Publié le

L’app de la semaine : j’ai passé plus de 2400 heures de ma vie à regarder des séries et je suis content de le savoir

Si comme moi, vous êtes un véritable sérievore, alors vous vous perdez parfois entre ce que vous avez déjà vu, ce qu’il vous reste à voir, ce que vous voulez revoir et ce que vous aimeriez bien voir. Heureusement, j’ai découvert il y a quelques années une app parfaite pour savoir où j’en suis dans mes séries.

Comme bon nombre de mes collègues, je suis un gros consommateur de séries : The Good Place, Sabrina, The Haunting, House of Cards, American Horror Story… C’est un sujet de conversation récurrent, et il nous arrive même de regarder certains épisodes ensemble. Mais à l’heure où l’on ne sait plus où donner de la tête entre la télévision, la vidéo et les plates-formes de streaming, on peut parfois s’y perdre.


Un ami m’a alors conseillé d’utiliser l’application TV Time (anciennement TV Show Time), qui me sert de journal de bord de sériephile. On peut non seulement consigner chaque épisode visionné, le noter, lui attribuer une « émotion » pour exprimer ce qu’il nous a fait ressentir, mais on a également accès à un calendrier complet qui nous informe des prochaines diffusions des séries que l’on suit. Grâce à TV Time, on est donc sûr de ne rien rater, et l’app recommande même de nouveaux programmes en fonction de nos goûts.



TV Time



Toze Labs

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Mais ce n’est pas tout : comme vous l’avez remarqué lorsque je vous ai parlé de mon application BG Stats pour les jeux de plateau, j’aime bien les statistiques, les graphiques et les pourcentages. On retrouve ce système ici pour les séries, avec le temps de visionnage total qui va vous faire froid dans le dos, mais aussi le type de séries que vous préférez, et même des petits quiz pour vérifier que vous avez tout bien compris.


Suivant les séries que vous suivez, TV Time vous propose également des articles et des podcasts susceptibles de vous intéresser, et vous pouvez bien sûr vous connecter à vos amis. L’application vient en plus de se refaire une beauté, et elle est gratuite : aucune raison de ne pas craquer !

Source: Frandroid

Publié le

Face ID, lecteur d’empreintes, scanner d’iris : comment votre smartphone se protège… et vous protège

Nos smartphones contiennent nombre d’informations sur notre vie personnelle qu’il est important de protéger. Pour cela, les smartphones utilisent diverses technologies dites biométriques pour s’assurer que la personne qui déverrouille l’appareil est bien son propriétaire. Faisons le point sur la reconnaissance faciale, le scanner d’iris et le lecteur d’empreintes.

Paramétrage du scanner d’iris

Certains se rappelleront qu’à l’époque, pour déverrouiller son téléphone, il fallait appuyer sur le bouton principal juste en dessous de l’écran puis sur # (ou une combinaison similaire). Cette astuce servait bien plus à éviter d’allumer le téléphone par erreur dans sa poche qu’à vraiment le protéger. Mais les choses ont changé, les téléphones ont évolué.

Pour une meilleure sécurité, nos appareils ont commencé à se protéger par des mots de passe et des codes secrets, mais cette période a surtout précédé l’avènement des solutions biométriques telles que les lecteurs d’empreintes digitales, les reconnaissances faciales 3D ou encore les scanners d’iris.

Le terme « biométrique » ne parle peut-être pas à tout le monde. Dans ce dossier, nous allons revenir sur ce qu’il signifie et expliquer le fonctionnement des diverses technologies qui protègent votre smartphone afin de mieux comprendre pourquoi elles sont plus sûres et fiables.

La biométrie, c’est quoi ?

Si l’on ne se fie qu’à l’étymologie du mot, la biométrie consiste à mesurer ce qui est vivant. Mes lecteurs et lectrices avisés mesureront sans doute le caractère très abstrait de cette définition un chouia trop sommaire. Ce qu’il faut comprendre, c’est que les capteurs biométriques embarqués par nos smartphones analysent des traits physiques uniques à chaque être humain.

