Publié le

L’iPad va avoir droit à une vraie version de Photoshop CC

Les souhaits de nombreux professionnels de l’image qui travaillent avec l’iPad d’Apple seront enfin exaucés en 2019, lorsque Adobe va lancer Photoshop Creative Cloud.

Ces dernières années, Adobe a introduit plusieurs logiciels sur la tablette Apple, tels que Photoshop Express, Sketch, Mix et Fix, mais il s’agissait dans tous les cas de solutions limitées, conçues pour les utilisateurs grand public. Ces solutions ne proposent pas la puissance et souplesse d’utilisation des logiciels Adobe pour PC et Mac.

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Adobe Photoshop CC sur iPad

Adobe vient d’annoncer l’arrivée de Photoshop sur iPad. On parle là d’une version bien plus proche de ce que l’on peut trouver sur Windows 10 et macOS, que ce que l’on connaissait jusqu’à maintenant sur iOS et Android. Pour transférer son célèbre logiciel de retouche photo sur iPad, Adobe a tout de même du limiter le nombre de fonctionnalités de la première version, les autres étant ajoutées ultérieurement.

D’après les premières vidéos, le fonctionnement de Photoshop sur iPad semble fluide et ne semble pas manquer des fonctions principales, bien que les commandes aient clairement été réorganisées dans une interface adaptée au toucher et à la taille de l’écran de l’iPad. Il permet également de profiter du stylet dédié à l’iPad.

Cependant, la chose la plus intéressante sur cette version est la synchronisation avec la version de bureau d’Adobe Photoshop CC. Photoshop CC iPad sait ouvrir, éditer et enregistrer les fichiers PSD.

Étant donné que les deux versions du logiciel partagent une partie du code, il suffira en fait de partager le fichier en cours de traitement via Adobe Cloud, sans avoir à exporter ni à convertir vers un autre format. Adobe a également évoqué le Project Gemini, un logiciel dédié au dessin et à la peinture sur iPad qui promet des fonctions très avancées dans le domaine de l’art numérique.

Lien YouTube

 

Source: Frandroid

Publié le

Civilization VI : la simulation de « Allez ! Encore un tour » arrive sur iPhone

C’est un tour de force que réalisent Aspyr Media, Firaxis et Apple. Le très complet Civilization VI est désormais parfaitement jouable sur le petit écran d’un iPhone.

 

À la fin de l’année 2017, Firaxis et Aspyr Media avaient créé la surprise en sortant Civilization VI sur iPad pour 60 euros. Pas question ici d’une version « pocket » ou « touch », ou encore « free to play avec des paiements in-app », bref d’une version inférieure du jeu. Ici, c’est bien le même jeu, aussi complet que sur PC auquel pouvaient jouer les propriétaires de la tablette d’Apple, ce qui justifiait son tarif qui parait élevé sur l’App Store à côté des jeux à moins de 10 euros.

Civilization VI débarque sur l’iPhone

Aspyr Media pousse la prouesse de l’optimisation un peu plus loin, aussi bien des performances que de l’interface, en sortant Civilization VI sur iPhone. Le jeu demande iOS 11 et au moins l’iPhone 7 (les iPhone 8, iPhone X et XS sont bien sûr compatibles) pour tourner.

Pour rappel, Civilization est un jeu de stratégie au tour par tour de type « 4X ». Il se distingue des autres jeux du genre par sa prise en compte du développement culturel, scientifique et de la richesse. Autrement dit, il n’est pas obligatoire d’envahir son adversaire pour gagner. La série est très réputée pour son côté addictif. Quel plaisir de voir grandir ses villes découvertes après découverte et monument après monument !

Lien YouTube

Sur un plus petit écran, l’interface devient un peu plus complexe à manipuler, mais Aspyr a su bien choisir les éléments les plus importants à conserver sur la carte à tout moment (menu science, construction, etc.)



Noter que le jeu proposé sur iOS est la version de base, sans l’extension Rise and Fall uniquement disponible sur PC et Mac. Le jeu intègre un mode multijoueur local, mais pas de mode en ligne.

Le prix baisse drastiquement

Pour le lancement de la version iPhone, l’éditeur a revu à la baisse le prix de la version complète du titre. Fini le paiement de 60 euros, désormais le jeu est vendu à 27 euros, un prix beaucoup plus doux.

Télécharger pour sur l’App Store | Télécharger




Source: Frandroid

Publié le

Votre smartphone Android directement dans votre PC Windows 10 ? Microsoft y travaille

Lors de sa conférence Surface, Microsoft a également parlé des avancées de son système d’exploitation Windows 10. Il y a teasé une future possibilité : celle d’afficher, et d’interagir avec, l’écran de son smartphone Android directement dans son ordinateur.

Crédit photo : Windows Central

Après avoir tenté une percée dans le domaine des OS Mobile avec Windows, le Microsoft mené par Satya Nadella a bien changé. Le directeur a pleinement admis que cette bataille était perdue, et s’attarde désormais à intégrer Windows aux appareils que les utilisateurs possèdent déjà.

L’événement Surface d’hier n’a donc pas été que l’occasion de présenter la nouvelle Surface Pro ou même les Surface Laptop 2 et Studio 2 : elle a également servi à continuer les efforts en ce sens. Une fonctionnalité majeure a été présentée dans cette optique.

Screen Mirroring Android sur Windows 10

L’application Your Phone, liée à la mise à jour d’Octobre, ne servira pas qu’à retrouver sa Timeline sur son téléphone Android par le biais du launcher Microsoft. À terme, elle permettra également d’afficher l’écran de son téléphone directement sur son ordinateur.

Il vous sera alors possible d’interagir intégralement avec votre smartphone, et naviguer à votre guise sur votre smartphone. L’idée est de faire en sorte que votre session sur votre ordinateur Windows ne soit jamais coupée par le besoin de regarder un autre appareil à côté de lui.

