit du Google Pixel 3 et 3 XL : meilleur que l’œil humain

Quelques jours avant son déploiement sur les appareils Pixel 3 et Pixel 3 XL, nous avons eu l’opportunité de tester une version préliminaire du mode Night Sight de Google. Ce mode permet de réaliser des clichés impressionnants quand la lumière vient à manquer.

L’une des fonctionnalités les plus époustouflantes de Google lors de son événement de lancement des Pixel 3 était « Night Sight » ou Mode nuit en français. La caméra Pixel 3 offrait de grandes promesses pour l’amélioration de la photographie dans des conditions de faible luminosité, mais ce mode n’était pas prêt. Nous avons pu tester cette fonction avant son déploiement, voici donc le résultat de nos tests.

Comment ça marche ?

Faire une photographie en faible luminosité pour « voir mieux que l’œil humain », c’est déjà possible avec la plupart des appareils photo. Vous prenez un reflex, un hybride et même un smartphone : il suffit d’ouvrir plus longtemps l’obturateur pour récupérer davantage de lumière, les modes pro des smartphones permettent déjà ce type de réglages. Par contre, cela nécessite de rester immobile et de gérer quelques paramètres pour éviter d’avoir des photos ratées. Ce n’est pas simple, sauf si vous avez un appareil photo onéreux, monotâche et encombrant, avec un très bon capteur et un objectif avec une très grande ouverture. Sur smartphone, le capteur et l’objectif sont complètement miniaturisés.

Sur le mode Night Sight des Pixel 3, c’est donc un mélange entre du logiciel et des réglages précis de l’appareil photo. Ce mode nécessite de ne pas bouger pendant 2 à 4 secondes en fonction de l’environnement, les algorithmes de fusion de Google se chargent ensuite d’éliminer le flou, mais aussi d’éviter les effets d’images fantômes sur les sujets en mouvement. Dans ce mode, le smartphone profite des petits tremblements de la main pour récupérer les informations qui lui seront nécessaires pour traiter les photos de la meilleure façon possible.

Pour la balance des blancs, Google utilise également ses algorithmes avancés puisqu’il n’y a plus assez de lumière pour un mode automatique traditionnel. Le Pixel 3 tente d’estimer la meilleure balance des blancs pour obtenir un rendu aussi réaliste que possible… passons à la pratique.

Qu’est-ce que ça donne ?

Première chose, l’application de l’appareil photo vous indique quand le mode nuit est nécessaire via un petit message. L’appareil a ainsi détecté que les conditions lumineuses étaient insuffisantes pour le mode automatique classique. Vous pouvez passer en mode nuit dans les options « Plus » à droite du menu de modes.

Nous utilisons des galeries pour la comparaison de photographies, n’hésitez donc pas à slider entre les photos sur la version mobile de FrAndroid. La première photo est sans le mode, la seconde avec le mode activé.


















Les photographies ont été prises entre Shenzhen (Chine) et Macau, toujours après le coucher du soleil. 

Premier constat, même sans le mode nuit, le Pixel 3 s’en sort tout de même déjà très bien. Comme on peut le voir, la scène est correctement exposée, les photographies ne sont pas trop lissées malgré la présence de bruit électronique. Avec le mode nuit, certains environnements fonctionnent beaucoup mieux que d’autres. Le mode nuit n’est donc pas forcément toujours utile.

Globalement, ce mode fonctionne bien. On récupère de la lumière, les photographies ont une plus grande plage dynamique et une bien meilleure balance de blancs.

Certaines fois le mode Night Sight utilise une sensibilité supérieure (jusqu’à un ISO de 3598) que le mode automatique classique, mais sur la plupart des photographies la sensibilité est plus basse ce qui permet de diminuer la présence de bruit électronique dans les zones très sombres.

Etant donné que ce mode nécessite de ne pas bouger beaucoup 2 à 4 secondes, certains éléments sont flous comme les voitures sur nos exemples. Théoriquement, les algorithmes de Google devraient être suffisamment intelligents pour prendre en compte les objets en mouvement et les maintenir raisonnablement en place (voitures, personnages). Mais comme vous pouvez le voir, ce n’est pas toujours le cas.

Les bâtiments d’arrière-plan sont beaucoup plus définis et on remarque une meilleure saturation et on gagne en netteté. Le rendu final n’est pas toujours naturel, dans le sens où la photo sera plus lumineuse que ce que l’œil humain peut voir, mais cela reste très impressionnant. 