Vos empreintes digitales ont très peu de chance de ressembler à celles d’une autre personne. La forme de votre visage n’est pas la même que celles des milliards de personnes qui cohabitent avec vous sur Terre. Vos yeux aussi sont uniques et ce n’est pas une mièvrerie pour vous séduire. Ces données physiques permettent aujourd’hui à un smartphone de savoir s’il est déverrouillé par son vrai possesseur. Et si c’est une tierce personne — éventuellement mal intentionnée — qui tente d’accéder aux contenus de l’appareil, ce dernier ne s’ouvrira pas. Voilà pour la théorie.

Maintenant, passons au petit tour d’horizon des différentes techniques biométriques embarquées par nos smartphones.

Lecteur d’empreintes : de l’optique à l’ultrasonique

Le lecteur d’empreintes digitales, autrefois réservé aux modèles haut de gamme, est rapidement devenu la solution biométrique la plus répandue sur nos smartphones. Au point d’équiper des appareils de moins de 200 euros. Apposé jusqu’ici à l’avant, à l’arrière ou sur la tranche du téléphone, le lecteur d’empreintes vient progressivement se loger sous l’écran comme on a pu le voir sur le OnePlus 6T, le Huawei Mate 20 Pro et bientôt, selon toute vraisemblance, sur le Samsung Galaxy S10.

Or, il faut savoir que la grande majorité des lecteurs d’empreintes utilisés aujourd’hui sont optiques. Le fonctionnement de ces derniers est assez simple : ils enregistrent une simple image de votre empreinte. Quand vous déverrouillez votre smartphone, ce dernier se contente de comparer votre doigt à l’image qu’il a sauvegardé. La méthode fonctionne très bien, mais elle n’est pas aussi sûre qu’une technologie plus avancée : les lecteurs d’empreintes ultrasoniques.

Le capteur d’empreintes sous l’écran du OnePlus 6T

Cette solution est en effet plus sûre… mais elle n’est pas encore totalement aboutie. Quoique… Qualcomm a récemment présenté son lecteur d’empreintes ultrasonique 3D Sonic Sensor que l’on a de fortes chances de retrouver sous l’écran du Galaxy S10. En 2015, le géant américain présentait déjà un capteur similaire baptisé Sense ID. Les solutions ultrasoniques ont l’avantage non seulement de fonctionner avec les doigts humides ou gras, mais aussi d’assurer un plus haut niveau de sécurité.

Pourquoi ? Tout simplement parce que ce genre de lecteur émet des ondes sonores à haute fréquence (comme un sonar). Lesdites ondes se réverbèrent sur le doigt de l’utilisateur et permettent ainsi au téléphone de dresser une carte détaillée de votre doigt, presque comme une sorte d’échographie. Ce support est donc beaucoup plus précis et bien plus difficile à berner qu’une image classique.

Les futurs terminaux haut de gamme ne devraient pas tarder à adopter massivement les lecteurs d’empreintes ultrasoniques, sauf peut-être ceux qui préféreront tout miser sur la reconnaissance faciale.

Reconnaissance faciale : deux écoles

Avec l’iPhone X, Apple a fait deux choses assez marquantes. D’une part, il s’est débarrassé du lecteur d’empreintes, de l’autre, il l’a remplacé par un système de reconnaissance faciale 3D qu’il a appelé Face ID. La mention « 3D » est importante à prendre en compte ici. Le téléphone modélise en effet le visage afin de s’appuyer sur une maquette bien plus précise qu’une simple photo.

Pour cela, Face ID utilise évidemment le capteur photo frontal, mais à cela s’ajoute : le capteur de luminosité ambiante, une caméra, un illuminateur infrarouge et un projecteur de points. À ce propos, sachez que la reconnaissance faciale 3D d’Apple projette environ 30 000 points sur le visage et fonctionne même la nuit. Et vous l’aurez compris, plus ce nombre est grand, plus la solution est fiable et précise. Toujours aussi éclairés qu’au début de la lecture de cet article, vous noterez que cette technologie requiert de multiplier les capteurs à l’avant. C’est en partie ce qui a engendré l’énorme encoche sur le front de l’iPhone X.