Encore un peu de travail

Voilà une manière intelligente d’interconnecter deux appareils, mais il nous faudra tout de même voir la finalité de la chose. Le screen mirroring comme on l’appelle n’est pas une technologie nouvelle, et souffre souvent d’un peu trop de latence pour être parfaitement viable.

C’est peut-être pour cela que la fonctionnalité n’est pas encore disponible et n’a pas encore de date de sortie. Notons que seuls les téléphones Android devraient être concernés, la fermeture de l’OS d’Apple empêchant le développement de ce genre d’outils.

Windows Central

Source: Frandroid

Publié le

Fortnite : Sony recule, les joueurs PlayStation vont enfin pouvoir jouer avec les autres

Sony a annoncé un changement de politique important. La firme va autoriser le cross-play sur PS4 pour Fortnite, ce qui signifie que les joueurs PlayStation pourront jouer avec leurs amis sur Xbox One ou Nintendo Switch.

Champion sans conteste de cette génération de console avec la PlayStation 4, Sony avait suscité l’ire des joueurs depuis le début de l’année en refusant le cross-play sur les jeux multijoueurs, en particulier sur Fortnite, le phénomène de l’année. Ce problème est devenu d’autant plus visible quand le jeu est sorti sur Switch, iOS et Android, ce qui réunissait les joueurs du monde entier, sauf ceux jouant sur PlayStation, un non-sens. Au point où Microsoft et Nintendo ont publié conjointement une publicité vantant les mérites du jeu multijoueur entre plateformes.

Sony recule et revient à la raison

Sony a annoncé sur son blog qu’une nouvelle version, en beta, de Fortnite allait enfin permettre le jeu multiplateforme entre la PS4 et ses concurrentes dès ce mercredi. Cette nouvelle version intégrera également le suivi de la progression et du commerce entre les plateformes, les joueurs de Fornite étaient en effet obligés de repartir à zéro en passant de la PS4 à la Switch.



Fortnite



Epic Games

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Ce changement de politique de la part de Sony se fait alors que cette génération de console touche à sa fin. La firme doit donc à tout pris préserver son aura auprès des joueurs si elle veut que la PlayStation 5 connaisse un aussi bon début que son aîné. L’interdiction du jeu multijoueur multiplateforme était en effet un atout stratégique pour Sony, qui poussait les joueurs à choisir la PlayStation plutôt qu’une machine concurrente, puisque c’était avec cette console que les joueurs avaient le plus de chance de retrouver leurs amis. Avec la démocratisation du jeu crossplateforme, et la montée en popularité de plateformes comme la Switch ou le mobile, Sony doit renoncer à cet avantage.

Sony réserve pour le moment cette décision à Fortnite, et Fortnite seulement. D’autres développeurs comme Bethesda (Fallout : 76) avaient toutefois déjà fait savoir leur mécontentement concernant l’ancienne politique de la firme japonaise.

À lire sur FrAndroid : Fortnite sur Android : comment jouer avec vos amis sur PC, PS4, Nintendo Switch et Xbox One

Numerama

Source: Frandroid

Publié le

Samsung, OnePlus, Huawei… Google liste les meilleurs élèves de la sécurité sur Android

Google a listé les modèles de smartphones Android disposant d’une mise à jour de sécurité déployée au cours des trois derniers mois. Cela permet notamment d’avoir une bonne vue d’ensemble des constructeurs qui font le plus d’efforts dans ce domaine.

Récemment, Google a publié un tableau listant les modèles de smartphones dont la majorité des exemplaires à travers le monde profitaient d’une mise à jour de sécurité déployée au cours des trois derniers mois. Plus de 250 références figurent ainsi dans cet index.

Le document est très intéressant puisqu’il permet de voir quels sont les constructeurs les plus assidus dans ce domaine. On peut ainsi voir que OnePlus s’en sort avec les honneurs puisqu’il place 5 modèles dans cette liste, du OnePlus 3 au OnePlus 6. Samsung et Huawei/Honor de leur côté ne sont pas en reste et comptent chacun un grand nombre de terminaux dans ce tableau.

Parmi eux, il n’est pas étonnant d’y voir le Galaxy Note 9, le P20 Pro ou le Honor Play. Pour Samsung, la liste est vraiment très longue et on saluera notamment la présence de smartphones sortis en 2016 comme les Galaxy A5 ou Galaxy J2 de l’époque.

Les moins bons élèves

De l’autre côté du spectre, on notera que HTC n’est pas particulièrement bien représenté dans ce tableau avec seulement ses deux derniers flagships qui y figurent : les HTC U12+ et HTC U11+. Le U11 Life, pourtant sous Android One, n’apparaît pas. ZTE, pour sa part, ne place que le Blade A6 Max.

Ci-dessous, vous trouverez cette fameuse liste telle qu’elle est présentée par Google.

