Publié le

Lire une vidéo YouTube en arrière-plan ? C’est enfin possible grâce au navigateur Brave

Le navigateur Brave sur Android permet désormais de lire des vidéos YouTube en arrière-plan, sans interruption.

NB : à la lecture de certains commentaires de cet article, il est bon de préciser qu’il existe évidemment diverses autres méthodes pour lancer une vidéo en arrière-plan. Celle décrite ici a simplement le mérite d’être nouvelle, disponible sur le Play Store (pour le moment) et d’être alliée à un navigateur web intéressant.

Article original :

Sur YouTube, les clips musicaux pullulent à foison. Et pour cause, un très grand nombre d’utilisateurs utilisent la plateforme de streaming de Google pour écouter les morceaux de leurs artistes préférés. Le problème sur smartphone, c’est que la lecture des vidéos YouTube est interrompue dès que l’on réduit l’application.

Autrement dit, il est impossible d’utiliser YouTube comme un service de streaming musical tel que Play Musique ou Spotify — sauf si on est abonné à YouTube RED, non disponible en France. Ainsi, si on veut écouter une musique sur YouTube de bout en bout sur son téléphone, il ne faut pas l’exécuter en arrière-plan.

Brave à la rescousse

Et c’est là qu’intervient le navigateur Brave sur Android — créé par l’ancien patron de Mozilla. Ce dernier est surtout connu pour son bloqueur de publicité nativement intégré. Et sa popularité pourrait bien monter en flèche grâce à sa nouvelle fonctionnalité permettant de lire les vidéos YouTube en arrière-plan.



Pour en profiter, c’est extrêmement simple. Après avoir téléchargé Brave, il faut cliquer sur l’icône à trois points en haut à droite, puis aller dans Paramètres > Paramètres du site > Médias > Vidéo en arrière-plan. Vous activez l’option et vous n’avez plus qu’à vous rendre sur le site YouTube et lancer une vidéo.

Une carte vient ainsi se créer dans le panneau de notifications de votre téléphone et depuis celle-ci vous pouvez mettre la vidéo sur pause, sans avoir à retourner sur le navigateur. Pratique, non ?

Notons toutefois qu’avec cette nouveauté, le navigateur Brave pourrait perdre sa place sur le Google Play Store. L’application va en effet à l’encontre d’une règle imposée par Google et la firme de Mountain View pourrait donc sévir.

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Reddit

Source: Frandroid

Publié le

Spotify, leader fragile du streaming musical ?

Spotify règne en maître sur le streaming musical, au moins en nombre d’abonnés. Mais cette position de leader n’est pas si solide qu’on pourrait le penser et Amazon ou Apple inquiètent par leur position dominante.

Une concurrence qui fait des victimes

Le streaming musical est l’avenir de l’industrie du disque, c’est un fait. Même Apple s’apprêterait à amorcer une transition vers le tout streaming en abandonnant, d’ici fin 2019, les téléchargements payants sur iTunes. C’est aussi un marché où les acteurs sont nombreux, et pour la plupart beaucoup plus fragiles qu’on ne le pense. On apprend la fin possible de Tidal, le service racheté par Jay Z. Le mari de Beyoncé avait su fédérer autour de lui de nombreux artistes persuadés qu’une offre qui leur garantirait une meilleure rémunération ferait suivre leur public grâce à des exclusivités. Perdu : Tidal aurait moins de 6 mois de réserves de cash avant de mettre la clé sous la porte.

On a également vu récemment la fin d’offres telles que Microsoft Groove Music. Pas plus motivé que ça pour soutenir son offre, pourtant parmi les pionniers du genre (souvenez vous, le Zune Pass…), Microsoft a jeté l’éponge et passé le témoin à Spotify. Le suédois est actuellement le leader de la catégorie, et de très loin. Avec plus de 140 millions d’utilisateurs, dont 60 millions d’abonnements payants, Spotify bénéficie d’une avance considérable sur Apple Music, les autres ne se partageant que les miettes.