Lien YouTube

Plusieurs téléphones se sont empressés de copier ce design controversé créant ainsi un effet de mode qui a duré toute une année. Parmi ces derniers, on trouve tout de même quelques appareils ayant adoptés l’encoche moins par imitation que par réelle volonté de proposer, eux aussi, une reconnaissance faciale 3D sécurisée fonctionnant également dans les environnements obscurs. On pense au Xiaomi Mi 8 Explorer ou au Huawei Mate 20 Pro qui souffre tous les deux d’un notch relativement imposant. Nous devons également mentionner l’ingénieux Oppo Find X qui a su embarquer cette technologie sans souffrir de l’encoche.

Les solutions de reconnaissance faciale 3D coûtent cher à implémenter. Mais par confort d’utilisation, un très grand nombre de constructeurs Android fournissent une reconnaissance faciale basique ne reposant que sur une image en 2D du visage de l’utilisateur. Cette technique permet de profiter de cette fonctionnalité même sur des appareils moins onéreux. Nous vous recommandons tout de même de rester prudents.

La reconnaissance faciale de l’Oppo Find X

D’autant plus que même la reconnaissance faciale 3D n’est pas encore infaillible, comme l’ont déjà prouvé Apple et Huawei.

Scanner d’iris

L’iris est une membrane qui compose nos yeux. Elle se contracte dans un environnement lumineux et se dilate dans les lieux sombres ou la nuit. C’est simple : il s’agit de toute la partie colorée qui entoure la pupille — le rond noir en son centre. Or toutes les petites lignes qui composent l’iris diffèrent d’un humain à l’autre et Samsung a misé essentiellement sur ce fait pour concevoir la sécurité biométrique de ses smartphones. En guise d’exemple, on citera le dernier haut de gamme, le Galaxy Note 9.

Les algorithmes de Samsung exploitent la caméra frontale et un illuminateur infrarouge pour détecter toutes les irrégularités (et donc particularités) de l’iris de l’utilisateur. Des irrégularités qui sont transformées en point pour former une maquette de l’œil (on en revient toujours à ces notions). Le scanner d’iris, même s’il est également sujet à quelques erreurs, a souvent été considéré comme étant plus sûr que les lecteurs d’empreintes.

L’arrivée du scanner d’iris sur les Galaxy Note 7 avait fait grand bruit… et puis ils se sont mis à exploser…

Toutefois, malgré cette réputation, Samsung songerait à l’abandonner pour le Galaxy S10. Notez également que le géant sud-coréen n’est pas le premier à avoir exploré cette technologie. En 2015, par exemple, le Nokia Lumia 950 XL, s’aventurait déjà sur ces terres irisées.

Ce que l’on retient

Après ce rapide tour d’horizon, on retiendra surtout que les capteurs biométriques reposent essentiellement sur le fait de s’équiper au mieux pour former une maquette — ou carte, ou plan, appelez cela comme vous voulez — précise de la zone du corps analysée. Pour améliorer leurs solutions, les constructeurs cherchent des méthodes pour glaner des données aussi complètes que possible. Plus les capteurs ont d’informations, plus les caractéristiques uniques de l’utilisateur sont repérées et, à terme, plus grande sera la sécurité du smartphone.

Source: Frandroid

Publié le

Super Smash Bros Ultimate : voilà comment activer le chat vocal sur votre smartphone

Disponible depuis aujourd’hui sur Nintendo Switch, Super Smash Bros Ultimate vous permet de jouer en ligne avec vos amis, mais le jeu n’intègre pas directement de chat vocal. On vous explique comment en profiter en passant par un smartphone.