La liste de Google

Constructeur Appareil
ANS L50
Asus ZenFone 5Z (ZS620KL/ZS621KL), ZenFone Max Plus M1 (ZB570TL), ZenFone 4 Pro (ZS551KL), ZenFone 5 (ZE620KL), ZenFone Max M1 (ZB555KL), ZenFone 4 (ZE554KL), ZenFone 4 Selfie Pro (ZD552KL), ZenFone 3 (ZE552KL), ZenFone 3 Zoom (ZE553KL), ZenFone 3 (ZE520KL), ZenFone 3 Deluxe (ZS570KL), ZenFone 4 Selfie (ZD553KL), ZenFone Live L1 (ZA550KL), ZenFone 5 Lite (ZC600KL), ZenFone 3s Max (ZC521TL)
BlackBerry BlackBerry MOTION, BlackBerry KEY2
Blu Grand XL LTE, Vivo ONE, R2_3G, Grand_M2, BLU STUDIO J8 LTE
bq Aquaris V Plus, Aquaris V, Aquaris U2 Lite, Aquaris U2, Aquaris X, Aquaris X2, Aquaris X Pro, Aquaris U Plus, Aquaris X5 Plus, Aquaris U lite, Aquaris U
Docomo F-04K, F-05J, F-03H
Essential Products PH-1
Fujitsu F-01K
General Mobile GM8, GM8 Go
Google Pixel 2 XL, Pixel 2, Pixel XL, Pixel
HTC U12+, HTC U11+
Huawei Honor Note10, nova 3, nova 3i, Huawei Nova 3I, 荣耀9i, 华为G9青春版, Honor Play, G9青春版, P20 Pro, Honor V9, huawei nova 2, P20 lite, Honor 10, Honor 8 Pro, Honor 6X, Honor 9, nova 3e, P20, PORSCHE DESIGN HUAWEI Mate RS, FRD-L02, HUAWEI Y9 2018, Huawei Nova 2, Honor View 10, HUAWEI P20 Lite, Mate 9 Pro, Nexus 6P, HUAWEI Y5 2018, Honor V10, Mate 10 Pro, Mate 9, Honor 9, Lite, 荣耀9青春版, nova 2i, HUAWEI nova 2 Plus, P10 lite, nova 青春版本, FIG-LX1, HUAWEI G Elite Plus, HUAWEI Y7 2018, Honor 7S, HUAWEI P smart, P10, Honor 7C, 荣耀8青春版, HUAWEI Y7 Prime 2018, P10 Plus, 荣耀畅玩7X, HUAWEI Y6 2018, Mate 10 lite, Honor 7A, P9 Plus, 华为畅享8, honor 6x, HUAWEI P9 lite mini, HUAWEI GR5 2017, Mate 10
Itel P13
Kyocera X3
Lanix Alpha_950, Ilium X520
Lava Z61, Z50
LGE LG Q7+, LG G7 ThinQ, LG Stylo 4, LG K30, V30+, LG V35 ThinQ, Stylo 2 V, LG K20 V, ZONE4, LG Q7, DM-01K, Nexus 5X, LG K9, LG K11
Motorola Moto Z Play Droid, moto g(6) plus, Moto Z Droid, Moto X (4), Moto G Plus (5th Gen), Moto Z (2) Force, Moto G (5S) Plus, Moto G (5) Plus, moto g(6) play, Moto G (5S), moto e5 play, moto e(5) play, moto e(5) cruise, Moto E4, Moto Z Play, Moto G (5th Gen)
Nokia Nokia 8, Nokia 7 plus, Nokia 6.1, Nokia 8 Sirocco, Nokia X6, Nokia 3.1
OnePlus OnePlus 6, OnePlus5T, OnePlus3T, OnePlus5, OnePlus3
Oppo CPH1803, CPH1821, CPH1837, CPH1835, CPH1819, CPH1719, CPH1613, CPH1609, CPH1715, CPH1861, CPH1831, CPH1801, CPH1859, A83, R9s Plus
Positivo Twist, Twist Mini
Samsung Galaxy A8 Star, Galaxy J7 Star, Galaxy Jean, Galaxy On6, Galaxy Note9, Galaxy J3 V, Galaxy A9 Star, Galaxy J7 V, Galaxy S8 Active, Galaxy Wide3, Galaxy J3 Eclipse, Galaxy S9+, Galaxy S9, Galaxy A9 Star Lite, Galaxy J7 Refine, Galaxy J7 Max, Galaxy Wide2, Galaxy J7(2017), Galaxy S8+, Galaxy S8, Galaxy A3(2017), Galaxy Note8, Galaxy A8+(2018), Galaxy J3 Top, Galaxy J3 Emerge, Galaxy On Nxt, Galaxy J3 Achieve, Galaxy A5(2017), Galaxy J2(2016), Galaxy J7 Pop, Galaxy A6, Galaxy J7 Pro, Galaxy A6 Plus, Galaxy Grand Prime Pro, Galaxy J2 (2018), Galaxy S6 Active, Galaxy A8(2018), Galaxy J3 Pop, Galaxy J3 Mission, Galaxy S6 edge+, Galaxy Note Fan Edition, Galaxy J7 Prime, Galaxy A5(2016)
Sharp シンプルスマホ4, AQUOS sense plus (SH-M07), AQUOS R2 SH-03K, X4, AQUOS R SH-03J, AQUOS R2 SHV42, X1, AQUOS sense lite (SH-M05)
Sony Xperia XZ2 Premium, Xperia XZ2 Compact, Xperia XA2, Xperia XA2 Ultra, Xperia XZ1 Compact, Xperia XZ2, Xperia XZ Premium, Xperia XZ1, Xperia L2, Xperia X
Tecno F1, CAMON I Ace
Vestel Vestel Z20
Vivo vivo 1805, vivo 1803, V9 6GB, Y71, vivo 1802, vivo Y85A, vivo 1726, vivo 1723, V9, vivo 1808, vivo 1727, vivo 1724, vivo X9s Plus, Y55s, vivo 1725, Y66, vivo 1714, 1609, 1601
Vodafone Vodafone Smart N9
Xiaomi Mi A2, Mi A2 Lite, MI 8, MI 8 SE, MIX 2S, Redmi 6Pro, Redmi Note 5 Pro, Redmi Note 5, Mi A1, Redmi S2, MI MAX 2, MI 6X
ZTE BLADE A6 MAX

Google

Source: Frandroid

Publié le

Google Pixel 3 et Pixel 3 XL : téléchargez leurs nouveaux fonds d’écran exclusifs

Les Google Pixel 3 et Pixel 3 XL ont tellement fuité que nous avons déjà le droit en avance à… leurs fonds d’écran, animés ou non.

Android est un système d’exploitation tout de même assez particulier. Facilitant au maximum la personnalisation du système, il est bien souvent modifié par les constructeurs pour offrir de nouvelles fonctionnalités, mais aussi un look différent du reste.