Il est toutefois intéressant de constater que cette position de leader est loin d’être aussi stable qu’elle en a l’air. La réussite de Spotify est remarquable. En 10 ans, le service a su s’imposer sur de multiples plateformes : smartphones, tablettes, consoles de jeu, TV, amplis et enceintes connectées. Plus récemment, il a su innover avec des playlists personnalisées impressionnantes par leur pertinence. Qu’est-ce qui peut bien clocher alors ?

Spotify face aux mastodontes Apple et Amazon

En soi rien. Juste le fait qu’en face, les concurrents restants s’appellent Amazon, Apple et Google. En deux ans d’existence, Apple Music a réussi à générer 30 millions d’abonnés. Ce n’est que la moitié des utilisateurs payants de Spotify, mais Apple Music a su partir du bon pied avec des débuts gratuits et naturellement une intégration sans pareil à iOS et MacOS. Quel que soit l’appareil Apple que l’on utilise, Apple Music est juste au bout de l’icône Musique ou iTunes. Et pour une entreprise comme Apple ou Amazon, un service de streaming musical n’est qu’un rouage dans une offre matérielle ou de services. Pour Spotify, c’est absolument tout.

Le cas de Google, pris entre son Play Music et une refonte à venir de YouTube, est un peu plus flou, mais là encore, on a une entreprise qui commercialise un service de streaming au sein d’une offre plus globale, qui inclut également du matériel. Les enceintes Google Home n’excluent pas Spotify, au contraire, Google l’utilise même dans certaines démos. Ça ne les empêchera évidemment pas de mettre davantage en avant le nouveau YouTube « remix ».

Et c’est là le danger pour un service d’excellente qualité, mais qui n’a pas grand-chose d’autre à offrir que des fonctionnalités qui ne se démarquent pas franchement de la concurrence. Je continue à penser que les playlists personnalisées de Spotify sont de loin les plus pertinentes et correspondant le mieux à mes goûts parmi les services que j’ai pu tester. Mais combien de temps avant qu’Amazon ou Apple, qui n’ont sans doute pas dit leur dernier mot en matière d’exploitation de données, ne s’alignent ? Le récent rachat de Shazam par Apple pourrait aller dans ce sens. Il faudra sans doute plus qu’une refonte légère de l’interface.

L’Union européenne appelée à la rescousse

C’est sans doute la raison qui pousse Spotify à aller frapper à la porte de l’Union européenne. Selon Digital Music News et le Financial Times, après avoir fondé une alliance avec Deezer et Soundcloud, le suédois a fait part de ses inquiétudes dans une lettre à Jean-Claude Juncker. Car si Spotify est présent sur iOS, il doit pour cela reverser 30 % des revenus générés par les abonnements depuis l’App Store. Ceci est un exemple cité par l’alliance dans sa lettre. Et derrière Spotify, confortablement assis sur sa place de leader malgré tout, il faut aussi voir les plus petits, les Qobuz, Deezer ou Soundcloud, plus directement affectés par cette concurrence acharnée. Ou Tidal qui, quoique l’on pense de son propriétaire, a le mérite de militer pour un streaming haute résolution.

Source: Frandroid

Publié le

Spotify : voici à quoi ressemble la nouvelle interface (pour certains)

Spotify teste actuellement une nouvelle interface Android, plus simple et plus claire. Un utilisateur a partagé des screenshots afin de montrer à quoi ressemble cette nouvelle version de l’application.

De plus en plus, les services de streaming remplacent le stockage de musique en local, et parmi les noms les plus connus, on retrouve Spotify, qui malgré son succès propose une interface assez austère et n’ayant que peu changé ces dernières années. Mais voilà qu’une refonte esthétique commence à se profiler.

Certains utilisateurs peuvent d’ores et déjà profiter d’une nouvelle interface sur Spotify, activée du côté serveur, laissant penser qu’il s’agit encore d’un test et que d’autres modifications pourraient avoir lieu d’ici à ce qu’elle soit déployée à plus grande échelle.

Plus claire et plus simple

Spotify semble vouloir simplifier son interface avec notamment un passage à trois onglets seulement : Playlists, Accueil et Recherche. Ce dernier onglet se veut par ailleurs plus complet en proposant directement des raccourcis par thèmes. Le reste de l’interface est globalement plus épuré, depuis l’écran de lecture avec la pochette de l’album qui recouvre désormais la totalité de l’écran, à l’écran des playlists moins encombré (et donc a priori plus long à faire défiler).