Super Smash Bros est disponible sur la Nintendo Switch ! Hélas, la politique de Nintendo en matière de chat vocal est pour le moins limitée. Pour en bénéficier, il vous faudra nécessairement passer par un smartphone. En effet, la console hybride ne permet pas nativement de discuter avec ses proches en jeu. S’il reste possible d’utiliser un logiciel de VoIP tiers comme Discord, Skype ou Teamspeak, Nintendo propose cependant sa propre solution, via l’application Nintendo Switch Online.

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Une fois l’application installée sur votre smartphone, il vous suffit de l’ouvrir, de se rendre dans la partie « Chat vocal » et c’est tout. Dirigez-vous alors sur Super Smash Bros Ultimate au sein des menus En ligne => Smash => Arènes. Lorsque vous aurez rejoint une arène d’ami, ou lorsque vous configurez votre propre arène, vous verrez alors l’écran de votre smartphone afficher votre icône de joueur.



Dès lors, vos amis pourront vous entendre rager, vous enthousiasmer et même réagir à leur tour s’ils ont activé le microphone de leur smartphone. Bien entendu, il est possible de vous passer en muet si vous ne souhaitez pas être entendu. On notera par ailleurs que lorsqu’une partie est lancée, les joueurs sont divisés en « groupes ». Les joueurs en partie discuteront entre eux tandis que ceux dans la file d’attente ne pourront entendre que ceux à leurs côtés.



Dans l’ensemble, la solution est un moyen pratique d’organiser des soirées Super Smash Bros Ultimate à distance. Néanmoins, on peine à y voir un véritable intérêt par rapport à une solution de type Discord, déjà très utilisée. Surtout, le chat vocal est très limité, puisqu’il ne concerne que les arènes et pas les parties rapides. Il n’est pas non plus possible de discuter avec l’un de ses amis pendant que chacun joue en solo dans le mode campagne « Esprits ».

Acheter Super Smash Bros Ultimate sur Amazon

Source: Frandroid

Publié le

Facebook Messenger Lite s’ouvre aux GIFs et au partage de vidéo

La version allégée de Messenger, Messenger Lite, suffit à bien des utilisateurs et leur permet de consommer moins de bande passante et moins d’espace de stockage. Celle-ci s’améliore en intégrant désormais le support complet des GIFs et le partage de fichiers et de vidéos.

Messenger par Facebook est l’application de discussion instantanée la plus utilisée en Europe, et notamment en France. Toutefois, la compétition mondiale est rude, avec d’autres acteurs comme WhatsApp ou encore LINE prenant de nombreuses parts de marché.

Alors que Google Allo admet sa défaite, Facebook continue de raffiner sa formule et retouche désormais Messenger Lite, la version allégée de son application à destination des petites configurations et des petits forfaits. Celle-ci adopte plus d’options de partage.

Messenger Lite intègre les GIFs et le partage des vidéos

Une nouvelle mise à jour est en cours de déploiement pour l’application, qui reste malgré tout sous la barre des 10 Mo. Celle-ci va vous permettre enfin d’envoyer des GIFs (prononcé djif) et de les recevoir totalement animés. Jusqu’ici, lorsqu’un contact vous envoyait un GIF, celui-ci s’affichait, mais ne s’animait pas.

Pour ce faire, il vous faudra toutefois passer par un clavier intégrant un moteur de recherche de GIF, comme Gboard par exemple. Les options de partage de Messenger Lite ont également été améliorées : vous pouvez désormais partager avec vos amis des vidéos, mais aussi n’importe quel fichier.

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

L’évolution est aussi bonne qu’étrange. Après tout, la mission de Messenger Lite est de prendre le moins d’espace et le moins de data possible. Or, ouvrir la porte à ce genre de partage tend à aussi ouvrir la porte à une consommation accrue de bande passante.

Pour autant, et c’est quelque peu le message de Facebook sur cette annonce : on ne peut pas aller contre les envies des utilisateurs. De plus, cette ouverture rend l’application toujours plus attirante pour les utilisateurs occidentaux qui chercheraient à faire un peu de ménage sur leurs smartphones.