De là, une frange importante d’utilisateurs cherche à chaque fois à retrouver l’expérience la plus proche possible d’Android pur, ou du moins la vision de Google. Ainsi, alors que les Google Pixel 3 et 3 XL ne vont pas tarder à être dévoilés, nombreux seront ceux intéressés par leurs fonds d’écran exclusifs qui donneront cette touche « pure » à leur expérience.

Téléchargez les fonds d’écran des Google Pixel 3

Ishan Agarwal, responsable des dernières fuites concernant les appareils, le sait, et a donc décidé de profiter du Google Pixel 3 XL en sa possession pour donner à tous la possibilité d’en profiter.

Par le biais d’un Google Drive, vous avez désormais la possibilité de récupérer l’intégralité des nouveaux fonds d’écran normalement exclusifs aux futurs bébés de la marque. En voici quelques-uns (compressés) pour vous mettre l’eau à la bouche :



Pas de problème pour les images, mais petite spécificité pour les fonds d’écran animés : il vous faudra d’abord télécharger et installer Google Wallpapers sur le Play Store avant d’installer l’APK « com.breel.wallpapers » disponible dans le dossier Drive. Suite à quoi vous pourrez retrouver tous les fonds d’écran animés.

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Ne reste plus qu’à profiter du Pixel Launcher, éventuellement rajouter un petit pack d’icônes Android stock, et votre smartphone aura tout l’air d’un Pixel !

Source: Frandroid

Publié le

Microsoft mise sur Amazon Alexa : les appels Skype arrivent sur Echo

Avec Skype, il sera bientôt bien plus simple de passer des appels avec une enceinte Amazon Echo.

Conscient que Cortana n’a pas rencontré le succès espéré sans un écosystème mobile ou d’enceintes connectées suffisamment fort, Microsoft a annoncé il y a plus d’un an son rapprochement avec Alexa, l’assistant d’Amazon. Plus récemment, la marque a commencé à intégrer des services de Xbox à Alexa aux États-Unis.

La firme de Redmond va plus loin avec l’intégration de son service Skype directement aux produits Echo. Depuis quelques mois, Skype a pris un nouveau tournant et semble intégrer des fonctions réellement utiles, plutôt que des copies d’autres services comme Snapchat.

Amazon et Microsoft s’entraident

Sur ses enceintes Echo, dont Amazon a présenté toute une nouvelle fournée récemment, le géant de l’e-commerce propose une fonction d’appel assez limitée. En effet, les « appels Alexa » ne fonctionnent qu’entre contacts possédant des produits Echo, et il est impossible en France d’appeler un simple numéro fixe ou mobile, ce qui limite beaucoup les possibilités.

Avec l’arrivée de Skype, Alexa va s’ouvrir à toute une nouvelle base d’utilisateurs : il y a en effet beaucoup plus de clients de Skype dans le monde que de propriétaires d’enceintes Echo. Microsoft annonce qu’il suffira de donner des ordres du type « Alexa, appelle Marc sur Skype » pour qu’un appel Skype soit crée. Les appels vidéo seront bien sûr gérés sur les produits Echo dotés d’un écran.

On peut se demander quel avenir Microsoft réserve à Cortana, quand on sait que l’assistante n’a pas reçu de mise à jour depuis longtemps sur Android, et n’est toujours pas disponible en France sur mobile. Le déploiement de Skype avec Alexa sera progressif et débutera plus tard cette année, à une date encore inconnue.

À lire sur FrAndroid : Amazon Echo (Alexa) : tout ce qu’il faut savoir sur l’assistant personnel intelligent

Skype

Source: Frandroid

Publié le

Le Joujou du Week-End : recréez un monde avec du carton et des élastiques (test Nintendo Labo kit véhicules)

Piloter un avion, un sous-marin, un véhicule via des outils de commande carton, c’est la promesse du nouveau kit Nintendo Labo Joy-Con 03. Mais avant de s’amuser, travailler de ses mains, il faudra. Un plaisir qui peut aussi devenir fastidieux…

Depuis mes premiers châteaux forts ou vaisseaux spatiaux fabriqués en carton, j’ai une certaine tendresse pour ce matériau à la fois souple, solide et polyvalent. Je dois avoir dans mes cartons une fausse télé et un vidéoprojecteur pour smartphone en carton, en plus de plusieurs cardboards. Donc sans surprise, j’ai rapidement accroché au concept du Nintendo Labo : fabriquer des accessoires en carton, les utiliser avec les jeux inclus et tout un aspect éducatif en plus.

Les premiers kits proposaient de construire une mini-voiture radiocommandée, un guidon de moto, un robot… ici nous sommes axés sur les véhicules avec un manche d’avion, un volant et un module de contrôle de sous-marin ! Avec la promesse d’une expérience de jeu plus ludique et ouverte, car les précédents kits étaient certes très amusants, mais assez limités dans le temps.

Du carton, des élastiques et du fil

Le contenu de la boîte comprend le boîtier de la cartouche de jeu, un petit sac comprenant quelques pièces en plastiques (des élastiques, bandes réfléchissantes et antidérapantes). Le gros du contenu reste 25 planches en cartons numérotées. Je lance le jeu sur ma Switch, trois propositions me sont faites : construire, jouer et découvrir. Mais avant de commencer les deux derniers, je me retrousse les manches.

En cliquant sur construire, me sont proposés plusieurs objets (des clefs de contact, un volant, une bombe à peinture, un module de contrôle de sous-marin et un manche d’avion). Avant de continuer, parlons de l’interface, épurée, colorée, un peu enfantine dans la présentation et surtout d’une rare clarté. Des qualités que l’on retrouve dans tous les aspects du jeu, et c’est encore plus flagrant dans la partie construction.

À l’écran sont affichés chaque étape une par une, avec une précision redoutable. Tout démarre par une opération simple, détacher les pièces prédécoupées des planches en carton. Elles sont clairement visualisées en rouge à l’écran et chaque planche est identifiée pour ne pas se tromper. Cette phase est délicate au départ, je cherche à doser mes pressions pour allier efficacité et rapidité.