Spotify semble donc prendre la route de la simplicité pour rendre son application plus accessible et faciliter les usages au quotidien, même si certains éléments pourraient être mieux pensés encore. Il existe toujours une chance toutefois pour que cette interface soit encore revue d’ici à son déploiement à grande échelle, voire totalement repensée.



Spotify Music



Spotify Ltd.

sur l’App Store | Télécharger
Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

+LumiqCreative

Source: Frandroid

Publié le

Facebook Messenger propose d’enrichir vos vidéos avec des stickers 3D

Facebook Messenger lance World Effects, une fonctionnalité qui permet d’ajouter des objets en 3D dans les vidéos que l’on filme et d’interagir avec. Le service de messagerie instantanée ressemble encore plus à Snapchat.

Le goût pour le kitsch est toujours plus prononcé sur les services de messagerie instantanée. Snapchat a lancé la mode avec ses filtres et ses stickers excentriques qui permettent de personnaliser les photos et les vidéos. Les autres acteurs du marché ont suivi la tendance. Et par « autres acteurs du marché », j’entends essentiellement Facebook Messenger qui n’hésite pas à copier les fonctionnalités de son concurrent.

Rien d’étonnant donc à ce que Facebook Messenger lance World Effects. Il s’agit d’une technologie permettant d’ajouter des éléments en 3D dans les vidéos prises avec la caméra native de l’application, que ce soit sur le décor ou autour des personnes filmées. Et il est possible d’interagir avec ces objets.

(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = ‘https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v2.11’; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

World Effects

Messaging is more visual than ever, and features like photos, videos, emojis, stickers and GIFs make Messenger the best place for expressing yourself however you want. And with recent improvements – like the ability to send high resolution photos in Messenger – awesome visual messaging has a home in Messenger. It's been almost exactly a year since we introduced the powerful, native camera for Messenger and given that momentous timing, we're excited to introduce today a new feature for visual messaging — World Effects. World Effects technology enables you to drop 3D objects into your surroundings to capture and share fun moments with your family and friends. For example, add a 3D heart floating over someone's head and then try panning your phone's camera from side to side. Or use an arrow to point to an exact object or location in a panorama so your friend knows what you're referring to. Or better yet, add a new fun, celebratory robot to an otherwise every-day setting and spice things up a bit. (Hint: be sure to try the robot out with your phone's volume turned up – the robot plays three different kinds of music!)We're launching a handful of World Effects to people around the world. In addition to the heart, arrow and robot, you can also try playing around with a unicorn plus word bubbles, like “love,” “bae,” “heart” and “miss you.” To add a World Effect, open the Messenger Camera (from your inbox or from inside an existing conversation by tapping the camera icon), and then scroll to choose from the camera effects. Pick an effect and then tap to add it to your image. We hope you enjoy using these early versions of World Effects in Messenger to bring joy and delight to your communications, especially during this holiday time of year as we re-connect with friends and family and maybe even make new connections. As always, let us know what you think!

Publié par Messenger sur mardi 12 décembre 2017

Dans un post, les équipes de Messenger expliquent par exemple qu’on peut poser un cœur en 3D sur la tête d’une personne et bouger avec. « Ou utiliser une flèche pour pointer un objet ou endroit précis dans le panorama afin que votre ami sache ce que vous désignez », peut-on lire.

D’autres possibilités sont également citées comme le fait d’ajouter un robot qui danse (sur trois musiques différentes), ou une licorne avec des bulles de texte disant des mots doux. Pour profiter de ces effets de personnalisation, il faut ouvrir la caméra et simplement scroller parmi les effets proposés. Cette nouveauté est en cours de déploiement sur l’application pour l’ensemble des utilisateurs.

Copie de Snapchat

World Effects de Messenger fait forcément penser à World Lenses que Snapchat a lancé il y a quelques mois — même le nom est similaire. Les deux technologies permettent d’ajouter des éléments en réalité augmentée dans les vidéos.