Notez que ce mode fonctionne différemment de celui du P20 Pro et du Mate 20 Pro. Sur les smartphones Huawei, la récupération de lumière est obtenue grâce à la capacité du capteur à effectuer une fusion de pixels et à combiner ainsi quatre pixels physiques en un seul. En théorie, cela améliore de 4 fois la sensibilité à la lumière du capteur et équivaut à un capteur avec des photosites de 2 µm.

« Moi aussi je veux tester »

Pour faire fonctionner ce mode, il existe un APK modifié (sur XDA-Developers et dans le module d’app ci-dessousqui fonctionne sur les trois générations de Pixel. La mise à jour officielle est prévue pour mi-novembre, elle devrait arriver via une mise à jour simple de l’application Caméra.

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Source: Frandroid

Publié le

Google Maps vous alertera en cas de promotions dans vos boutiques préférées

Une nouvelle mise à jour de Google Maps devrait une fois de plus améliorer l’expérience utilisateur. Cette fois-ci, chaque lieu référencé dans le service pourra être « Follow » pour ne rater aucune miette de son actualité.

Devenu un incontournable sur nos smartphones, le service de navigation Google Maps se doit d’évoluer pour apporter toujours plus de nouvelles fonctionnalités à ses utilisateurs. La mise à jour de début octobre s’inscrivait par exemple dans cette démarche : un support Play Musique, Spotify et Apple Music avait été présenté, de sorte à écouter de la musique directement depuis l’application. Plutôt pratique.

Se tenir informé des événements, offres promotionnelles et autres activités

Cette fois, la firme de Mountain View s’est davantage focalisée sur l’aspect social de son application. Une nouveauté déchiffrée dans un billet mis en ligne sur son blog, dans lequel on prend connaissance de la prochaine mise à jour Google Maps uniquement déployée sur les appareils Android. Celle-ci s’articulera autour de deux nouvelles fonctionnalités : l’une pour le grand public, l’autre pour les professionnels.

Concrètement, chaque utilisateur pourra désormais suivre l’actualité d’un lieu référencé sur le service, parmi les 150 millions de références enregistrées. Du café au restaurant en passant par des magasins de vêtements, les internautes auront l’opportunité de se tenir au courant par le biais d’un simple clic sur l’onglet « Follow », ou « Suivre » (voir le gif ci-dessus). Les événements, offres promotionnelles ou toutes autres activités du lieu apparaîtront ensuite dans un onglet dédié, « For you », ou « Pour Vous ».

Améliorer sa visibilité

Cette mise à jour nous offrira aussi un aperçu des nouveaux espaces avant même leur ouverture. À travers un profil professionnel créé via Google My Business, un commerçant pourra par exemple ajouter son entreprise sur l’application Google Maps, jusqu’à trois mois avant son inauguration : un bon moyen d’améliorer sa visibilité. La date d’ouverture sera alors mise en surbrillance orange pour capter l’attention de l’utilisateur. Le déploiement de la mise à jour aura lieu dans les prochaines semaines.

Source: Frandroid

Publié le

Les smartphones Android One vous aideront bientôt à vous déconnecter

La fonctionnalité « bien-être numérique » d’Android 9.0 Pie, jusqu’à présent réservée aux smartphones Pixel, arrivera bientôt sur tous les appareils suivant le programme Android One. Un petit pas pour Google, un pas de géant pour la tranquillité.

Depuis le lancement de la gamme Pixel de Google, l’éditeur d’Android a décidé de ne plus proposer d’interface stock comme c’était le cas sur ses Nexus, mais d’ajouter des fonctions exclusives à ses propres appareils. Jusqu’à présent, on pensait que ce serait le cas de la fonctionnalité « bien-être numérique ».

Celle-ci permet aux utilisateurs de moduler leur utilisation de leur smartphone. L’application permet ainsi d’afficher le temps passé sur chaque application, mais également de configurer des durées maximales pour chacune d’entre elles, après quoi l’utilisateur ne pourra tout simplement plus les ouvrir. Surtout, « bien-être numérique » (digital wellbeing en anglais) indique également le nombre de notifications reçues de la part de chaque application, afin de potentiellement mieux les gérer et s’épargner un stress parfois inutile.