Facebook

Source: Frandroid

Publié le

🔥 Bon plan : 3 mois de streaming musical Amazon Music Unlimited pour 0,99 euros

Besoin d’un nouveau service de streaming ? En ce moment, il est possible d’obtenir 3 mois d’abonnement à Amazon Music Unlimited, l’un des catalogues musicaux les plus complets du moment, pour moins de 1 euros.

Amazon s’est lui aussi lancé dans la bataille du streaming musical avec son service Amazon Music Unlimited. Sorti il y a déjà plus d’un an, le catalogue permet de profiter de plus de 50 millions de titres d’après l’entreprise (à l’inverse de la version Prime Music, offert avec l’abonnement Amazon Prime, qui ne donne accès qu’à 2 millions de titres). Il est possible de l’essayer pendant 3 mois pour seulement 0,99 euro grâce à une offre promotionnelle.



Amazon Music



Amazon Mobile LLC

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Cette offre permet de profiter du service sur tous les supports possibles (Windows, macOS, iOS, Android et même dans certaines voitures). Vous devriez en tirer pleinement parti si êtes équipé d’un Amazon Echo ou d’un Echo Dot qui supportent tout deux Alexa.

Vous pouvez bien entendu annuler le renouvellement de votre abonnement avant les 3 mois d’utilisations si vous ne souhaitez pas conserver le service.

Pourquoi recommande-t-on cette offre ?

  • Elle permet de profiter d’Amazon Music Unlimited pour moins de 1 euro
  • Le catalogue est très complet
  • C’est l’occasion de tester le service !

Profitez d’Amazon Music pendant 3 mois pour 0,99 euro seulement en suivant ce lien. L’offre est valable jusqu’au 02/01/2019.

Retrouvez l'offre d'Amazon Music

Retrouvez notre guide des meilleurs services de streaming.

À lire sur FrAndroid : Quel service de musique en streaming choisir en 2018 (Spotify, Deezer, YouTube Musique, Apple Music, Amazon Music) ?

Source: Frandroid

Publié le

C’est officiel, Google met fin à Allo, son autre service de messagerie

Google Allo n’a pas rencontré le succès escompté. La firme va donc mettre fin au service et se concentrer sur Google Messages.

Plus tôt dans le mois, le site 9To5Google affirmait que le service Google Hangouts allait bientôt être enterré par la firme. Ce à quoi Google a réagi en mettant l’accent sur la différence entre le service classique d’Hangout, qui va bien fermer ses portes, et les services Hangouts Meet, et Hangouts Chat pensés pour les entreprises, que la firme souhaite continuer à développer.

C’est une nouvelle fois 9To5Google qui a pu prendre connaissance des plans de Google et affirmer que Google Allo, un autre service de chat de Google, allait lui aussi être fermé définitivement en 2019. Cette fois, Google a réagi avec une annonce faisant le point sur tous ses services de messagerie.

Se concentrer sur Google Messages

Depuis son lancement en 2016, Google Allo n’a jamais rencontré le même succès que les autres services de Google, et on était loin de la popularité des concurrents comme Facebook Messenger ou Whatsapp.

Depuis plusieurs mois, Google travaille sur son initiative « Google Chat », dont l’idée est tout simplement d’améliorer les SMS en encourageant les constructeurs, comme les opérateurs, à adopter le nouveau protocole RCS.

Il est donc tout à fait logique que la première des annonces de Google soit que la firme va se concentrer sur Google Messages, son application officielle de SMS et de RCS pour Android. La firme annonce que cette application compte 175 millions d’utilisateurs chaque mois.

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

La fin de Google Allo

Pour se concentrer sur Google Messages, la firme annonce que le service Google Allo prendra fin en mars 2019. Il est d’ores et déjà possible d’exporter les messages de ses chats, en suivant les instructions du site de support.

Google se veut rassurant en annonçant que les meilleures fonctionnalités de Google Allo seront intégrées à terme dans Messages.