À lire sur FrAndroid : Snapchat lance World Lenses, des filtres à appliquer sur le monde qui vous entoure

Facebook Messenger

Source: Frandroid

Publié le

Google Assistant se déploie officiellement sur les smartphones un peu plus vieux

À l’origine, Google Assistant n’était disponible que sur les Google Pixel. Puis, il s’est déployé sur tous les smartphones à partir d’Android 6.0 Marshmallow. Désormais, il prend aussi d’assaut les smartphones sous Android 5.0 Lollipop, et les tablettes sous Marshmallow.

Le nerf de la guerre sur le marché des smartphones est devenu l’intelligence artificielle. Depuis que Google a lancé Google Assistant, son nouvel assistant vocal et intelligent, tous les constructeurs essaient de se placer sur ce terrain.

Difficile toutefois de faire mieux que le premier présent. Alors que Samsung n’a toujours pas sorti Bixby en français, Google déploie son Assistant sur toujours plus de smartphones dès maintenant.

Google Assistant est compatible Android 5.0 Lollipop

A l’origine uniquement disponible sur les Pixel et Pixel XL, il a par la suite été déployé sur tous les smartphones disposant d’Android 6.0 Marshmallow au minimum. Désormais, les smartphones sous Android 5.0 Lollipop rejoignent la grande famille.

Ce n’est pas tout : les tablettes sous Android 6.0 Marshmallow sont également concernées désormais. Pas besoin d’installer une mise à jour sur votre téléphone, puisque le changement se fait du côté serveur chez Google. Si vous disposez déjà de Google Now, il vous suffit juste d’attendre qu’il se transforme en Google Assistant naturellement.

Un déploiement progressif

Pour le moment, seules les personnes utilisant la langue anglaise sur leur smartphone peuvent l’utiliser. Toutefois, il ne s’agit-là que d’un premier pas vers un déploiement plus massif.

À noter que les tablettes ne pourront pas utiliser la phrase « OK Google », et ne peuvent pas utiliser Google Express (un service de livraison indisponible en France).

À lire sur FrAndroid : OK Google : la liste des commandes vocales sous Android

VentureBeat

Source: Frandroid

Publié le

Google Maps Go, le GPS connu de tous a sa version ultra légère

Ca y est, Google commence à déployer ses applications Android GO à destination des petites configurations. Après YouTube Go et Files Go, c’est au tour de Google Maps Go de devenir disponible aujourd’hui, en version allégée.

De nombreux marchés clefs sur le secteur du mobile deviennent de plus en plus saturés, comme c’est progressivement le cas des Etats-unis ou encore de l’Europe de l’Ouest. Il est tout naturel donc que les constructeurs et développeurs se tournent vers les pays en voie de développement.

Ils représentent après tout la future opportunité de croissance du marché. C’est pourquoi Google a sorti Android Oreo (Go Edition), une version allégée de son OS à destination des petites configurations, ainsi qu’une suite d’applications allégées appelées « Android Go ».

Google Maps Go est disponible, plus ou moins

Après YouTube Go, Files Go et j’en passe, il est temps d’accueillir Google Maps Go qui est désormais officiellement disponible sur le Play Store. Mais comme beaucoup de ces applications, celle-ci n’est pas officiellement compatible avec nos téléphones français pour le moment.

Toutefois, du fait qu’il s’agisse d’une application reposant avant tout sur le web (une « Progressive Web Apps »), vous pouvez quand même en profiter… dans votre navigateur ! Il vous suffit de consulter ce lien pour activer l »interface simplifiée. Si celui-ci ouvre la page Play Store de l’application, restez appuyé sur lui et copiez-le manuellement dans votre navigateur web.

Le service reste bien complet

Ce qui est étonnant avec ce mode simplifié, c’est que le service reste tout de même très complet. On y retrouve toujours la navigation en voiture, transports en commun ou à pieds, tout autant que la recherche environnante et le partage de position.

En somme, tout y est ! Mais l’application se lançant à partir du web, elle demande nécessairement moins de puissance à votre téléphone… mais un peu plus de data. Peut-être faudra-t-il faire appel à Datally du même temps ?