Une poignée de smartphones compatibles

Jusqu’à présent, on pensait que le service « bien-être numérique » serait exclusif aux Pixel 3 et Pixel 3 XL. Cependant, le site XDA Developers a relevé une modification sur la page de l’application sur le Play Store. « Pour essayer les nouvelles fonctionnalités, vous devez être un bêta testeur et avoir un Google Pixel ou un smartphone sous Android One avec Android 9.0 Pie », indique la dernière note de version de l’application. Une mention qui indique donc bel et bien que l’application sera prochainement disponible également pour les appareils Android One sous Android 9.0 Pie.

Pour l’heure, seule une poignée de smartphones Android One ont été mis à jour vers Android Pie, comme le Nokia 6.1 Plus ou le Nokia 7 Plus. Si ce dernier avait eu droit à « bien-être numérique » pendant la phase bêta d’Android 9.0 Pie, ce n’était plus le cas lors de la version finale de la mise à jour. Heureusement, Google compterait donc bel et bien modifier cette injustice avec une mise à jour prochaine de son application.

À lire sur FrAndroid : Android One : qu’est-ce que c’est, quelle différence avec les Google Pixel et liste des smartphones

XDA Developers

Source: Frandroid

Publié le

On a joué à Assassin’s Creed Odyssey sur Chrome grâce à Google Project Stream

Google a lancé Project Stream en septembre 2018. Pour prouver que sa solution de cloud-gaming fonctionne, la firme a collaboré avec Ubisoft autour du jeu Assassin’s Creed Odyssey. Nous avons eu l’opportunité de tester le tout.

L’idée de jouer à des jeux en cloud-gaming semble être un défi impossible dans la tête de beaucoup de joueurs. Avec des graphismes en haute qualité et le besoin de contrôles précis et réactifs, faire tourner un jeu avec une simple connexion Internet amène beaucoup de questions techniques.

Le dernier-né sur le marché du cloud-gaming est Google, avec le Project Stream annoncé en septembre 2018. Le projet est entré dans sa première première phase de test public, Project Stream est actuellement exclusif à quelques invités et fonctionne uniquement avec le nouvel Assassin’s Creed Odyssey. En effet, Google a travaillé main dans la main avec Ubisoft pour cette démonstration technologique.

Participer à ce projet nécessite à la fois des comptes Google et Ubisoft. Il faut également être aux États-Unis, mais nous vous expliquons notre astuce un peu plus loin dans l’article. Une fois que votre participation est validée, il ne vous reste plus qu’à ouvrir Chrome.

Un dernier test vérifie la qualité, la latence et la vitesse de votre connexion Internet. Cette vérification a lieu chaque fois que vous chargez le jeu – mais cela prend moins de 5 secondes.

Finalement, le jeu Odyssey se lance exactement comme si vous utilisiez UPlay, le client PC officiel d’Ubisoft, et vous pouvez y jouer directement depuis votre navigateur. Aucun téléchargement supplémentaire n’est requis, ni aucune installation de programme dédiée.

La première chose, et la plus surprenante, que vous remarquerez probablement lorsque le jeu se charge, c’est que… ça fonctionne. Assassin’s Creed Odyssey fonctionne aussi bien dans le cloud que si vous veniez d’installer le jeu normalement. Les mouvements sont réactifs et les combats sont fluides. Même esquiver les attaques ennemies est simple. Le jeu tourne à 60 images par seconde en Full HD, sans aucun souci apparent. Il a sûrement été optimisé par rapport à la version classique du jeu, mais impossible de s’en rendre compte.

Nous avons fait un live sur Numerama de notre session de jeu

Les options du jeu ont par contre été simplifiées, même davantage que sur une console de jeu, la plate-forme Project Stream gérant de manière dynamique tout l’aspect technique. Vous pouvez changer vos configurations de clavier et de souris, brancher une manette de jeu, modifier la langue du jeu… mais c’est tout. Le jeu fonctionne dans une configuration en qualité moyenne, l’équivalent de ce que peut faire une GeForce GTX 1060 à vue d’œil. Tous les effets visuels avancés sont activés dans le jeu et le niveau de détail est acceptable. Par contre, la compression audio semble un poil agressive, on s’en rend compte particulièrement avec la musique du jeu.

De ce que j’ai pu lire sur des forums, il arrive parfois que Project Stream affiche une notification en bas de l’écran, vous indiquant que votre connexion est trop lente. Lorsque cela se produit, la qualité vidéo baisse d’un cran et devient un peu floue. Lors de notre session de jeu, ça n’est jamais arrivé.