Au moindre doute, je peux zoomer, dézoomer et même faire tourner la pièce à 360°

Le carton peut être une matière très solide, elle n’en reste pas moins fragile et j’ai peur de déchirer des pièces. Une crainte que j’élimine très vite avec la pratique. Le prédécoupage est très bien fait et étudié pour que même des enfants puissent le faire sans rien casser. Cela vaut pour ma progéniture, moi j’ai un peu abîmé deux petits éléments, mais rien de « visible ». Chaque pièce devra être montée et assemblée à d’autres.

Auparavant, je dois plier à bon escient. Sur l’écran de la console s’affichent chaque pli à réaliser, les grandes lignes en premier et les détails ensuite. Il suffit de suivre les instructions à l’écran pour réussir sans se tromper, même pour les manipulations les plus complexes. Au moindre doute, je peux zoomer, dézoomer et même faire tourner la pièce à 360° pour changer mon angle de vision et assurer mes actions. Pourtant, je ne m’en sers presque jamais tellement les instructions sont décortiquées et limpides à mettre en œuvre.

Nintendo réussit là ce que Ikea n’arrive toujours pas faire, rendre simplissime des instructions de montages. Sans oublier que les objets Nintendo Labo sont bien plus complexes dans leurs conceptions qu’un meuble suédois.

Le temps peut être long

Difficile de faire plus simple que Nintendo Labo pour concevoir des objets qui sont de véritable petite prouesse d’ingénierie en carton. À plusieurs reprises, le jeu me propose de me reposer durant le montage… Cela aurait dû me donner la puce à l’oreille. J’ai compté environ 3 heures pour monter le volant, 2 heures pour le sous-marin et plus d’une heure pour le manche d’avion. Ajoutez une petite demi-heure pour la bombe de peinture et cela donne entre 5 à 8 heures pour réaliser l’ensemble. Je veux bien être samedi après-midi, j’ai aussi envie de dîner…

Autre point qui rend les choses longues : la complexité des mécanismes. Je suis le premier étonné de l’ingéniosité de Nintendo pour réaliser un montage de roues crantées, un ressort, une gâchette, le tout en carton. De temps en temps, il faut utiliser des pièces supplémentaires, des bandes réfléchissantes utilisées par la caméra infrarouge des manettes de la Switch. Des bandes antidérapantes ou des élastiques pour la pédale d’accélération ou les leviers du volant sont aussi au menu.

À chaque fin de montage complexe, il m’est demandé de vérifier que la mécanique fonctionne tout en m’expliquant la logique derrière. Pour réussir sans accroc, je me concentre et surtout je coupe l’immonde musique qui accompagne le montage. Impossible de la supporter plus de quelques minutes, sans faire naître en moi des pulsions meurtrières.

Ensuite, il faut rester appuyé sur le bouton « suite » à l’écran pour passer d’une étape à l’autre et c’est lent… Mais lent… En prolongeant la pression, un mode rapide est accessible, mais il reste encore trop lent à mon goût. Pourquoi ne pas simplement appuyer une fois pour passer à l’étape suivante ?

Épuisée par le volant, ma fille m’aide pour le manche d’avion. À six ans, découper le carton sans effort, le plier et ajouter des élastiques l’amuse comme une folle. Elle est même plus assidue qu’avec des Lego. Seul le ressort sera monté par moi et je n’ai quasiment jamais eu à intervenir. J’ai beaucoup aimé découvrir les mécaniques mises en œuvre et surtout les expliquer.

Il ne me reste que la commande de sous-marin et c’est Marc un ami qui vient m’aider tout en prenant l’apéro. Il faut admettre qu’à deux c’est tout aussi amusant et surtout moins fatigant. Le travail en parallèle succède à celui en série et rend la chose bien plus rapide et surtout agréable qu’en solo. Après plus de 5 heures, je peux enfin jouer… Pourquoi avoir attendu d’avoir tout monté ? Pour deux raisons simples, le désir totalement irrationnel et immature de vouloir tout fabriquer le plus vite possible et d’une seule traite. Deuxièmement, l’exploration du jeu en mode ouvert permet de passer d’un véhicule à l’autre !

Des courses, de l’exploration, des épreuves et de la peinture

Maintenant que j’ai tout fabriqué, je me lance dans le mode Jouer. Nintendo nous propose 6 jeux différents qui offrent des expériences ludiques très inégales.

Les Petites Voitures, affiche un petit circuit en 3D avec, comme le nom l’indique, de petits véhicules. Ici, il suffit d’utiliser la pédale d’accélération en carton pour faire avancer le véhicule. Les virages se font automatiquement, pour ne pas sortir du décor la gestion de la pression du pied sur la pédale est primordiale. Un principe simple, des graphismes simplistes et pourtant c’est fun. Je me suis amusé comme un petit fou, jusqu’à ce que je maîtrise parfaitement l’art du freinage. Après cela, l’ennui m’est rapidement venu. Le mode multijoueur pourrait relancer l’intérêt ! Qui refuserait une petite partie rapide pour le fun ? Il faut juste trouver un compagnon de jeu équipé du même Nintendo Labo et qu’il l’apporte chez vous. Cela réduit donc pas mal le champ des possibles.

Le jeu Circuit est très classique, il est censé mettre en avant les talents de pilotage avec en bonus l’usage de petites armes (bombe, coup de poing). C’est vraiment là que je découvre la précision du système. Certes, ce n’est pas un vrai volant en dur, mais l’accéléromètre des manettes rend plutôt bien les mouvements du volant. Dans les grandes vitesses, je me rends compte qu’un petit temps de latence est à maîtriser pour ne pas planter mon véhicule. Comme le premier jeu, une fois maîtrisées les subtilités de conduite, ce sous-MarioKart perd de son intérêt. Même réaction avec le jeu Rallye. Ce dernier est un peu plus fun en offrant de nombreux décors différents et des pistes plus aventureuses. Mais en dehors du fait d’utiliser les essuie-glaces via le les leviers du volant pour enlever la boue de l’écran, les sensations sont proches du jeu Circuit.