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Android Police

Source: Frandroid

Publié le

Rachat de Shazam : les applications alternatives de reconnaissance musicale

Le populaire service dédié à l’identification des titres de musiques vient d’être racheté par le géant Apple. Quelles sont les solutions similaires pour les allergiques aux pommes croquées ?

Le deal a été révélé il y a quelques jours et s’est rapidement concrétisé : Apple a négocié l’acquisition de Shazam, affaire officiellement confirmée ce lundi par les responsables des deux entreprises. Ce rapprochement logique à l’heure des appareils connectés et surtout des assistants intelligents devrait être très profitable pour la firme de Cupertino. Mais cela risque de ne pas plaire à tous les utilisateurs du service, surtout ceux qui tiennent à éviter les produits de la pomme.

Nous avons donc répertorié ci-dessous une sélection des principaux clients Android proposant des fonctionnalités similaires à Shazam.

Musixmatch

L’application de reconnaissance musicale incontournable. Elle permet de trouver la musique lue, mais aussi les paroles/traductions associées aux chansons, avec une intégration en superposition flottante très pratique. L’app propose un widget et fonctionne également sur montres connectées. Malheureusement, les pubs sont plutôt invasives dans la version gratuite, l’accès aux notifications obligatoires pour le bon fonctionnement. L’abonnement Musixmatch Premium active le mode hors-ligne et permet de s’affranchir des désagréments publicitaires. Enfin, il est possible de diffuser les paroles en affichage déporté via Chromecast.





sur l’App Store | Télécharger
Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

SoundHound

L’un des services les plus anciens et les plus fonctionnels dans la reconnaissance musicale. Il est aussi possible de retrouver les paroles des titres joués. L’application dispose d’un widget, d’un affichage synchronisé des clips vidéos et des paroles ainsi que de l’enregistrement des recherches précédemment effectuées. La version payante en achat définitif (SoundHound∞) supprime les pubs.




sur l’App Store | Télécharger
Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

7,99 € sur l’App Store | Télécharger
Télécharger pour 5,49 € sur Google Play | Télécharger

Genius

Principalement dédié aux textes des chansons, Genius propose un catalogue avec des anecdotes et autres annotations intéressantes pour en savoir plus et comprendre la musique que vous écoutez. L’appli affiche instantanément une notification lorsqu’un morceau est lu via les principaux lecteurs de musique et dispose aussi d’une fonction de reconnaissance audio. Bien que rassemblant beaucoup d’informations pertinentes autour de la musique, l’app n’a pas de défilement synchronisé des paroles ni de widget, l’affichage du clip vidéo plante assez souvent, et les pubs ont tendance à popper en pleine écoute. Notons l’intégration limitée dans Spotify sur certains titres.







Genius: Paroles & Musique



Genius Media Group, Inc.

sur l’App Store | Télécharger
Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Paroles Mania

Sans doute l’application la plus complète. Paroles Mania dispose d’un lecteur intégré permettant d’écouter les titres stockés localement et même de télécharger les paroles de toute la bibliothèque musicale pour les afficher sans se connecter au réseau. Il y a également des widgets et un support des montres connectées. L’accès aux notifications est requis pour la reconnaissance et les suggestions automatiques des chansons lues sur l’appareil. Quant aux pubs, elles sont hélas trop nombreuses et assez vicieuses (affichage plein écran avec une croix placée sous la barre d’état), un abonnement payant est proposé pour les masquer. Le système de participation communautaire récompense les membres avec des points (en contribuant par exemple à la traduction des paroles), mais il n’est pas précisé ce que cela peut rapporter. Enfin, il est possible de partager rapidement des extraits de paroles sur les réseaux sociaux via des cartes préformatées, à la manière des Lyrics Cards de Musixmatch.




sur l’App Store | Télécharger
Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Google Assistant

Simple comme bonjour, l’application du géant américain propose un accès rapide à l’information. Elle intègre également l’assistant Google, qu’il suffit d’interroger pour obtenir une réponse sur la musique actuellement jouée. Pour l’invoquer, l’utilisateur peut passer par le widget ou par un appui prolongé sur le bouton home. La carte affichée retourne des informations basiques et divers raccourcis d’applications pour écouter le morceau en question, voir le clip ou effectuer une recherche approfondie. La fonction est certes limitée, mais elle a le bénéfice d’être simple, gratuite et native.