Google Duo reste le Facetime de Google

Lancé en même temps que Google Allo, Google Duo va lui continuer à fonctionner pour le moment. Le service se veut être un concurrent à Facetime proposé par Apple sur ses appareils. C’est donc un moyen simple de faire des appels en visioconférence.

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Hangouts Chat et Meet seront disponibles pour tous

Hangouts Chat et Meet sont respectivement des concurrents de Slack et Skype Entreprise, et visent donc les professionnels.

Ils sont pour le moment réservés aux clients de G Suite, mais Google annonce que dans le futur, les clients du Hangouts grand public (celui originaire de Google+) pourront migrer vers Hangouts Chat et Meet, sans plus de détails.

Enfin une stratégie à peu près cohérente

Bien que cette phase de transition soit un peu complexe à appréhender, elle semble enfin mener les utilisateurs vers un choix simple, ente les services de Google.

À terme, on pourra compter :

  • Google Messages : intégré par défaut sur Android, pour chatter facilement avec n’importe quel mobile, grâce à une version améliorée du SMS
  • Google Duo : pour les visioconférences entre amis
  • Google Hangouts Chat et Hangouts Meet : pour les professionnels (ou les « prosumers »), qui permettra de concurrencer Slack et Microsoft Teams.

Il est d’ores est déjà plus simple de se repérer, et chaque service devrait plus facilement avoir un taux d’adoption conséquent.

Google

Source: Frandroid

Publié le

Chrome sur Android version 71 est disponible pour prévenir des prélèvements bancaires cachés

La version 71 de Chrome sur Android est désormais en cours de déploiement. Cette version s’attache surtout à vous prévenir dès lors qu’un site tente de vous faire accepter des prélèvements bancaires cachés.

Google Chrome est sans nul doute l’application développée par Google la plus populaire. Que ce soit sur PC, mac ou smartphone, il est le navigateur le plus utilisé au monde.

Forcément, il est aussi le produit ayant le droit au plus d’attention de son créateur. Les mises à jour se suivent, mais ne se ressemblent pas, à l’image de la version 71 actuellement en cours de déploiement sur Android.

Au menu de cette mise à jour, pas d’énormes changements. Cependant, une fonctionnalité très intéressante a été rajoutée pour prévenir les utilisateurs d’une potentielle arnaque.

Un message d’alerte avant un paiement douteux

Certains sites font en effet appel à une souscription, qui va ainsi vous prélever mois après mois jusqu’à ce que vous décidiez d’arrêter les prélèvements. Le problème étant que certains d’entre eux font tout pour déguiser ce prélèvement automatique comme un achat unique : Chrome vous préviendra désormais pour chaque site qui tentera de vous prélever de l’argent sans vous le dire explicitement.

Ainsi, de nombreux utilisateurs peu méfiants ne se verront pas être ponctionnés malicieusement chaque mois. Une fonctionnalité utile dans ce far west que peut parfois être le web.

Les autres modifications sont somme toute assez basiques. Certains paramètres par exemple, comme les informations de paiement enregistrées et les adresses, ont été mis à jour pour être plus facilement accessibles et compréhensibles. Une nouvelle favicon a également été implémentée pour les onglets vides.

Concernant le bloqueur de publicité intégré au navigateur, Chrome va désormais vérifier les pop-up et autres notifications « ressemblant à un chat, une alerte, un message système, ou toute autre notification amenant à une publicité ou une page externe au clic ».

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

9to5Google

Source: Frandroid

Publié le

Au nez et à la barbe du Play Store, les créateurs de Fortnite lancent leur propre magasin d’applications

Les créateurs de Fortnite lancent un magasin virtuel pour acheter des jeux tout en ne prenant qu’une très faible commission sur les ventes. Bientôt sur Android, cette plateforme vise notamment à concurrencer le Google Play Store.

Quand le célèbre jeu Fortnite a débarqué sur mobile, sa popularité a encore plus grimpé en flèche et les utilisateurs se sont précipités dessus. Or, sur Android, la distribution du jeu a surpris son monde par sa particularité.