Studio peinture est une bonne surprise. Au départ j’étais dubitatif : utiliser la bombe de peinture en carton pour personnaliser mes véhicules… Et pourtant ! La voiture, avion ou sous-marin est affiché en 3D et le faire tourner dans tous les sens est un jeu d’enfant. Il m’est facile de zoomer pour travailler les détails et obtenir une belle voiture noire avec des bandes blanches. Ma fille a opté pour le rose et avec des bandes arc-en-ciel et Marc un beau jaune poussin et une tête de mort. Pour cette dernière, il a utilisé un pochon et la caméra du Joy-Con va le détecter pour appliquer l’image à l’écran. Plutôt bluffant et surtout fun, j’ai tendu mon poing avec le majeur ouvert pour apposer un message diplomatique à Marc suite à ma défaite dans le jeu mini voiture.

Le jeu Aventure est la grosse nouveauté avec l’apparition d’un monde ouvert qui se décompose en 8 zones « gigantesques » selon Nintendo. Nous sommes pourtant loin de la surface offerte par un GTA, mais je ne vais pas faire le difficile, c’est Nintendo et une Switch. Il y’a pourtant un concentré de contenu, avec des zones urbaines, désertiques, des mers, des plages, des montagnes et de beaux terrains boueux. Chaque zone comporte des missions aux niveaux différents pour éviter le piège d’un monde uniquement enfantin.

Par contre, ne rêvez pas, visuellement cela le reste même durant les combats. Car oui, les combats sont au rendez-vous, en lançant des missiles depuis son avion ou utiliser les armes intégrées à la voiture. Pour cela, il suffit d’utiliser les leviers du volant, faire tourner le bouton supérieur pour choisir son arme et valider en enclenchant le levier. Couper un arbre avec une scie géante, attraper des objets ou lancer des bombes, il y’a du choix. Je retire la clef de contact du volant, et l’insère dans le manche d’avion ou le module sous-marin pour changer de véhicule. Mon goût pour l’exploration est donc comblé et de nombreux mini-jeux et épreuves renforcent l’intérêt.


La partie sous-marine est vraiment joliment rendue, une douce poésie aquatique. Le module est rigolo deux minutes, je dois faire tourner des roues mécaniques pour orienter les hélices du sous-marin. Ludique, cela n’offre pas autant de sensation que le manche à balai ou le volant. Encore une fois, seul c’est amusant, mais cela l’est plus à deux, chacun son tour bien entendu.

Combat est le mode qui m’a le plus excité sur le papier. Mais du jeu mini voiture au mode combat, les accessoires en carton sont souvent obligatoires. Cela est très frustrant, car dans certains cas un Joy-Con de plus aurait suffi pour jouer à plusieurs. Cela est donc valable si vous avez des amis équipés ou alors à vous de les motiver à le faire… C’est vraiment ma plus grosse déception. Par contre, la compatibilité avec Mariokart est vraiment la bonne surprise. C’est plus drôle, plus fun et si je joue avec le volant, un ami lui utilisera le guidon de moto de mon premier kit Nintendo Labo pour m’affronter.

Découvrir

Le dernier mode proposé par le Nintendo Lab Joy-Con 03 se concentre sur la découverte. Ainsi, via de nombreux petits jeux, je suis éclairé sur la mécanique des objets, les systèmes de poulies, les élastiques, les engrenages… Mais également la technologie des accéléromètres ou la caméra infrarouge. Le pire c’est que c’est passionnant et expliqué très simplement.



Ma fille a été captivée, de petits jeux ou exercices l’aident à mieux appréhender des concepts complexes. Petit regret, l’absence de voix et toujours cette musique infernale. En tant qu’adulte, j’ai aussi appris des choses ou cela m’a simplement remémoré des connaissances profondément enfouies dans ma mémoire. Il y’a ici une approche transversale entre mécaniques, physique et technologie qui aide à rester captivé. Le support physique comme base aide à mieux appréhender les choses.

Il faut racheter un objet complet par kit

Une fois que j’ai terminé de faire le tour, il a la bonne idée de me proposer de créer, d’imaginer de nouveaux objets en carton. À noter un module qui vous apprend à réparer les pièces en cas d’accident de montage et surtout d’utilisation. Cela tourne beaucoup autour du scotch et oriente vers un site pour acheter de nouvelles planches en carton en cas de besoin. Comptez entre 4 et 35 euros en fonctions du lot de planche.

Raison de plus pour être soigneux, car il faut racheter un objet complet par kit, même si vous n’avez qu’une seule pièce à changer. Sinon, c’est aussi une façon de construire un second volant ou manche d’avion sans racheter la boîte complète.

Faut-il passer à la caisse ?

Le dimanche soir, je suis encore à explorer le monde ouvert en passant des airs aux profondeurs. Je me suis amusé à passer d’avion à voiture en plein vol pour atterrir sur un dirigeable, une tour. La phase de montage est amusante et surtout instructive malgré sa longueur. J’ai aimé la précision des accessoires, ce n’est pas parfait loin de là, mais suffi dans les petits jeux et surtout Mario Kart.

Bilan au bout d’une semaine

J’ai régulièrement sorti le volant pour jouer à Mario Kart et j’apprécie de ne pas être handicapé ni spécialement avantagé dans le jeu. J’ai surtout plus de sensation. Le monde ouvert est plaisant, mais je l’explore par petites sessions pour le plaisir de la balade et expérimenter de nouveaux outils. C’est typiquement le jeu vidéo dont on abuse au départ, mais qui ne sera pas totalement délaissé dans le temps.