Contrairement à ce que j’ai pu lire, c’est la version complète de Assassin’s Creed: Odyssey avec les fonctionnalités en ligne d’Ubisoft et (malheureusement) également les microtransactions. Cette version contient tout de même 1 000 crédits Helix, ce qui est suffisant pour acheter l’extension XP boost.

C’est juste un test de Project Stream, mais ce test est déjà étonnamment solide. Nous ne connaissons ni le modèle économique ni le modèle de distribution du Stream Project à l’avenir, mais ce projet est encourageant. Project Stream n’est pas non plus si impressionnant : Blade Shadow et Nvidia GeForce Now sont encore plus impressionnants, pouvant faire tourner de la 4K ou encore du Full HD en 144 Hz. La prouesse de Google est de ne pas nécessiter de client dédié, Project Stream s’exécute simplement dans Chrome.

Google utilise probablement Project Stream comme test pour Project Yeti, qui fonctionnera avec des appareils tels que Chromecast. Ce projet reste très mystérieux malgré quelques indiscrétions.

Comment a-t-on pu jouer à Project Stream depuis Paris ?

Bonne question ! Première chose, nous avons triché sur notre localisation lors de l’inscription. Nous nous sommes inscrits à travers un VPN en entrant une adresse américaine. Quand notre compte a été activé, après plusieurs jours d’attente, nous avons tenté une connexion derrière le même VPN. Problème… la qualité de connexion était médiocre et insuffisante pour faire tourner Project Stream.

Nous avons trouvé une autre solution pour ne pas avoir à voyager aux États-Unis (quoique ça aurait été sympathique comme ̶v̶a̶c̶a̶n̶c̶e̶s̶… voyage professionnel). Nous avons pu utiliser la version américaine de Shadow sur leurs serveurs de la côte est, grâce à nos contacts avec la marque.

Si vous n’avez pas suivi : nous avons fait du cloud-gaming sur du cloud-gaming. C’est un peu l’inception du cloud-gaming.

Le premier avantage de cette configuration est que les serveurs de la côte est américaine de Shadow ont une très bonne connexion comme vous pouvez le voir ci-dessus. D’ailleurs, bien que Project Stream suggère 25 Mbps, un débit de 15 Mbits suffit selon les premiers testeurs. Avec notre connexion à 760 Mbits, aucun souci. Nous avions également besoin d’un ping inférieur à 40 ms et d’une perte de paquet inférieure à 5 %. Notre ping était de 1 ms.

À Paris, nous étions équipés d’un MacBook Pro sous macOS connecté en WiFi à une box fibrée. C’est loin d’être la meilleure configuration pour ce type de test. Notre connexion avec les serveurs de Shadow était tout de même relativement bonne malgré la distance (l’océan Atlantique) qui nous sépare. Cela s’explique par le fait que la connexion entre Paris et New York est directe. Une fois Shadow lancé sur notre MacBook, tout était fluide. Nous avons mesuré 57 ms de latence entre les locaux d’Humanoid et les serveurs de Shadow aux États-Unis. Nous étions prêts pour lancer Project Stream… qui a parfaitement démarré. Évidemment, notre configuration a altéré l’expérience de jeu, mais finalement bien moins que ce que nous avions prévu.

Test d’Assassin’s Creed Odyssey : Ubisoft poursuit son ambitieuse épopée

 

Ulrich Rozier, co-fondateur d’Humanoid, est actionnaire du groupe Blade (Shadow)

Source: Frandroid

Publié le

Synchronisation SMS : la nouvelle politique de Google pourrait poser problème

Google a adopté une nouvelle politique concernant la confidentialité : une application Android souhaitant accéder aux données d’appels ou de SMS devra obligatoirement être celle configurée par défaut. Cela pose notamment quelques questions sur le bon fonctionnement des outils de synchronisation.

De nombreuses applications sur Android vous demandent régulièrement un accès à vos historiques d’appels ou de SMS et on peut très souvent se demander si cela est vraiment indispensable au bon fonctionnement du service (dans un bon nombre de cas, l’app marche très bien même si vous refusez ces autorisations). Pour Google, cette situation n’est plus acceptable et le colosse aux quatre couleurs a donc mis à jour son règlement du programme pour les développeurs pour un contrôle plus strict de la confidentialité.

Comme l’a repéré 9to5Google, cette nouvelle politique apporte de gros changements puisque, à partir d’aujourd’hui, une app voulant accéder à vos données d’appels devra forcément être votre application d’appel par défaut. Idem pour les SMS.