En effet, Fortnite sur Android n’est pas disponible sur le Play Store. Pour télécharger le titre, il faut passer soit par le site d’Epic Games, le studio qui a créé le jeu, soit par le magasin Galaxy Apps disponible sur les smartphones Samsung comme le Galaxy Note 9 par exemple. Cette décision est motivée par le fait que les développeurs ne veulent pas voir 30 % de leurs bénéfices être reversés à Google.

Mais Epic Games ne s’arrête pas là et annonce désormais la création de son propre magasin Epic Games Store. La plateforme existera d’abord sur PC et Mac avant de partir à la conquête d’Android en 2019. Et cette initiative semble être une attaque tout particulièrement adressée à la firme de Mountain View.

12 % contre 30 %

Epic Games Store proposera des jeux sélectionnés par les équipes du studio, mais ces dernières promettent qu’elles ne prendront que 12 % de commission sur les ventes. Ainsi, les 88 % restants seront directement reversés aux développeurs qui l’on créé.

Epic Games Store ne prend que 12 % de commissions.

Ce nouveau magasin d’applications pourrait éventuellement devenir un sérieux concurrent au Play Store en incitant les développeurs à proposer leurs jeux en priorité ou exclusivement sur Epic Games Store. On suppose également que Fortnite sera disponible dessus une fois que la plateforme se déploiera sur Android. En attendant, la première cible du service semble clairement être Steam.

iOS n’étant pas un système d’exploitation ouvert, celui-ci ne devrait pas accueillir Epic Games Store. Pour aller plus, n’hésitez pas à découvrir les meilleures alternatives au Google Play Store.

À lire sur FrAndroid : Comment télécharger et installer Fortnite sur Android

Epic Games Store

Source: Frandroid

Publié le

Pokémon Go : les combats entre joueurs sont enfin officiels

Depuis le lancement de Pokémon Go il y a deux ans et demi, une fonctionnalité était particulièrement attendue des joueurs. Finalement, le studio Niantic a annoncé que les combats entre dresseurs Pokémon arriveraient dans les prochaines semaines.

Depuis son lancement en juillet 2016, Pokémon Go a bien évolué. D’abord avec l’arrivée des arènes et des raids, puis des Pokémon compagnons ou l’échange de Pokémon entre joueurs. Néanmoins, malgré les nombreux ajouts au jeu, il en est un que les joueurs attendaient particulièrement de la part du studio Niantic : les combats entre dresseurs.

Lien YouTube

Niantic a pu nous présenter la semaine dernière la nouvelle fonctionnalité de combats qui arrivera d’ici la mi-décembre. Pour lancer un combat, il faudra nécessairement scanner le QR Code d’un joueur, même inconnu, tout en sachant que celui-ci ne sera pas visible sur la carte. Il sera également possible d’affronter un ami, ou les chefs de chaque équipe (Bravoure, Sagesse et Instinct) : trois adversaires maîtrisés par l’IA.

Une fois le combat lancé, il est possible de choisir le niveau (CP) maximum des Pokémon autorisés dans le duel : 1500, 2500 ou 10 000 CP. Un bon moyen de s’assurer que les combats ne sont pas trop déséquilibrés. Par ailleurs, chaque joueur fera la composition de son équipe, avec trois Pokémon, et non pas six comme dans les jeux sur consoles portables.

Quelques différences avec les combats d’arène

En combat, on retrouve certaines des mécaniques déjà en place dans les combats d’arène. Ainsi, chaque Pokémon a droit à deux attaques distinctes : les attaques rapides et les attaques chargées. L’objectif est de balancer le plus d’attaques rapides possible en appuyant frénétiquement sur l’écran afin de charger une attaque spéciale.

À lire sur FrAndroid : Pokémon Go : Comment fonctionnent les arènes ? – Tutoriel

Contrairement aux combats dans l’arène en revanche, il n’est pas possible d’esquiver les attaques ennemies. À la place, les combats entre dresseurs permettent de déployer un bouclier lorsque l’adversaire s’apprête à lancer une attaque chargée. Attention néanmoins, seuls deux boucliers sont disponibles par combat entre dresseurs. Par ailleurs, les dresseurs peuvent changer de Pokémon comme bon leur semble pendant le combat.