Les mini jeux sont fun et rapides à lancer et, surtout, l’ouverture sera peut-être prolongée à d’autres titres. À 54,99 euros, cela fait certes cher du carton, mais n’est pas excessif par rapport à l’expérience proposée. Par contre, les objets prennent de la place et sont difficiles à ranger… Un jouet vidéo fun, qui loin de se limiter aux enfants offre un moment de partage avec ce talent unique qu’à Nintendo à captiver enfants et grand. . Entre adultes, c’est amusant à monter, à tester et surtout jouer. Une petite impression de retourner en enfance qui n’est pas désagréable, loin de là.

Vous pouvez retrouver le Nintendo Labo Kit Véhicules à la Fnac.

Source: Frandroid

Publié le

👍 Youpi, vous pourriez bientôt créer des émojis AR ratés sur vos Samsung Galaxy S8 et Note 8

Les Samsung Galaxy S8 et Note 8 devraient bientôt profiter des AR Emojis permettant de créer un avatar en réalité augmentée. Une option bien drôle tant elle est imparfaite.

En lançant son Galaxy S9, Samsung levait également le voile sur une nouvelle fonctionnalité baptisée « Mon AR Emoji ». Comme son nom l’indique, celle-ci permet de créer un avatar rigolo censé être calqué sur votre visage. À la manière des Animojis d’Apple, le but est de réaliser des photos et des vidéos à caractère humoristique afin de rendre hilares tous vos amis sur les réseaux sociaux.

Mais si cette fonction est bel et bien drôle à utiliser, c’est surtout parce que les résultats obtenus sont vraiment étranges. Déjà, il y a de bonnes chances pour que votre avatar ne vous ressemble pas du tout (voir image en tête de cet article), mais en plus ses expressions faciales trouvent parfaitement leur place dans la vallée dérangeante.

C’est parce qu’elle est un peu ratée que cette fonctionnalité est attachante

Autrement dit, c’est parce qu’elle est un peu ratée que cette fonctionnalité est attachante. Disponible sur le tout récent Samsung Galaxy Note 9, celle-ci n’est toujours pas déployée sur la précédente génération de smartphones haut de gamme du leader de la téléphonie mobile.

Mais cela pourrait changer prochainement. Comme l’a remarqué Android Authority, plusieurs utilisateurs de Galaxy S8 et de Galaxy Note 8 ont signalé sur Reddit qu’ils pouvaient désormais télécharger l’application depuis le magasin Galaxy Apps. Malgré cela, l’immense majorité d’entre eux n’ont pas encore accès à la fonctionnalité.

Seul un possesseur de Galaxy Note 8 disposant de la version 7.6.76 de l’application Caméra et du firmware N950FXXU4CRH5 indique pouvoir en profiter. Tout semble donc indiquer que la fonctionnalité va progressivement se déployer. Reste à savoir quand exactement.

À lire sur FrAndroid : AR Emoji : le Galaxy S9 a ses Animoji, nous les avons testés

Android Authority

Source: Frandroid

Publié le

Le Joujou du Week-End : laissez place à votre créativité

Partons d’un postulat simple : vous aimez comme celui qui écrit ces lignes, aussi bien les robots que les Lego. Une passion que je partage avec ma progéniture, mais rassurez-vous, il est inutile d’être parent en plus pour jouer avec le kit Lego Boost.

Amateur de robots devant l’éternel, je n’ose pas vous décrire ce à quoi peut ressembler ma collection. Quasi l’intégralité des produits Wowwee, je ne parle pas des Sphero Star Wars, du Meccanoïd et même de l’antique Spykee ! Les connaisseurs ont sûrement tilté sur les deux derniers, qu’il faut intégralement monter !

Quoi de plus satisfaisant pour l’estime de soi que de fabriquer de ses mains ? D’où mon amour des Lego qui est tempéré par un manque d’espace et une compagne peu réceptive aux créations en brique. Heureusement que j’ai une petite fille qui les aime autant que moi et me sert de couverture. Je m’applique donc à monter des Lego bien mièvres comme les Friends ou des Disney Princesse, heureusement pour ma santé mentale elle aime les Star Wars !

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Une activité commune plaisante, mais régulièrement elle lorgne en plus sur mes robots. Difficile de lui expliquer que l’on ne joue pas avec les jouets de papa. Je suis donc parti en quête d’un robot qui pourrait plaire à une petite fille. Elle adore les sabres laser, les avions, les motos tout en étant totalement girly avec le rose, les paillettes et les licornes qui vont avec. En général, les robots pour les enfants sont pensés pour plaire surtout aux goûts des garçons.

Comment résister ?

En déambulant avec ma princesse dans un magasin de jouets, nous tombons sur une boîte Lego Boost. La promesse, réaliser des robots différents en Lego et de les programmer. Nous regardons tous les deux la boîte, en plus du classique modèle pseudo humanoïde, nous pouvons réaliser une usine de voiture, une guitare, un véhicule et surtout un petit chat ! Comment résister au regard de Chat Potté de ma fille en le découvrant… sa validation a été plus que rapide…

804 nuances de Lego

En arrivant à la maison, je laisse la petite ouvrir la boîte et sortir les différents sachets. Le temps de préparer un goûter commun, nous voici devant une dizaine de pochettes qui alignent au total 804 pièces. Je commence à la gronder en lui demandant où elle a rangé le manuel réunissant les instructions de montage. Je retourne la pièce, rien. Je continue à pester et en profite pour installer l’appli sur mon iPad. Je découvre en la lançant qu’il n’y a pas de manuel dans la boîte, toutes les indications se trouvent uniquement sur la tablette, ou le smartphone si vous arrivez à l’utiliser sur petit écran… Je dois me confondre en excuses après mes accusations mal venues et promettre de regarder pour la énième fois l’intégrale des Miraculous Saison 1.