Google



Google LLC

sur l’App Store | Télécharger
Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Les autres alternatives

Derrière ces noms connus de tous, d’autres services musicaux moins populaires sont disponibles et méritent le détour.

Source: Frandroid

Publié le

Twitter : comment publier plusieurs messages « à dérouler » en une seule fois

Twitter déploie un bouton permettant de publier une suite de plusieurs messages (un thread) de manière instantanée. Voici comment procéder.

Ces derniers temps, Twitter connaît de profondes transformations. Le réseau social a déjà revu son ADN même en repoussant la limite de 140 caractères par message à 280 signes. Désormais, la plateforme permet également de publier une série de posts à la suite les uns des autres en même temps.

Ces fameuses suites de messages sont généralement appelées des « threads ». On y a recours quand un seul message ne suffit pas à exprimer tout ce qu’on a envie de dire. Jusqu’ici, il fallait alors publier le premier message, puis répondre à celui-ci et publier et répéter la manœuvre autant de fois que nécessaire. Autrement dit, on postait chaque message un par un.

Twitter a donc modifié cela en proposant une nouvelle interface permettant d’écrire tous les messages du thread avant de publier celui-ci.

Comment ça marche ?

La fonctionnalité est extrêmement simple. À côté du bouton « Tweeter » en bas à droite, apparaît une icône qui prend la forme d’un +. Une fois que vous avez écrit votre premier message, vous n’avez qu’à cliquer dessus pour créer un deuxième champ de texte et poursuivre votre thread. Répétez l’opération jusqu’à ce que vous ayez enfin dit tout ce que vous aviez sur la conscience. Vous pouvez dès lors appuyer sur « Tout tweeter ».

Ces trois messages à la suite peuvent être publiés d’un seul coup.

Si, après publication, vous souhaitez ajouter un nouveau message, il suffit simplement de cliquer sur « ajouter un autre tweet ». Pour plus de clarté, un bouton « Voir la discussion » permet aussi d’afficher la totalité du thread.


Ainsi, vous pouvez obtenir un joli thread comme celui ci-dessous (il faut cliquer dessus pour le dérouler sur Twitter).

Quid de l’application mobile ?

Sur la version desktop de Twitter, le fameux bouton + apparait déjà. Sur l’application mobile, le déploiement est actuellement en cours et pourrait prendre plusieurs semaines. Quand il arrivera sur votre smartphone, il apparaîtra à droite, dans la barre située entre les messages écrits et le clavier.

À lire sur FrAndroid : Donald Trump privé de Twitter par un employé sur le départ

Source: Frandroid

Publié le

Tidal n’aurait plus que 6 mois à vivre, Jay-Z va-t-il abandonner son poulain ?

Tidal est le service de streaming musical lancé par Jay-Z, qui voulait vaincre Spotify et Apple Music en se lançant à grand renfort de stars. Il semble que l’opération est loin d’avoir marché : l’application n’aurait plus que 6 mois à vivre.

De nos jours, rares sont les personnes à acheter physiquement leur musique. Ni même l’acheter tout court : les services de streaming musical, à abonnement mensuel pour un accès illimité à leur bibliothèque, sont devenus la norme.

Mais leur position est souvent décriée par les artistes. On se souvient de l’affaire entre Spotify et Taylor Swift, qui a longuement boycotté la plateforme. Tidal était lancé dans ce contexte par Jay-Z et une foultitude de stars, et mettait en avant le respect des artistes.

sur l’App Store | Télécharger
Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Tidal a la dalle

Toutefois, le service n’a pas réussi à convaincre malgré une option intéressante : la possibilité d’écouter sa musique sans compression, option indispensable pour les audiophiles. Nous apprenons par le biais du site norvégien Dagens Naeringsliv qu’il n’aurait assez de cash en réserve que pour tenir encore 6 mois désormais. L’entreprise pourrait donc fermer ses portes si Jay-Z ne met pas la main à la poche et ne trouve aucun moyen de relancer les affaires.