Des récompenses identiques pour le gagnant et le perdant

Pour l’instant, le studio Niantic n’a pas annoncé de mode compétitif entre les joueurs de Pokémon Go. Impossible donc de savoir qui sera le meilleur dresseur. De même, les combats entre dresseurs ne rapporteront pas d’expérience pour les Pokémon, mais simplement de la poussière d’étoiles. Celle-ci ne sera pas offerte qu’au vainqueur, mais aux deux joueurs. L’important, pour le coup, ça sera effectivement de participer, peu importe si l’on perd.

Source: Frandroid

Publié le

Windows 10 : Microsoft va remplacer Edge par un dérivé de Chrome

Le navigateur Microsoft Edge n’aurait que quelques mois à vivre sous sa forme actuelle sur Windows 10. Microsoft voudrait adopter le moteur Chromium, développé et utilisé notamment par Google avec Chrome.

Si vous utilisez Windows 10, il y a de fortes chances pour que vous n’utilisiez pas son navigateur par défaut, Microsoft Edge. Depuis son lancement en 2015, le navigateur de Microsoft subit un déficit de popularité, notamment hérité d’Internet Explorer.

Le navigateur souffrait également de l’absence d’extensions à son lancement, quelque chose d’incroyable à l’heure où Firefox et Chrome en proposent des centaines. Le logiciel était de plus réputé pour être instable, pouvant faire perdre à tout moment un onglet ou la totalité du navigateur.

De EdgeHTML à Chromium

Windows Central rapporte en exclusivité des informations sur le projet Anaheim de Microsoft. Il prévoit de remplacer dans les mois à venir Microsoft Edge par un nouveau navigateur basé sur Chromium, le moteur de rendu déjà utilisé et développé par Google pour Chrome. Ce serait la fin du moteur EdgeHTML qui avait été développé pour Microsoft Edge.

Le navigateur ne devrait pas changer sur Android, où il est déjà basé sur Chromium, ni sur iOS, où il est forcé par Apple d’utiliser le moteur de Safari.

Ce nouveau projet serait officialisé dans les prochaines semaines, et devrait être intégré dans les préversions de Windows 10 19H1, la prochaine mise à jour de Windows 10 prévu pour le début de l’année 2019.

Les utilisateurs pourront donc bientôt bénéficier d’un navigateur basé sur Chromium comme navigateur par défaut de Windows 10. Ce qui devrait, Microsoft l’espère probablement, les éloigner de Google Chrome, et donc couper une source de tracking du géant de la recherche.

Le fond ou la forme

Cette décision signifie que Microsoft aurait rendu les armes face à Google, alors même que d’autres navigateurs comme Opera, Samsung Internet, Amazon Silk, Brave et Vivaldi utilisent déjà le moteur de Chrome, nommé Blink.

Cela signifie qu’il ne restera que deux moteurs de rendus, concurrents de Chrome : WebKit poussé par Apple, dont Google Blink est un dérivé, et Gecko développé par Mozilla pour Firefox.

La source ne précise pas si le nouveau navigateur se nommera à son tour Microsoft Edge ou si Microsoft en profitera pour modifier une nouvelle fois le nom. De même elle n’indique pas si Microsoft va seulement modifier le moteur de rendu, ou également l’interface du navigateur.

Les problèmes soulignés dès son lancement concernant Microsoft Edge ne pointait pas vers un problème avec le moteur de rendu, mais plutôt vers un manque criant de fonctionnalités (prise en compte du tactile, extension absente, etc.) et de stabilité, dont la plateforme Windows UWP (Microsoft Store) semblait être responsable.

À lire sur FrAndroid : Notre sélection des meilleurs navigateurs Internet sur Android

Windows Central

Source: Frandroid