Au lancement, je découvre une appli très colorée, épurée malgré un look un peu enfantin. Je laisse princesse naviguer en premier, si elle a besoin d’aide c’est que c’est mal foutu, non ? L’écran d’accueil laisse apparaître une sorte d’atelier où sont affichés les différents modèles à monter. Sans surprise, nous voici lancés dans un montage du Lego minou nommé officiellement Franklin.

Plus besoin de tenir le manuel

L’appli va alors afficher chaque étape très clairement et cela se révèle beaucoup plus lisible que la version papier. Plus besoin de tenir le manuel pour éviter que les pages se tournent tout en cherchant des pièces. Il nous aura fallu environ 3 heures pour terminer le félin de briques.

Une histoire d’algorithme et de dessins

Une fois le chat monté, nous allons enfin pouvoir commencer à lui donner vie. En effet, en plus des centaines de briques, Lego propose des modules inhabituels. Une sorte de HUB qui intègre le processeur central, les moteurs électriques, le Bluetooth, un accéléromètre et une caméra pour la reconnaissance de mouvement ou de couleurs. Que faire avec un robot chaton ? L’interface de l’appli est très attrayante, presque chatoyante.



Nous avons un concept de programmation par objet. Chacun est doté d’une fonction précise, émettre un son, avancer, réagir à un mouvement. Il suffit donc d’aligner les « objets » pour programmer des actions. Ils sont illustrés sous forme de pièces d’un puzzle horizontal. Chaque pièce correspond à un bloc de commande. Un adulte comprend rapidement le concept et un enfant encore plus vite. J’ai donc laissé la petite programmer une série de réactions sans oublier de nombreuses pauses miaulement.

Plaisirs et déception

Ma princesse a adoré le montage et il a fallu gérer son excitation. Même après une heure, elle a gardé son attention. En bon inspecteur des travaux finis, elle tenait à valider chaque organe monté. Elle a été efficace et repéré 5 belles erreurs de ma part. Toujours est-il que plus j’avance, plus elle est impatiente de jouer avec. « C’est mon chaton, il fait ce que je veux », me dira-t-elle après avoir programmé ses premières commandes.

« Mais pourquoi il n’y a pas de son ? » demande ma fille avec une grande tristesse dans la voix. Je me rends alors compte que Lego Boost n’a pas de haut-parleur. Les sons proviennent de la tablette. Le chat devant, le son décalé sur le côté c’est gênant et je ne comprends pas pourquoi ce choix.

Autre point : ayez une tablette haut de gamme, l’appli est lourde et la consommation en énergie est importante. Idem avec le Lego Boost, les 6 piles non fournies se vident en une demi-journée en cas d’usage intensif. Ce qui fait que j’ai dû sortir de chez moi deux fois dans la journée, une première fois après avoir ouvert la boîte et découvert les besoins en énergie et en fin de journée pour prendre du stock.

Des dragons, des Rovers et des Usines

Après deux semaines, ma fille me demande si elle peut avoir un nouveau Lego. Je lui réponds qu’elle en a déjà un, le Lego Boost que l’on peut démonter. Petits grognements, mais, au final, en lui proposant de le démonter le plus vite possible, elle accepte. Il a fallu 3 mois pour tester chacun des robots.

Après le chat, voici Vernie le robot humanoïde sur chenilles. Ses 27 cm de hauteur font bonne figure et il a un petit côté Wall-E irrésistible. De plus, il peut interagir avec votre voix et il affiche des mimiques qui expriment son humeur. La guitare a été la plus décevante, c’est sympa, mais ce n’est pas vraiment un robot. Ma fille a insisté pour monter l’AutoConstructor à la venue de son petit cousin. Il s’agit en fait d’une mini-chaîne de production de voiture Lego. Cela reste limité et pourtant follement amusant.

Après 3 mois je pensais avoir fait le tour, mais que nenni. Lego a eu la bonne idée d’ajouter de nouveau modèle, le véhicule à chenilles d’exploration avec chariot élévateur est une très bonne excuse pour chercher les petits jouets perdus dans une chambre d’enfant par exemple. Le M.T.R.4 (Multi-Tooled Rover LEGO® BOOST) est un gros véhicule à chenilles qui est certes bien fait, mais se révèle un peu moins drôle à mon goût. J’ai gardé le meilleur pour la fin, Stormbringer le dragon ! Très bien foutu, il a une classe folle. En plus de son look, il affiche une démarche reptilienne et sa gueule crache non pas des flammes, mais un petit projectile.

Dans l’absolue nous pouvons créer ce que nous voulons et il est arrivé des après-midi de juste monter des trucs pour programmer des actions, le reste est histoire d’imagination.

Bilan du dimanche soir

Le chat a monopolisé le week-end entier. Après le plaisir du montage vient celui de la programmation et du jeu. J’ai beaucoup aimé la mise en avant de l’algorithme. De plus, ludique et simplissime, un enfant de 6 ans peut presque tout faire seul, mais c’est tout de même plus amusant à plusieurs.

C’est tout de même plus amusant à plusieurs

Un peu excité, je voulais tester dès le dimanche matin d’autres modèles, mais impossible. Veto de ma fille qui exige de garder le chat. Nous avons donc continué à explorer ses possibilités toute la journée, sans nous ennuyer.

Bilan d’un semestre

Lego Boost est ludique, instructif et fun. Reste qu’à 159 euros, il reste un très beau cadeau qui devrait garantir des réactions enthousiastes. La vie d’un Lego est simple, on le monte, on joue, on l’expose et il reste ainsi ou sera démonté pour faire autre chose. Idem ici, avec en plus l’aspect robotique et programmation. Parfois, il sera oublié, mais un regard posé sur lui une journée un peu grise et il donnera envie de jouer avec.

Lego semble assurer un certain suivi à ce produit en proposant régulièrement de nouveaux modèles à monter et de nouvelles « briques » de programmation. Cela est une chose encore trop rare dans le monde du jouet et mérite d’être salué. En attendant la prochaine frénésie robotique, le chaton se repose entre un R2D et un masque de Predator.

Source: Frandroid