Tidal n’aurait donc pas réussi à convertir les utilisateurs, malgré les grands noms rattachés au projet. L’opérateur américain Sprint, qui a investi à hauteur de 33 % dans l’entreprise, n’aura pas réussi à le sauver.

À lire sur FrAndroid : Streaming musical : quel service choisir (Spotify, Deezer, Play Musique, Apple Music, Amazon Music…) ?

Engadget

Source: Frandroid

Publié le

Facebook « détruit la trame de notre société », culpabilise un ancien responsable

Chamath Palihapitiya, qui a rejoint Facebook en 2007 en tant que vice-président de la croissance utilisateur, s’est exprimé au Stanford Graduate School for Business. Et l’homme semble avoir des regrets, puisqu’il exprime avoir « détruit la fabrique de notre société » et recommande de quitter les réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux ont changé la manière dont nous voyons notre place dans le monde et dont nous envisageons nos relations sociales. C’est un fait, et Facebook a été l’un des pionniers pour cela.

Pourtant, la place du numéro 1 des réseaux sociaux ne lui est pas acquise. Chaque jour, de nouvelles fonctionnalités sont testées au sein de Facebook afin que le géant puisse la conserver. Mais son fonctionnement en lui-même est souvent pointé du doigt, parfois par des personnalités que l’on n’attendait pas.

Chamath Palihapitiya exprime sa culpabilité concernant Facebook

Vous ne connaissez probablement pas Chamath Palihapitiya. Mais lui vous connait : ayant rejoint Facebook en 2007 en tant que vice-président de la croissance utilisateur, l’homme a fait en sorte que vous finissiez par vous inscrire sur le réseau et que vous y restiez le plus longtemps possible.

Invité de la Stanford Graduate School of Business, il a toutefois exprimé une « forte culpabilité » sur ses actions au sein de l’entreprise. Plus généralement, il accuse désormais les réseaux sociaux en général en déclarant :

« Je pense que nous avons créé des outils qui détruisent le tissu social du fonctionnement de notre société« . Une phrase forte, qu’il fait suivre d’un conseil aux étudiants : déconnectez-vous de vos réseaux sociaux.

Un système de récompense nocif

C’est avant tout le système de récompense mis en place par Facebook, et plus généralement les réseaux sociaux, que l’homme pointe du doigt. De la poudre aux yeux selon lui :

« Les retours éphémères basés sur la dopamine que nous avons créés détruisent notre société. […] Pas de discours civils, pas de coopération ; désinformation, fausses vérités. Et ce n’est pas un problème américain, ce n’est pas à propos des publicités russes. C’est un problème global. »

Deux sources de malaise

Chamath Palihapitiya s’inquiète particulièrement de l’influence de ces mécaniques sur deux plans. D’abord, celui de la perception de sa propre valeur : ce système poussant à chercher constamment le prochain post à succès, il tend aussi à faire croire aux utilisateurs qu’ils n’ont de valeur que dans leur popularité éphémère.

Le deuxième plan est plus politique et concerne les mouvements de masse. Pour en parler, il cite l’exemple d’un incident en Inde où une fausse information sur des kidnappings a mené à une chasse à l’homme organisée sur le réseau et qui aura conduit au lynchage de sept personnes innocentes ; une influence qu’il déplore.

Tout n’est pas noir

Bien évidemment, Facebook et les réseaux sociaux en général ont aussi leurs influences positives sur le monde, ce que Chamath Palihapitiya reconnaît. Il déclare lui-même croire que Facebook offre majoritairement du positif à travers le monde.

Aussi, s’ils devaient être embauchés, il enjoint les étudiants à ne pas refuser pour des raisons morales et « prendre l’argent, puisqu’il sera fait quoi qu’il arrive ». Dès lors, ils pourront l’utiliser par la suite pour lutter pour un meilleur avenir.

Mais l’homme n’utilisera plus Facebook. Ses enfants ne sont pas non plus autorisés à l’utiliser. Et s’il assume son rôle dans ce cercle, il admet sa culpabilité désormais. Il rejoint ainsi Sean Parker, un des premiers investisseurs de Facebook, qui a lui aussi exprimé son regret concernant l’impact des réseaux sociaux sur les mentalités.

The Verge

Source: Frandroid