Par exemple, si vous utilisez Pulse comme client SMS, vous devrez obligatoirement le définir comme service par défaut sur votre smartphone et celui-ci aura accès exclusivement à vos données SMS (et pas aux appels). Dans cet exemple pratique, l’utilisateur ne devrait pas voir trop de différences puisque l’app SMS ou Téléphone que l’on utilise régulièrement est souvent notre service par défaut.

Le cas de la synchronisation SMS

Cependant, il y a un autre cas où cette nouvelle règle peut être un souci : les outils de synchronisation. Si vous changer de smartphones et que vous voulez transférer vos SMS de l’ancien appareil vers le nouveau, il vous faudra probablement télécharger une application telle que SMS Backup & Restore. Or, par nature, celle-ci aura besoin d’accéder à vos messages pour fonctionner et il faudra donc la définir comme client SMS par défaut le temps du processus.

On peut également mentionner le cas de l’application Microsoft baptisée « Votre Assistant Mobile » qui permet depuis peu de synchroniser les SMS entre votre smartphone Android et votre ordinateur Windows 10. Celle-ci sera sans doute également impactée par la décision de Google.

Précisons tout de même que la firme de Mountain View se dit encline à autoriser quelques exceptions avec certains développeurs tiers lorsque l’accès à ces données est essentiel au fonctionnement d’une application. On espère donc que cette promesse sera bien appliquée et que les services tiers (et concurrents) de confiance pourront continuer d’exister sans ce genre d’obstacles.

À noter que la confidentialité et la sécurité a plutôt fait défaut à Google sur son réseau social Google+ qui, en conséquence, fermera ses portes dans les 10 prochains mois.

À lire sur FrAndroid : Comment transférer ses SMS sur son nouveau smartphone Android

9to5Google

Source: Frandroid

Publié le

Play Music et YouTube Music : pour éviter une double facturation, suivez le guide Google

Google a mis en ligne un guide explicatif de ses différents services payants que sont Play Music, YouTube Music et YouTube Premium. L’objectif : vous aider à ne pas vous emmêler les pinceaux en vous évitant une double facturation somme toute injuste.

Dévoilés au mois de mai 2018, avant un lancement officiel un mois plus tard, YouTube Music et YouTube Premium (le remplaçant de YouTube Red) représentent les espoirs de Google quant à sa capacité à s’implanter sur le marché du streaming musical. Et ainsi mettre des bâtons dans les roues de Spotify, Apple et Deezer, après un retard considérable observé ces dernières années. Dans l’idée, la firme de Mountain View cherche à s’appuyer sur la puissance de YouTube pour tenter de se frayer un chemin.

YouTube Music et Play Music, les mêmes avantages

La tâche sera dure et longue, même si sa plateforme dispose des ressources nécessaires pour grappiller quelques parts du gâteau. Faut-il encore que le géant du net clarifie de manière claire et précise le mode de fonctionnement de ses différents services payants. Car au vu du guide explicatif publié par la multinationale, certains utilisateurs se seraient visiblement abonnés à YouTube Music et Play Music, sans vraiment savoir qu’un simple compte chez l’un… vous donnait accès à l’autre, gratuitement.

Le guide

  • Abonnement Play Music : un accès à tous les avantages de Google Play Music et à tous les avantages de YouTube Music. Facturé 9,99 € via Google Play.
  • Abonnement YouTube Music : un accès à tous les avantages de YouTube Music et à tous les avantages de Google Play Music. Facturé 9,99 € via YouTube.
  • Abonnement YouTube Premium : un accès à tous les avantages de YouTube Premium + un accès à YouTube Music Google et Play Music. Facturé 11,99 € via YouTube ou iTunes (si vous vous êtes sur iOS).

Comme vous pouvez le constater, Play Music et YouTube Music ne sont pas facturés à partir des mêmes plateformes. Certains utilisateurs déjà inscrits sur le premier ont donc pu se faire avoir en s’abonnant au second. Conséquences : la note est doublée. Si tel est le cas, Google vous invite à supprimer votre compte initial (Play Music, donc), pour conserver celui de YouTube Music.

À noter que Google Play Music n’est pas automatiquement annulé lorsque vous vous inscrivez à YouTube Premium. Dans ce cas-là, Google vous conseille tout bonnement de résilier votre compte Play Music pour profiter des avantages de YouTube Premium.

À lire sur FrAndroid : YouTube Music Premium vs YouTube Premium : quelles sont les différences ? Lequel choisir ?

Source: Frandroid